Interview d’Edika
( 1 )
de Edika
aux éditions ActuSF
Genre : Humour
Dessinateur : Edika
Date de parution : mai 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : interview par mail
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : mai 2005

Lire tous les articles concernant Edika

Rencontre avec Le Grand Edika figure de proue du magazine. Je sais vous nous enviez



ActuSF : Edika, vous étiez dans les débuts de l’aventure de Fluide, un bilan de ces 30 ans de bons et loyaux services ?
Edika  : Une formidable aventure et une chance unique qui n’est pas donnée à tout le monde de pouvoir, rien qu’avec de l’encre et du papier, raconter tout ce qui me passe par la tête en s’amusant (pas toujours) mais en s’amusant quand même et d’être en plus payé pour ça.

ActuSF : Et la recette pour garder l’esprit Fluide ?
Edika  : Je ne pense pas qu’il y ai une recette pour garder l’esprit de Fluide, je crois qu’à partir du moment ou un dessinateur adhère à l’humour de Fluide et qu’il puisse arriver à trouver une idée de scénario tout à fait personnelle en restant le plus honnête possible avec ce qu’il ressent profondément, en général çà marche, mais je suis obligé d’ajouter "pas toujours" pourquoi ? Eh bien je ne sais pas c’est comme çà... difficile à expliquer, çà colle pour certain et pas pour d’autres...

ActuSF : Les bouclages de Fluide, universellement connus, sont-ils toujours aussi épiques ?
Edika  : En tous cas moins pour moi j’avoues que je viens parfois pour faire acte de présence sans avoir vraiment envie de chercher des idées en direct ça me passionne moins qu’il y a quelques années.

ActuSF : Comment vous définiriez votre trait ?
Edika  : Tremblotant et extrêmement variable selon l’état d’humeur dans lequel je me trouve.

ActuSF : Fluide sans Edika ou Edika sans Fluide, c’est possible ?
Edika  : Bien sûr que Fluide sans Edika c’est possible personne n’est indispensable de toute façon à un moment donné ce sera inévitable mais Edika sans Fluide çà je crois que le passage sera un peu difficile mais comme dit l’autre il faut s’habituer aux renoncements nécessaires...

Charlotte Volper