Interview : Jérémy Fouques répond aux internautes sur Le Trône de Fer
de Jérémy Fouques et George R. R. Martin
aux éditions

Auteurs : Jérémy Fouques , George R. R. Martin
Date de parution : février 2015 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Jérémy Fouques ou George R. R. Martin

Il y a quelques mois, la page J’ai lu du Trône de fer organisait des interviews avec différents intervenants sur le Trône de Fer. Alors que la série télé adaptée des romans de George R.R.Martin va lancer dans quelques semaines sa cinquième saison, nous avons eu l’autorisation de reprendre ces interviews sur Actusf afin de vous les proposer.
Jérémy Fouques est administrateur de La Garde de Nuit, un site et une communauté incontournable pour qui s’intéresse à la série.

 
Question de Béatrice : Pensez vous qu’il y ait un rapport entre Brienne et Dunk ? Je me suis posé la question à cause du bouclier. Toutes mes félicitations et remerciements pour ce magnifique site qu’est La Garde de Nuit ! Et j’espère ne spoiler personne mais votre avis sur la question m’intéresse ! 
Jérémy Fouques : Merci pour votre appréciation du site ! GRRM a indiqué lors d’une interview qu’un descendant de Dunk apparaissait dans Le Trône de fer. Les discussions vont bon train afin de déterminer de qui il s’agit. Deux candidats se détachent plus particulièrement ; certains indices pointent vers Brienne (la taille, le bouclier) et d’autres vers Hodor (la taille, la vision de bran dans le Barral, le thème de la quatrième nouvelle de Dunk...). J’avoue que je penche plus pour Hodor, mais Brienne reste une possibilité non négligeable.
 
 
Question de Gilles : Une question me turlupine depuis un petit moment. Vu l’intelligence de Tywin Lannister, je n’arrive pas à comprendre qui il voyait après sa mort à la tête de Castral Roc. Jaime a prêté serment et il ne veut pas entendre parler de Cersei (une femme) ou de Tyrion (un nain) ... 
Jérémy Fouques : C’est justement pour poser cet épineux cas de conscience à son rival que le roi Aerys II a nommé Jaime dans sa Garde Royale, privant lord Tywin de son héritier. Il est difficile de se mettre à sa place, mais on peut penser qu’un homme comme Tywin avait envisagé plusieurs possibilités ; Je pense que Tywin a toujours espéré faire renoncer Jaime à ses vœux ; cela transparaît clairement de leur dernière discussion dans A Storm of Swords où il lui demande de renoncer à sa charge puisque sans sa main d’épée il ne peut plus décemment porter le titre de chevalier. En cela, le précédent créé par le renvoi de ser Barristan après la mort de Robert n’est pas anodin... Contrairement à notre moyen-âge réel, la culture de Westeros n’autorise pas le cumul des fiefs. En mariant Tyrion à Sansa Stark et en faisant de Tyrion le régent de Winterfell, Tywin espère ainsi le voir renoncer à Castral-Roc (il lui dit mot pour mot lors de l’annonce de son mariage). Castral-Roc aurait donc échu à Joffrey, qui, selon la coutume, l’aurait probablement cédé à son cadet de la même manière que Robert quand il céda Accalmie à Renly. Tommen était donc probablement son "plan B" en cas d’impossibilité pour Jaime de renoncer à ses vœux.
 
 
Question de Stéphane : Sait-on comment George R.R.Martin travaille ses personnages ? A-t-il des cartes ou des arbres généalogiques pour s’y retrouver ? A-t-il des préférés ? Quel est son rapport avec eux ? 
Jérémy Fouques : Oui, GRRM dispose d’annexes importantes avec des cartes et des arbres généalogiques qu’il a construit au fil du temps et a surnommé par dérision et par analogie avec le travail de Tolkien le "GRRMarillon". Ses personnages préférés sont Tyrion et Varys auxquels il s’identifie le plus.
 
 
Question de Mathilde : Arya est très jeune au début de l’histoire. Est-ce que son vieillissement naturel est un souci pour la série télé ? 
Jérémy Fouques : Les producteurs de la série télé ont anticipé ce problème et les âges de tous les personnages ont été augmentés afin d’atténuer les effets du vieillissement. Ainsi Robb et Jon ont 14 ans au début des romans alors qu’ils en ont 17 dans la série. La problématique est la même pour Arya et pour Bran sauf que bien sûr, comme ils sont plus jeunes, cela se voit quand même un peu. Je fais tout de même confiance aux maquilleurs et aux effets spéciaux pour atténuer cela comme il se doit.
 
