Interview : Thibaud Eliroff répond aux internautes sur Le Trône de Fer
de Thibaud Eliroff et George R. R. Martin
aux éditions

Auteurs : Thibaud Eliroff , George R. R. Martin
Date de parution : février 2015 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Thibaud Eliroff ou George R. R. Martin

Il y a quelques mois, la page J’ai lu du Trône de fer organisait des interviews avec différents intervenants sur le Trône de Fer. Alors que la série télé adaptée des romans de George R.R.Martin va lancer dans quelques semaines sa cinquième saison, nous avons eu l’autorisation de reprendre ces interviews sur Actusf afin de vous les proposer.
Thibaud Eliroff est l’éditeur du Trône de Fer chez Pygmalion et J’ai lu.

 
Question de Nicolas : Est-ce que la série TV a changé votre travail sur les livres ? 
TE : Ça dépend ce qu’on appelle le travail sur les livres. Cela n’a aucune incidence sur la relecture de la traduction et le travail d’édition à proprement parler, mais ça change évidemment la façon de promouvoir les livres. La série TV est un formidable catalyseur, mais le revers de la médaille, c’est qu’il est de plus en plus difficile de faire comprendre au public et aux médias que le livre n’est pas un produit dérivé, mais l’œuvre fondatrice. Nous nous battons quotidiennement pour faire en sorte que les livres soient au moins cités dans les émissions télévisés ou les articles qui traitent du sujet. Et surtout pour faire exister l’homme derrière l’œuvre.Martin devrait être plus connu que Game of Thrones ; aujourd’hui ce n’est pas encore le cas.
 
 
Question de Mathieu : Et vous, quel est votre personnage préféré ? 
TE : Sans aucune hésitation : Cersei Lannister. J’adore sa démesure… Tout ce qu’elle fait, elle le fait avec excès et rarement avec succès. Elle est tout à la fois cruelle, lubrique, impérieuse, impulsive,esclave de sa passion, théâtrale, pathétique. C’est un vrai personnage de tragédie, elle aurait pu brûler Rome cent fois. Si je devais émettre une critique à l’égard de la série TV, c’est sur le casting de Cersei : la (très jolie) Lena Headey est un peu trop falote pour rendre toute l’outrance de Cersei.
 
 
Question de Nicolas : La série, d’après vous, spoile-t-elle les livres exprès dans le but de regarder la série avant le livre ? J’ai cette impression. 
TE : Étant peu adepte des théories du complot, j’ai peine à croire que les scénaristes, qui doivent déjà s’arracher les cheveux pour faire rentrer les livres dans des saisons de 10 épisodes de 50 minutes,prennent en compte ce type de considérations. Si tel était le cas d’ailleurs,il faudrait que ce soit autorisé par l’auteur, puisque celui-ci fait partie de la production – et je ne vois pas quel serait son intérêt. Maintenant, chacun est libre de penser ce qu’il veut...
 
 
Question de Claire : La saga a un immense succès. Est-ce que cela se reporte sur les autres livres de George R.R.Martin que vous publiez chez J’ai lu ? 
TE : Ça a été long à venir, mais ça commence enfin ! Pendant longtemps, les lecteurs qui avaient terminé les derniers tomes disponibles de la saga retournaient voir leur libraire en réclamant d’autres histoires comme le Trône de fer, sous-entendu de la fantasy historique.Or, les autres romans de Martin, quoique excellents, sont très différents :pour ne citer que mes préférés, Riverdream est une chasse aux vampires sur le Mississippi en 1850 (un vrai bijou !), Armaggedon Rag parle de rock et les recueils de nouvelles comme Les rois des sables, Chanson pour Lya et Des astres et des ombres, dont pas un texte n’est à jeter, sont majoritairement de la science-fiction. À présent que les lecteurs se rendent compte qu’on trouve dans ces histoires ce qui fait tout le sel du Trône de fer, à savoir des personnages extrêmement vivants, des intrigues réalistes et une capacité à vous emmener très loin l’air de rien, on note effectivement un regain d’intérêt pour le reste de sa production. J’espère en tout cas que les lecteurs du Trône de fer nous suivront sur la publication de Wild Cards, la série participative de George Martin, dont le premier volume paraîtra en septembre en Nouveaux Millénaires.
 
