Interview d’Andreas Eschbach
( 1 )
de Andreas Eschbach
aux éditions ActuSF
Genre : SF

Auteurs : Andreas Eschbach
Date de parution : janvier 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : novembre 2001

Lire tous les articles concernant Andreas Eschbach

"Des milliards de tapis de cheveux occupera toujours une place à part "

Actusf : Nous sommes aux Utopiales, on vous a découvert grâce à ce festival il y a quelques années maintenant, est-ce que l’Europe de la SF est une idée importante pour vous ?
Andreas Eschbach : Oui bien sûr, le fait d’être en contact avec des auteurs anglo-saxons montre que la SF européenne est en train de prendre une véritable dimension. C’est fondamental.

Actusf : Avez-vous fait des rencontres pendant ces quelques jours ?
Andreas Eschbach : Oui, j’ai beaucoup discuté avec des auteurs espagnols et mexicains, on s’est échangé nos adresses mail, on a réfléchi à ce que l’on pourrait éventuellement faire ensemble.

Actusf : Avez-vous des projets pour concrétiser cette SF européenne ?
Andreas Eschbach : Pour l’instant, chaque pays travaille dans son coin, on ne sait pas qui publie quoi à l’étranger. Cependant il y a des projets concrets, Noosfère souhaite développer un site important : Eurosfère. Des anthologies européennes comme Utopiae 2001 sont en train de se monter et j’espère que cela ouvrira des portes sur les autres SF qui nous entourent.

Actusf : Valerio Evangelisti et Franco Ricciardelo nous disaient que la SF italienne va mal. En Espagne, elle n’est pas reconnue et ne semble pas prêt de l’être. Comment se porte la SF allemande ?
Andreas Eschbach : Elle va mieux. Depuis cinq ans, on voit apparaître de nouveaux auteurs et parallèlement les éditeurs semblent développer un nouvel intérêt pour ce genre. Ceci ne signifie pas que tout est résolu, toutes les revues qui publiaient des nouvelles ont disparu car elles achetaient des récits anglo-saxons de grands auteurs qui leur coûtaient beaucoup trop cher. En Allemagne, les gens avaient peur du passage à l’an 2000 donc leurs préoccupations ne se tournaient pas vers l’avenir mais maintenant que nous avons franchit le cap, on dirait que l’intérêt revient. C’est l’inverse de ce que l’on peut observer en France.

Actusf : Avant le passage à l’an 2000 ce rejet venait des lecteurs ou des maisons d’édition ?
Andreas Eschbach : Des éditeurs principalement à cause de leurs problèmes d’argent insolubles.

Actusf : Comment avez-vous commencé à écrire ?
Andreas Eschbach : Je m’en souviens à peine, je sais que je me faisais expliquer les lettres par mon père vers 5 ans (avant d’entrer à l’école) et je créais des mots complètement fantaisistes ou des petites bandes dessinées… C’étaient, je crois, mes véritables débuts (rires).

Actusf : Pourquoi avoir choisi la SF ?
Andreas Eschbach : Je n’ai pas choisi la SF, c’est plutôt elle qui m’a choisi. J’en lisais étant enfant et lors de mes débuts dans l’écriture, je me suis naturellement dirigé vers ce genre qui me laissait le plus grand espace créatif.

Actusf : Quels sont les auteurs qui vous ont marqué ?
Andreas Eschbach : On risque d’y passer une heure mais je peux quand même citer Jules Verne puis plus tard Heinlein, au début j’étais petit et je ne me souviens plus des noms.

Actusf : Le roman qui vous a fait connaître, Des milliards de tapis de cheveux, a été écrit il y a déjà plusieurs années, quel regard portez-vous sur lui aujourd’hui ?
Andreas Eschbach : Il occupera toujours une place à part car c’est le premier livre que j’ai écrit avec l’intention d’être publié et qu’il contient des thématiques qui me poursuivent encore. J’y ai mis tout ce que j’avais à dire cependant je reviens à ces questions dans mon dernier roman en cours de traduction en français. Avec le recul, je suis conscient de ses lacunes mais aussi de ses qualités.

Actusf : Il a eu beaucoup de succès en Allemagne puis en France tout comme Jésus Vidéo, comment réagit-on à un tel engouement ?
Andreas Eschbach : J’ai vécu une sorte de schizophrénie. Il y a en moi d’une part l’écrivain vissé derrière son bureau qui travaille en solitaire puis d’autre part il y a le manager. C’est ce dernier d’ailleurs qui est ici aujourd’hui…

Actusf : Vos romans sont très différents, on ne peut pas vous coller une étiquette SF ou Fantasy, vous sentez-vous capable d’écrire dans tous les genres ?
Andreas Eschbach : C’est une question que je me pose… Je pars d’une idée et j’essaie de trouver la manière la plus adaptée pour en parler. Je ne désire pas faire des clones de mes œuvres précédentes. D’ailleurs c’est un problème vis à vis des éditeurs qui préféreraient pouvoir me faire entrer dans une case.

Actusf : Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Andreas Eschbach : Elles sont partout, dans les revues scientifiques, dans ce qui m’arrive tous les jours, dans la littérature… Depuis 25 ans j’ai un petit carnet dans lequel je puise mes idées.

Actusf : Vous êtes allemand et dans Jésus Vidéo vous parlez d’Israël et de religion, avez-vous eu des réactions de la part des juifs ?
Andreas Eschbach : Non pas que je sache. On m’a juste confirmé - à mon grand soulagement - que ma vision du pays était exacte. Pour le coup, en tant qu’allemand, je ne pouvais rester extérieur au récit, c’est pour cela que j’ai choisi comme personnage un écrivain de ma nationalité.

Actusf : Et plus généralement, avez-vous eu des réactions de la part des croyants ?
Andreas Eschbach : Oui, j’ai reçu des messages assassins pour me dire que je ne connaissais rien à la véritable personne de Jésus. Mon livre a été mis à l’index par une école franciscaine. Mais parallèlement, il est recommandé par certaines bibliothèques qui traitent du sujet.

Actusf : Dans Station Solaire il y a une prise d’otage, cela nous renvoi à l’actualité…
Andreas Eschbach : C’est vrai que dans le roman, ce sont des fondamentalistes de l’Islam mais cela n’a rien d’étonnant, c’est un mouvement qui est en marche depuis plus de dix ans. Je m’intéresse au fondamentalisme en lui-même qu’il soit musulman ou chrétien, cela n’a pas d’importance.

Actusf : Pour conclure, quels sont vos projets ?
Andreas Eschbach : Je suis en train d’écrire un second roman pour la jeunesse. Il parle du clonage mais j’ai trouvé un biais pour traiter ce thème récurent d’une façon originale. Je travaille en même temps sur un nouveau roman pour adulte mais je préfère rester discret sur ce sujet.

Laure Ricote