 
Question de Baptiste : Quel est votre personnage préféré personnellement ? 
Jérémy Fouques : C’est très difficile de n’en choisir qu’un ! Oberyn Martell sans doute... mais Stannis et Littlefinger ne sont pas loin derrière.
 
 
 
Question de Camille : Jusqu’à quel point la série est-elle fidèle aux livres ? 
Jérémy Fouques : Pour ce que j’en sais, relativement bonne dans les faits, bien que la complexité des intrigues et de la narration ait forcé les scénaristes à faire des choix afin de palier à la spécificité du format télévisuel comme des suppressions de personnages, la fusion de plusieurs personnages en un seul ou la suppression de certains arcs narratifs. La majorité de ces choix est pertinent et ne nuit pas à la fidélité en soi.
En revanche, dans l’esprit, certains parti-pris dénotent une certaine trahison de l’esprit des livres. Les romans sont des oeuvres denses où les mots distillent au goutte à goutte des mines d’informations et de richesses sur l’histoire derrière l’histoire et où lire les lignes entre les lignes est au moins aussi important que lire les lignes et une partie du plaisir vient de cette double lecture. La série télévisée a fait le choix du tout brut, ce que je trouve dommage. Un exemple simple, l’homosexualité de Renly n’est jamais clairement montrée dans les romans. Elle n’est qu’évoquée de-ci de-là et bien des lecteurs sont passés à côté la première fois, alors que la scène est brute de décoffrage dans la série. De la même façon elle ne comporte aucun flash-back, aucune scène du passé et seuls les événements nécessaires à la compréhension de l’intrigue sont narrés et une grande partie de ce qui fait le sel et l’intérêt des romans passe ainsi à la trappe.
Un autre point assez peu fidèle, c’est le côté très racoleur de la série avec ses nombreuses scènes de sexe ou de violence. Certes, les romans comportent des scènes de sexe ou de violence, mais rarement gratuites ou crues. Ce sont des romans assez réalistes dans leur narration (en tout cas pour de la fantasy) et le sexe et la violence font simplement partie de la réalité, ils sont donc montrés quand c’est nécessaire. Dans la série ça va bien au-delà de ça, mais c’est la marque de fabrique de HBO depuis les débuts de la chaîne et le buzz autour de la série vient en partie de là. Reste que cela donne une image assez fausse du contenu des romans et de la narration.
 
 
Question de Lucas : Les épisodes scénarisés par George R.R.Martin collent-ils plus aux ouvrages que les autres ? 
Jérémy Fouques : Je n’ai vu que le premier et il ne me semble pas qu’il colle plus aux livres que les autres. D’ailleurs je ne pense pas que pour être bonne une adaptation doit coller exactement aux livres. En respecter l’esprit est plus important.
 
 
Question de Félicien : Pourquoi y’a t-il de plus en plus de divergences par rapport aux livres ? Et le fait de ne plus faire avancer les différents personnages "à la même vitesse" ou suivant les mêmes enchaînements que les livres ne va-t-il pas poser un problème pour la série à un moment ou un autre ? 
Jérémy Fouques : Probablement, je n’ai regardé que la saison 1 de la série télé, donc j’avoue être assez mal placé pour détailler les divergences mais je pense que les scénaristes sont assez rodés pour inventer des arcs narratifs supplémentaires afin de meubler l’histoire d’un personnage qui avancerait trop vite (Bran ?) ou en supprimer d’autres trop longs (Brienne ?). En tout cas je pense qu’ils sauront retomber sur leurs pattes. Même s’il ne respire pas la subtilité, l’arc de Theon Greyjoy dans la saison 3 est un bon exemple (Theon disparaissant totalement pendant les deux tomes que dure sa captivité dans les romans) de ce que les scénaristes peuvent faire en terme de modification pour coller aux contraintes imposées par le média télévisuel.
 
