Interview : Andreas Eschbach, Le Projet Mars
de Andreas Eschbach
aux éditions

Auteurs : Andreas Eschbach
Date de parution : février 2015 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Andreas Eschbach

Le Projet Mars d’Andreas Eschbach publié en 2004 chez L’Atalante vit une seconde jeunesse cette année. Retour avec l’auteur sur ce cycle jeunesse devenu culte, en attendant le cinquième tome.

ActuSF : Comment est née l’idée du projet Mars ? Qu’est-ce que vous aviez envie de faire ?
Andreas Eschbach : Quand j’étais enfant, j’aimais beaucoup les livres autour du Club de Cinq, comme les livres d’Enid Blyton sont titrés en France. Et j’aimais aussi des livres qui jouent sur d’autres planètes. Voilà – ce qu j’avais envie de faire, c’était mettre mon propre "Club de Cinq" sur la planète Mars, tout simplement !
 
 
ActuSF : Pourquoi avoir choisi comme héros des enfants ?
Andreas Eschbach : Je voulais prendre la perspective de quelqu’un qui est née sur une autre planète, qui considère cette planète comme sa patrie, comme environnement "normal".
 
 
ActuSF : La série s’adresse à un public plutôt jeune. Pour quelle raison ?
Andreas Eschbach : Très simple : C’était un éditeur de livres pour la jeunesse qui m’a demandé d’écrire quelque chose dans le genre du science-fiction.
 
 
ActuSF : Vous aviez envie de leur dire quelque chose en particulier ?
Andreas Eschbach : Tous les bons livres d’enfance parlent en fin du compte du même sujet : l’importance de l’amitié. Sur Mars, c’est pareil.
 
 
ActuSF : Quel regard portez-vous sur le début de la série écrit il y a une grosse décennie ?
Andreas Eschbach : Je suis toujours content avec la série. Sauf d’une seule chose : la date de l’année 2086 – c’était mal choisi. C’est trop tôt, je pense ; j’aurais dû mettre l’histoire au moins dans le prochain siècle.
 
 
ActuSF : Florence Porcel, candidate à un futur voyage sur Mars, a rédigé des préfaces. Est-ce que son regard sur la série vous a étonné ?
Andreas Eschbach : J’adore l’enthousiasme qu’elle rayonne. Vraiment.
 
 
ActuSF : Qu’est-ce qui a changé dans notre approche de Mars entre l’époque où vous avez commencé la série et aujourd’hui ?
Andreas Eschbach : Hmm ... Il me paraît que plus je vieillis, plus j’apprécie de vivre sur la Terre - et pas sur une planète tellement peu confortable comme Mars.
 
 
ActuSF : Le quatrième volume met en scène le personnage d’Elinn. Pourriez-vous nous la présenter ?
Andreas Eschbach : Elinn est une jeune fille née sur Mars qui est liée à la planète dans une manière très particulière : elle souffre d’une maladie des poumons qui ne lui permet pas de vivre sous une gravitation plus forte que la gravitation de la planète Mars. J’imagine que c’est peut-être pour ça qu’elle a développé une perception extraordinaire qui lui permet de voir des choses que les autres ne voient pas. Elle est une sorte de voyante, une petite prophète, si vous voulez.
 
 
ActuSF : Vous y parler d’une rencontre et d’une technologie extraterrestre. Est-ce que c’est un plaisir particulier pour un auteur de science fiction d’imaginer une vie alien ?
Andreas Eschbach : Bien sûr !
 
 
ActuSF : Et comment avez-vous fait ?
Andreas Eschbach : Disons que j’ai essayé d’inverser quelques images clichés. En plus, je laisse beaucoup d’ombres parce que les détails techniques ne sont pas vraiment intéressants pour l’histoire que je voulais raconter.
 
 
ActuSF : Il y a un cinquième tome encore inédit en français. De quoi parle-t-il ?
Andreas Eschbach : Le dernier livre clôture l’histoire, tout simplement. Les aliens paraissent, il y a une grande finale, tout est changé à la fin - tout ce qu’il faut !
 
 
ActuSF : Quels sont vos projets ? Sur quoi travaillez-vous ?
Andreas Eschbach : En ce moment, j’écris un nouveau roman pour la jeunesse, sur un sujet totalement différent, qui va probablement se développer dans une nouvelle série. Mais c’est trop tôt pour mettre quelqu’un en appétit ; évidemment, j’écris plus vite que les traducteurs qui s’occupent de mes livres ... 
 

Jérôme Vincent