 
Question de Marielle : Est-ce que vous l’avez rencontré ? Comment est-il ? 
TE : Je l’ai vu une fois, à Londres, lors d’un dîner avec tous ses éditeurs européens. C’est un homme affable, disponible, qui a toujours une anecdote à raconter et qui fait preuve d’une grande capacité d’écoute. Une personne attachante, vraiment.
 
 
Question de KrissTauf : Verra-t-on au final des alliances pour la paix et la vie face aux marcheurs blancs ou verra-t-on un royaume divisé face aux ténèbres d’autant plus qu’il a été évoqué une peste qui frappera les royaumes de Westeros ce qui ajoutera un sacré chaos.... 
TE : Diantre, vous en savez plus que moi ! Continuez,je vous prie... ;-)
 
 
 
Question de Jérôme : Quelles sont pour vous les qualités littéraires du Trône de Fer ? Pourquoi ça marche si bien ? 
TE : C’est simple : il y a tout, dedans. Les intrigues politiques chères aux passionnés d’histoire, des créatures magiques et un cadre médiéval propres à émoustiller le lecteur de fantasy, des drames familiaux et des amours contrariés à la pelle pour les férus de littérature romanesque, des destinées épiques... C’est tout à la fois les Rois Maudits, Dallas, les westerns de Sergio Leone et bien plus encore. Au-delà de ça, ce qui fait la force de sa saga, ce sont ses personnages, que George Martin parvient à faire exister en quelques lignes à peine. Au bout d’un paragraphe ou deux, vous les adorez ou vous les haïssez, mais aucun ne vous laisse indifférent.
 
 
Question de Marc : Est-ce que vous savez où il en est de l’écriture des volumes 6 & 7 ? 
TE : Oui, bien sûr, d’ailleurs il m’appelle tous les jours pour me tenir au courant ;) Non, malheureusement je n’en sais pas plus que quiconque. Visiblement son agent et son éditeur américain sont logés à la même enseigne (ou alors ils sont très discrets...)
Je crois que Martin a choisi de rester secret car ça s’était assez mal passé sur le précédent tome, où plusieurs dates de parution avaient été annoncées prématurément. Chaque fois, Martin se prenait une volée de bois vert de la part des fans impatients. Donc je pense qu’il n’annoncera rien avant d’être sûr et certain de pouvoir livrer le manuscrit complet.
 
 
Question de Julien : Y a-t-il un auteur français aussi ambitieux que George R.R.Martin ? Si on a aimé le Trône de Fer, on peut lire quoi chez vous ? 
TE : J’encourage vivement les lecteurs à se pencher sur le reste de l’œuvre de George Martin, il y a bien des pépites à découvrir. Après, si on cherche spécifiquement de la fantasy sombre et épique dans un monde aux accents médiévaux, je conseille vivement de lire Martyrs d’Oliver Peru. Ce n’est pas exactement pareil, en ce sens qu’Oliver offre une vision de la nature humaine beaucoup moins cynique et désespérée, mais c’est comparable dans le type d’intrigues et d’événements qui s’y déroulent.
 
 
Question de Julie : Comment travaillez-vous avec Marc Simonetti pour les couvertures ? 
TE : Je ne travaille pas directement avec lui, il y a un directeur artistique qui s’en charge. Mais comme je suis souvent en copie de leurs échanges, je peux un peu en parler. Marc est très autonome, il connaît depuis longtemps l’univers de Martin et nous en livre une version très personnelle la plupart du temps. Mes briefs se résument en général à "j’aimerais bien voir apparaître tel ou tel élément" ou "il y a cette scène dans le chapitre tant qui pourrait bien rendre", et à partir de là Marc fait un peu ce qu’il veut. Nous ne sommes pas toujours d’accord,mais je dois reconnaître que c’est le plus souvent lui qui a raison, le bougre !
 
