Interview 2018 : Pierre Bordage pour Arkane - La Résurrection

aux éditions

Date de parution : 0000 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

A l’occasion de la sortie du second tome de Arkane, Arkane - La Résurrection, Pierre Bordage nous parle de ce second volume qui conclut le dyptique de fantasy.

ActuSF : De quoi va parler ce deuxième et dernier tome d’Arkane ?

Pierre Bordage : Le tome 2 est celui des révélations. Révélations du rôle de chacun dans le dénouement du récit. Révélations des personnages à eux-mêmes. Révélations de l’histoire d’Arkane et des conflits millénaires qui la sous-tendent.

ActuSF : Armée, complots, meurtres… Qui sont les ennemis et les obstacles que les héros devront affronter pour réussir leur quête ?

Pierre Bordage : Les ennemis, les obstacles sont nombreux et parfois inattendus. Il y a, évidemment, les ennemis d’Arkane, visibles ou invisibles, qui vont tout mettre en œuvre pour empêcher Renn et Oziel de sauver la population de la ville, les organisations plus ou moins secrètes telle la Désolation qui voue un culte à un dieu sanguinaire et cruel, les corporations ou les guildes manipulées par les comploteurs, les familles dévoyées et leurs tueurs, les légions au service du pouvoir, sans oublier l’ennemi intérieur, souvent plus difficile à détecter et affronter que les adversaires de l’extérieur.

 

 

ActuSF : Les héros vont-ils êtes amenés à évoluer ? En quoi seront-ils similaires ou différents du premier tome ?

Pierre Bordage : Les héros vont découvrir l’étendue de leur rôle dans l’histoire d’Arkane. Leur parcours les transformera, en fera des êtres plus conscients, plus mûrs. Je me garderai ici de décrire leur évolution, ce qui, comme disent les Québécois, divulgâcherait le roman, mais, et c’est le propre de tout récit de type initiatique, et pour peu qu’ils survivent à l’aventure, ils seront forcément différents de ceux que l’on a suivis dans le tome 1.

ActuSF : Comment choisissez-vous les noms de vos personnages, de vos villes ou de vos pays ? Êtes-vous le genre d’auteur à les construire avec beaucoup de minutie ?

Pierre Bordage : Ils me viennent naturellement, sans que j‘aie besoin de les penser avec minutie. Je ne suis pas adepte des fiches et autres plans, je me laisse guider par l’instinct, c’est le récit qui commande et qui me dicte ses choix. Parfois les noms me viennent immédiatement, parfois il faut que j’attende un peu avant qu’ils me soient révélés.

ActuSF : Pourquoi avoir choisi la forme du diptyque ? Cela influence-t-il votre narration, la construction de votre histoire ?

Pierre Bordage : Même réponse que la précédente. Je n’ai pas choisi la forme du diptyque, elle est venue à moi naturellement. Je ne pense pas que cela influence vraiment la narration, à part peut-être le fait de finir le premier tome sur une sorte de pause tout en créant chez le lecteur une envie forte de connaître la suite.


 

ActuSF : Sans trop en dire, à quoi peut-on s’attendre dans cette conclusion ? Quelles émotions peuvent traverser le lecteur ?

Pierre Bordage : Pas facile de répondre à cette question sans déflorer la fin de l’histoire. Je suppose que différentes émotions peuvent traverser le lecteur en fonction du sort réservé à chaque personnage. On peut donc s’attendre à tout.

ActuSF : L’histoire d’Arkane s’achève, est-ce que vous reviendrez dans cet univers ? Quels sont vos autres projets ?

Pierre Bordage : Je n’ai pas l’intention de revenir dans cet univers. J’ai plusieurs projets en cours, dont je ne peux pas trop parler au stade où j’en suis, dans le domaine du fantastique et de la science-fiction. Ce que je peux dire en tout cas, c’est qu’Arkane m’a donné une furieuse envie de revenir dans les univers de fantaisie. J’ai pris cette aventure comme une initiation, et j’ai bien l’intention de me remettre à la fantaisie dans un avenir plus ou moins proche.

 

 

 

ActuSF : Où pourra-t-on vous rencontrer en dédicace dans les prochains moins ?

Pierre Bordage : A Aurillac, au salon entre les mondes, le 22 et 23 septembre, à 25ème heure du livre du Mans le 5 et 6 octobre, à la Maison de la poésie de Paris le 10 octobre, à Labège, pour Scientilivre le 20 et 21 octobre, à Rennes à la librairie Critic le 26 octobre, à Maintenon au Salon du Légendaire, le 27 et 28 octobre, à Nantes aux Utopiales, au 1er au 4 novembre, à Sèvres, rencontres de l’Imaginaire le 24 novembre.

Samantha Chauderon