 
Question de Laëtitia : Sait-on où en est l’écriture du tome 6 ? A quoi correspond la saison 4 par rapport aux livres ? Parce qu’il reste même pas un quart de l’intégrale 3. Et vu que l’intégrale 4 ne regroupe que la moitié des personnages, comment ça va se passer dans la série ? 
Jérémy Fouques : GRRM ne communique plus sur son avancée dans le roman afin d’éviter les pressions incessantes d’une certaine frange, impatiente, de ses fans qui lui reprochait ses prévisions de sortie un peu trop optimistes (euphémisme) pourADWD. Nous sommes donc réduits à de simples spéculations sur l’avancée du roman. 11 chapitres "spoilers" sont connus actuellement et en mars 2012, dernière communication sur le sujet, 200 pages étaient totalement terminées. Si on compare à l’avancement d’ADWD, on peut estimer que le roman est bien entamé, peut-être fini aux deux tiers... mais ça reste hautement spéculatif, le véritable avancement, seul R’hllor le sait.
La saison 4 correspond globalement à la deuxième moitié d’ASOS (intégrale 3) mais emprunte des éléments d’AFFC et d’ADWD pour certains personnages (Theon, Bran...) afin d’équilibrer la taille des arcs narratifs. Je pense que désormais il est assez vain de faire coller un tome à une saison, ça marchait pour les saison 1 et 2, maintenant la série s’est affranchie de ces contraintes et je pense que c’est mieux ainsi.
 
 
Question d’Elise : Est-ce qu’il est vrai que George R.R.Martin a choisi lui-même l’acteur qui joue Tyrion ? 
Jérémy Fouques : Oui, c’est même la première chose qu’il a faite une fois le contrat avec HBO signé. GRRM est un grand admirateur de Peter Dinklage et il a demandé aux producteurs de la série de lui proposer le rôle en priorité.
 
 
Question de Patrick : Est-ce qu’on sait les directions que va prendre George R.R.Martin dans les deux prochains tomes ? 
Jérémy Fouques : Plusieurs chapitres du prochain tome ont déjà été dévoilés, à part cela, seul GRRM sait ce qu’il a l’intention d’écrire.
 
 
Question de Marc : Comment travaille-t-il ? Est-ce que la série TV et le succès ne le ralentissent pas encore plus ? 
Jérémy Fouques : GRRM n’a jamais été un auteur très rapide. La série télé le ralentit forcément un peu, mais pas autant que ce qu’on pourrait croire.
 
 
Question de Stéphanie : Est-ce qu’on sait ce qu’il va faire ou écrire lorsqu’il aura bouclé Le Trône de Fer ? 
Jérémy Fouques : Un grand compendium consacré à l’histoire de Westeros (et en particulier aux trois cent ans de règne des Targaryen) intitulé Fire and Blood est en projet et sera écrit après la dernier tome du Trône de fer. Après, le travail de GRRM ne se limite pas au Trône de fer, il est aussi éditeur et co-édite à la fois le projet Wild Cards (plus de vingt tomes parus et une sortie en France cet été) et des anthologies de la littérature de l’imaginaire avec Gardner Dozois. Je pense qu’il continuera a faire ce travail et pourquoi pas d’autres nouvelles dans l’univers de Westeros comme les nouvelles consacrées à Dunk ou les plus récents "The Princess and the Queen" ou "The Rogue Prince".
 
 
Question de Pauline : À partir de quel moment la série a-t-elle eu vraiment du succès ? 
Jérémy Fouques : Tout dépend de ce qu’on entend par succès. Le succès critique a été au rendez-vous dès le début, le premier tome remportant le prestigieux prix Locus. En termes de ventes, c’est l’avènement du troisième livre, A Storm of Swords qui fit réellement décoller la saga. Il boucle en effet le premier acte de ce qui devait à l’origine être une trilogie. Depuis toutes les parutions ont été numéro des ventes à leur sortie et les rééditions ont connu le succès qu’on sait.
 
 
 
Question de Pierre : Comment est né ce site et avec quel objectif ? Vous êtes nombreux à y travailler ? 
Jérémy Fouques : À l’époque de la création du site en 2005, il n’existait aucun site francophone consacré au Trône de fer. Le site est né de la volonté du webmaster, lord Corbac, de rassembler les fans afin de discuter de la saga en attendant la sortie du très attendu AFFC, le quatrième tome en V.O. Le site était principalement constitué d’un forum de discussions qui a grandi au fil des années.
En plus du webmaster, nous sommes trois administrateurs et une dizaine de modérateurs à faire tourner le site, mais le wiki a aussi de nombreux autres contributeurs.
 