 
Question d’Emilie : Bonjour ! Ce n’est pas vraiment une question, mais une nouvelle traduction est-elle possible ? 
TE : Ça ressemble quand même beaucoup à une question, je vais donc y répondre. J’ai bien conscience que la traduction de Jean Sola suscite de nombreuses critiques, mais elle a aussi, et en nombre égal, ses adeptes. Retraduire serait donc aussi impopulaire que de ne pas le faire.L’idéal serait de réviser la traduction de Jean Sola pour en éliminer les contresens les plus manifestes.
 
 
Question de Way : La publication des tomes 14 et 15 prennent du temps...ce qui veut dire que l’intégrale tome 5 n’est pas prête devoir le jour or la série HBO avance et la prochaine saison (la 5) compilera à la fois le tome 4 et 5 pour plus de rythme. Devons-nous attendre encore longtemps avant d’avoir ce fameux tome 5 ? La plupart des fans vont finir par acheter les Pygmalion qui ne sont plus très chers en occasion. 
TE : Je ne suis pas autorisé à dévoiler ici un calendrier précis, mais sachez que le dossier avance, et dans le bon sens.J’espère pouvoir vous communiquer de bonnes nouvelles bientôt.
 
 
Question de Nathalie : J’aimerais savoir si pour l’intégrale du tome 5 il est prévu une couverture dessinée par Marc Simonetti comme pour la première édition de vos intégrales ? 
TE : Cette question est effectivement à l’étude. Nous envisageons la possibilité d’un tirage limité, mais rien n’est encore décidé.
 
 
Question de Tom : Pourquoi est-ce aussi long en France par rapport aux autres pays ? (3 ans depuis la sortie du tome 5 en VO, et toujours aucun signe chez nous, alors qu’il est sorti au bout d’un an seulement dans la plupart des autres pays...) 
TE : Je ne peux malheureusement pas répondre pour Pygmalion, ce sont là des choix stratégiques inhérents à leur politique éditoriale.
 
 
Question de Jessica : Bonjour, avez-vous eu des communiqués sur les thèmes abordés dans le tome 6 ? Merci. 
TE : Je crois qu’il sera question d’un royaume dans lequel des familles se battent pour le pouvoir, tandis que des créatures maléfiques se massent aux frontières derrière un immense mur de glace. Ah, et il y aura des dragons, paraît-il !
 
 
Question de Rachel : Ma question se porte sur le choix du découpage des tomes en version poche. Quels en sont les critères et pourquoi ce choix ? De nombreux fans considèrent que c’est un véritable massacre de l’œuvre originale composée en principe de sept tomes, un tome représentant chaque royaume de Westeros. Est-ce purement mercantile ? 
TE : Les versions poches découlent des grands formats de Pygmalion, et encore une fois je ne puis parler pour eux. Toutefois, la création chez J’ai lu, bien avant la série télévisée, de ces"intégrales" qui reprennent à moindre coût le découpage original,était justement une façon de répondre à cette exigence légitime des lecteurs.
 
 
Question de Nicolas : Pensez-vous qu’il y a une baisse de qualité dans l’histoire et dans l’ambiance qu’installe GRRM dans les tomes (par exemple AFFC ou les premiers tomes (VF) de ADWD) ? 
TE : Je parlerais moins de baisse de qualité que de changement de rythme. Il se "passe" moins de choses, c’est un fait,et avec la multiplication des personnages l’histoire paraît plus éclatée. Mais personnellement j’adore A Feast For Crows (intégrale 4 en VF, ou tomes 10-11-12 en poche), car Martin prend le temps de suivre des personnages dont le rôle est secondaire, mais qui n’en sont pas moins très réussis. C’est aussi dans ce tome que la folie de Cersei atteint son paroxysme... mais je ne veux pas en dire plus, pour ne pas spoiler.
 
 
Question de Philippe : A quoi ressembleront les couvertures des tomes 14 et 15 ? 
TE : Les couvertures des tomes 13, 14 et 15 forment un triptyque, une seule image déclinée sur les trois couvertures. Sur celle du 13 on voyait la tête du dragon, sur le 14 on aura le corps et sur le 15 figurera la queue. Chaque fois le décor d’arrière-plan est différent et évoque les trois personnages principaux du roman : une cité/désert pour Daenerys, une plaine traversée par une rivière pour Tyrion, un décor de glace pour Jon.