Interview 2017 : RaphaŽl Albert pour De Bois et de ruines
de RaphaŽl Albert
aux éditions
Genre : Interview
Sous-genres :
  • Fantasy

Auteurs : RaphaŽl Albert
Date de parution : septembre 2017 Inédit
Langue d'origine : FranÁais
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant RaphaŽl Albert

De Bois de ruines, le quatriŤme opus des aventures de Sylvain Sylvo sort aux ťditions Mnťmos. Son auteur, RaphaŽl Albert, nous le prťsente.

 De Bois et de Ruines, le quatrième tome des aventures de l’elfe détective privé Sylvo Sylvain est sorti en juin dernier aux éditions Mnémos. Pourriez-vous nous faire découvrir l’univers de ces romans, s’il vous plait ? 
 
D’abord, le roman sort en septembre, môssieu ! Et si vous voulez découvrir l’univers de cette série qu’elle est trop bien, z’avez qu’à vous payer les trois premiers tomes ! 
 
Il s’agit, très cher ami, d’un univers de fantasy. Il y a de la magie et des sortilèges, des magiciens d’alignement incertain, mais également tout le bestiaire habituel, depuis les trolls jusqu’aux licornes en passant par les lutins, les farfadets, les leprechauns, les cluricaunes, les hobbits, les nains, les centaures, les zombies, les ondines et les sylphes... Ajoutez un adjectif derrière chacun de ses noms et on se fait une partie de Smallworld ! 
 
En plus, gugusse, l’auteur a mâtiné son univers de fantasy de tout plein de citadinitude et d’urbanitude, vu que ça se passe dans une cité, Panam, qui n’est pas sans ressemblance avec Paname, comme qui dirait !
 
J’ajoute, mon prince, qu’une touche de steampunk vient habiller l’ensemble, avec des machines à vapeur à certains coins de rue.
 
Même que le temps qu’y fait, il est sous contrôle, coco ! Et qu’c’est l’Académie des Technomages qu’a les manettes dans les pognes...
 
Vous noterez, gentil seigneur, que, malgré ce décorum hétéroclite, l’intrigue est celle d’un polar où complots politiques, terroristes anarchistes et secrets d’Etat sont de mise. Les protagonistes principaux sont un détective privé, alcoolique et traînant un lourd passé, comme de juste, et son acolyte ailé de quinze centimètres de haut et presque autant d’envergure...
 
On y coudoie aussi le menu fretin de la canaille, les putes, les truands, les flics, la Cour des Miracles et même quelques artistes de cirque pas piqués des hannetons, mon tonton !
 
Voilà pour un rapide tour d’horizon, qui, je l’espère, vous allèchera.
 
Le mieux, c’est d’aller y fourrer vot’ tarin, mes copains !
 
 
Qu’est-ce qui vous a inspiré à l’origine pour ce Paname steampunk et uchronique ?
 
Je sais de source bien informée, mon prince, que l’auteur s’était grandement appuyé sur ses études d’Histoire.
 
Et moi, mon gars, j’ai ouï dire par mes grandes portugaises qu’y était allé chercher dans les bouquins qu’y s’est mis sous les yeux, des romans de gare, à deux sous, d’la littérature populaire, m’sieur le maire ! Y se dit comme ça qu’y aurait de la SF et du fantastique, et pis kèke polars et histoires de capet et d’épée, pépé ! Y se dit qu’y en aurait des dizaines, et qu’il aurait truffé ses ‘storiettes à lui de clins d’œil plus ou moins finauds à tous ses amours de jeunesse, et même à des trucs qu’y aimerait moins, Germain...
 
 
Votre elfe-détective a tout du anti-héros. Pouvez-vous nous le présenter ? 
 
C’t’un tocard, Gérard ! Alcoolo, gagne-petit, mollasson, pétochard, profiteur, pleurnichard. 
 
Il sait aussi se montrer noble et digne, généreux, gentil, malin, courageux...
 
Avec un pétard sur la tempe, peut-être... Un tocard, j’te dis, papy !
 
Que vas-t-il arriver à Sylvo Sylvain dans De Bois et de Ruines ?
 
Ben vu qu’y pouvait pas tomber plus bas, y va relever la tête... Enfin, on va lui relever de force pasqu’y veut pas trop, lui, et y va se prendre son passé en pleine poire !
 
Toutes les intrigues trouvent leur aboutissement. Tous les comptes sont soldés. Tous les destins s’accomplissent. Toutes les flèches atteignent leur cible.
 
Ouais, ouais, les flèches, elles retombent, ma colombe... Mais le destin, du diab’ si y en a un, moi j’dis ! 
 
 
Une nouvelle aventure, mais peut-être de nouveaux personnages aussi ? Et/ou de nouveaux lieux ? 
 
On retrouve surtout tous les personnages précédents, mon bon sire. Il faut boucler la boucle. Toute l’Agence P. & S. est là, enrichie de nouveaux membres mais de vieilles connaissances.
 
Et pis toute la faune interlope de Panam, celle qui vit du soir au matin, gamin !
 
L’enquête emmène encore les pauvres personnages désespérés à travers la cité, depuis les quartiers populaires du 18è arrondissement jusqu’aux avenues chics des aristocrates, mais il faut bien concéder que Panam n’est plus la même. Les éléments en colère l’ont ravagée, la guerre civile l’a divisée, elle est balafrée.
 
C’est tout bizarreries et trucs machins pas clairs à tous les coins de rue, c’t’affaire, ma mère ! Les morts qui veillent, les eaux qui remontent, les jours qui se détraquent, la gravité qui se rebiffe... Gare à tout, mon loulou !
 
 
Est-ce que Confessions d’un elfe fumeur de lotus sera le denier roman de la série ? Ou retrouverons-nous Sylvo Sylvain dans une suite ou dans un spin off dans cet univers ? 
 
Le dernier tome, il est.

C’est la fin, chérubin !
 
Avez-vous déjà quelques pistes pour votre prochain roman ? Encore un univers steampunk ? 
 
L’auteur a des pistes, peu tracées, mais nombreuses. Nombreuses mais indécises.
 
Mais ce s’ra pas du steam, Jeanine ! Y a d’aut’ coins à voir par là-bas, et le plumitif il aime bien traîner ses guêtres, poulette...
 
Où vos lecteurs pourront-ils vous croiser prochainement ? 
 
L’auteur sera aux Rencontres de l’Imaginaire de Sèvres, le 25 novembre.
 
Pour sûr, Arthur ! Mais j’vous préviens, y fait peur à voir et y r’foule du goulot, le zozo !
 
 

Jean-Laurent Del Socorro