Interview Victor Dixen sur Animale
de Victor DIXEN
aux éditions Gallimard Jeunesse
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Contes

Auteurs : Victor DIXEN
Date de parution : 0000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Age minimum : 13 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Victor DIXEN

A l’occasion de la sortie de son dernier roman "Animale - La malédiction de Boucle d’Or" paru chez Gallimard Jeunesse, Victor Dixen revient pour nous sur les étapes de sa création...

Actusf : Comment vous est venue cette idée de revisiter l’histoire de Boucle d’Or ?
Victor Dixen : L’idée est venue d’un rêve centré sur une chaumière perdue au cœur d’une forêt profonde, vers laquelle je marchais sans jamais parvenir à l’atteindre. Je m’en approchais, je m’en approchais… et je me suis réveillé au dernier moment, juste avant de pousser la porte. Le lien avec le conte de Boucle d’Or s’est fait à mon réveil. Je l’ai aussitôt relu, et je me suis rendu compte qu’il n’avait pas de fin. La jeune fille saute par la fenêtre et disparaît purement et simplement. Je me suis fixé une tâche : retrouver la trace de Boucle d’Or !
 

Actusf : Pourquoi donnez-vous une place importante à l’Histoire ?
Victor Dixen : Je crois que l’Histoire avec un grand H, c’est d’abord la somme de toutes les petites histoires qui font ce que nous sommes. Pour un écrivain, c’est un réservoir d’inspiration incroyable. On n’en a jamais fini de creuser : sous chaque strate, il y a toujours une autre strate ; sous chaque événement officiel, il y a dix événements intimes, cachés ou tout simplement oubliés, et qui demandent à être racontés.
Oui, l’Histoire me passionne, mais ses coulisses plus encore !
 

Actusf : Pourquoi ces changements de style et de point de vue entre les différentes parties du livre ? Est-ce uniquement pour comprendre davantage la psychologie des différents personnages, en particulier Blonde ?
Victor Dixen : L’aspect fragmenté et fragmentaire de l’écriture s’est présenté naturellement, sans doute parce que cette forme correspondait à l’histoire que je voulais raconter. Je crois que lorsqu’on écrit un roman, il faut toujours essayer de mettre le style au service de l’histoire, la forme au service du fond. Cette règle n’est pas toujours appliquée, mais je m’efforce de me la rappeler à chaque fois que je me mets à ma table de travail.

Animale, c’est d’abord une enquête – celle que mène Blonde à la recherche de ses origines, celle que je mène en tant qu’auteur à la recherche de la Boucle d’Or du conte. Or toute enquête est faite de pistes (dont beaucoup sont fausses !), d’indices, de pièces à conviction. Il faut recoller les morceaux, reconstituer le puzzle.
En bonus, cet aspect kaléidoscopique offre en effet une belle possibilité d’explorer la psychologie des personnages sous différents angles, à travers différents regards… exactement comme lorsque l’on interroge les témoins d’une enquête : chacun à sa version des faits !
 

Actusf : Où avez-vous trouvé l’inspiration pour vos personnages, leur personnalité, leur profil, leurs métiers... ?
Victor Dixen : J’ai toujours été fasciné par les univers-boîtes, les mondes clos qui fonctionnent selon leurs propres lois. L’idée de commencer mon histoire dans un couvent m’a beaucoup stimulé. J’ai fait des recherches sur la vie des religieuses, leurs règles, leur manière d’organiser leur existence. D’un point de vue esthétique, je voulais aussi que le personnage de Blonde avec son éclat apparaisse comme une flamme dans un univers ténébreux et humide – d’abord une flammèche vacillante, puis un brasier de plus en plus ardent à mesure qu’elle s’éveille à elle-même.

C’est difficile d’expliquer comment naît un personnage… À l’origine il y a une intuition, un besoin très fort de faire entendre une voix qui ne parle pas encore. Et puis il y a les recherches, la biographie. C’est sans doute un peu comme les êtres faits de chair et de sang : la nature et la culture, l’inné et l’acquis.

Sans en dire trop sur la fin, pourquoi avez-vous fait ce choix de passer très vite sur le dénouement final ?

Parce qu’Animale, c’est un hommage aux contes !

Les contes ont l’élégance de ne pas s’éterniser. Ils peuvent vous faire passer par mille péripéties, une fois parvenus à leur terme, il leur suffit de quelques phrases pour tirer leur révérence. Sont-ils moins profonds pour autant ? Au contraire, je crois que c’est parce qu’ils s’achèvent sur un point d’orgue qu’ils résonnent si longtemps en nous.
 

Actusf : Avez-vous prévu d’autres histoires avec les personnages d’Animale ?
Victor Dixen : Je crois en effet qu’ils ont encore de sombres secrets à avouer, de grandes batailles à livrer...
 

Actusf : Quels autres projets avez-vous de prévus bientôt ?
Victor Dixen : Beaucoup, et de toutes sortes. Mes nuits d’écriture sont bien occupées.

À court terme, je donne rendez-vous aux lecteurs dans les pages du Je Bouquine de mars prochain, pour une histoire étrange… comme je les aime. 

Isabelle P, Laura Vitali