 
Question de Nicolas : Pourquoi avoir crée un wiki ? Et comment fonctionne-t-il ? 
Jérémy Fouques : Avec le premier forum de la Garde de Nuit créé par lord Corbac était attenant un petit site au format SPIP qui résumait les principaux lieux, personnages, etc. Il faut bien se rendre compte que l’internet de cette époque était très différent de l’internet d’aujourd’hui et trouver des informations sur la saga bien plus difficile, y compris en anglais (le wiki anglophone étant même postérieur au nôtre). En 2006, j’ai eu l’idée d’abandonner l’architecture SPIP, peu ergonomique, pour un wiki plus facile à utiliser à plusieurs contributeurs. Pendant les cinq ans entre la sortie d’AFFC et celle d’ADWD nous avons tenté de remplir de la façon la plus exhaustive possible et la plus sourcée les informations issues de la saga afin d’aider les gens à s’y retrouver (la masse de personnages est assez impressionnante), de se remémorer les événements lus entre deux tomes et pour fournir une base de réflexion la plus complète possible pour élaborer toutes sortes de théories et de discussions passionnantes ! Depuis 2008, le wiki est jumelé avec les encyclopédies de nombreux autres sites, anglais, italiens, russes, chinois, espagnol...
Son fonctionnement est similaire à celui de tout wiki, n’importe quel utilisateur peut contribuer tant qu’il respecte la charte d’utilisation (neutralité, nécessité de sourcer son travail, etc.)
 
 
Question de Carole : Avez-vous eu des surprises en travaillant sur ce wiki ? Des détails qui vous ont épaté ? 
Jérémy Fouques : Oh oui ! Trop pour pouvoir les évoquer ici. La majorité des théories discutées sur le forum s’appuient sur les faits dûment compilés. Le détail le plus frappant reste la cohérence globale. Pour le nombre de pages de la saga (presque 5000 actuellement), la complexité de la narration (multiplicité des points de vue) et le nombre hallucinant de personnages, le nombres d’incohérences et autres couacs est quasi-inexistant. Plus qu’un écrivain, GRRM est un orfèvre qui travaille et retravaille énormément ses chapitres après écriture de manière à en gommer toutes les imperfections, distiller les bons indices à l’avance et éviter les erreurs. Le résultat est impressionnant et on se rend difficilement compte de la difficulté de la tâche en une simple lecture. Travailler sur ce wiki m’a vraiment fait mesurer l’ampleur du travail de GRRM.
 
 
Question de Jérémy : Quel est votre regard sur le cycle de George R.R. Martin ? Pourquoi selon vous est-il si intéressant et addictif ? 
Jérémy Fouques : C’est une question très vaste et je pense ne pas avoir le place ou le temps pour tout développer ici ! Je pense qu’il y a énormément de facteurs qui font du Trône de fer une oeuvre incontournable et addictive.
Bien entendu c’est avant-tout parce que c’est un excellent roman, bien écrit, riche, complexe et intéressant. GRRM a créé une fresque vivante mue par des personnages vivants, crédibles et qui évoluent au fil des romans là où la majorité des oeuvres se cantonnent à un héros qui évolue lors de sa "quête initiatique" entouré de personnages secondaires statiques. GRRM joue avec les codes de la fantasy classique pour nous en présenter l’antithèse "de la fantasy pour les gens qui n’aiment pas la fantasy" comme il le dit lui-même, sans héros, sans lutte du bien contre le mal mais avec des intrigues qui se croisent et s’entrecroisent à la perfection. Lorsqu’on lit La Belgariade, ou Le Seigneur des Anneaux, on sait d’avance comment ça va finir. La méchante incarnation du mal est vaincue et les héros triomphent, l’important n’est pas là, et l’intérêt de ces oeuvres (qui sont par ailleurs pleines de qualités) réside ailleurs. En tuant Eddard Stark, le personnage principal, à la fin du premier tome, GRRM a fait quelque chose de totalement novateur dans la fantasy ; et même dans la littérature en général. A partir de ce moment, la lecture devient totalement imprévisible. Quand je vois Luke Skywalker poursuivi par les stormtroopers, Frodon par les Orques ou Indiana Jones par une grande boule de pierre, j’ai beau trouver la scène superbe, je ne peux pas trembler pour eux. Ils s’en sortiront quoiqu’il arrive et quelque soit la trame narrative que l’auteur met en place. Dans Le Trône de fer, notre attachement aux personnages est renforcé par notre méconnaissance de leur futur. Qui vivra ? Qui aimera qui ? Qui triomphera ? Voilà ce qui rend l’oeuvre addictive.
 
 
Question de Bastien : Est-ce que ces autres romans sont aussi intéressants ? 
Jérémy Fouques : Tout est une question de goût. Certains m’ont plus, d’autres non. je vous conseille Les voyages de Haviland Tuf et Riverdream.