Interview de Arnaud Mousnier-Lompré
de Arnaud Mousnier-Lompré
aux éditions ActuSF
Genre : SF

Auteurs : Arnaud Mousnier-Lompré
Date de parution : avril 2009 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Arnaud Mousnier-Lompré

Si vous lisez un roman de Robin Hobb, il y a de bonne chance qu’il ait été traduit par Arnaud Mousnier-Lompré. C’est avec les romans d’Orson Scott Card l’essentiel de son travail. Interview d’un traducteur pour mieux cerner l’auteur.

ActuSF : Comment définiriez-vous son style ? Quelles sont ses particularités littéraires ?
Arnaud Mousnier-Lompré : Robin a un style très fluide, très clair et très imagé sous des apparences simples ; je la compare souvent, /mutatis mutandis/, à Marguerite Yourcenar pour son écriture et pour la profondeur de son analyse de l’âme humaine.

ActuSF : Apparemment vous êtes un amateur de ce qu’elle écrit. Mais pourquoi donc ? Qu’est-ce qui vous plaît dans son univers ?
Arnaud Mousnier-Lompré : Comme je le disais au-dessus, elle a une perception unique de l’humain, très fine et empreinte de compassion. Il n’y a pas de jugement chez elle, uniquement un exposé des faits, et, chez ses héros comme chez ses "méchants", il y a des failles, des faiblesses, des fragilités - et des forces qui leur donnent une substance, une crédibilité rarement atteintes dans le genre littéraire où elle exerce.

ActuSF :
Qu’est-ce que vous préférez ? Travailler sur des longs cycles ou des nouvelles plus courtes ?
Arnaud Mousnier-Lompré : Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients. Les longs cycles offrent une "sécurité d’emploi" agréable et permettent de s’immerger dans le style d’un auteur ; les nouvelles ou les romans courts sont plus vite torchés et on n’a pas le temps de s’en lasser.

ActuSF : Parlons un peu de "style". C’est souvent la grande question pour les traducteurs. Comment gérez-vous cet aspect de la traduction ?
Arnaud Mousnier-Lompré : Au pifomètre. Je me réfère au style de l’auteur et je tâche de le transcrire en français dans la mesure du possible. Avec Robin, c’est facile, elle a un style clair, presque 19ème siècle (en plus léger, Dieu merci), qui me convient très bien ; dans la série "Traquemort" que je traduis pour l’Atalante, l’auteur a un parti-pris humoristique, une vivacité d’expression qui ne sont pas toujours aisés à rendre, mais c’est un défi que j’aime relever.

ActuSF : Avez-vous besoin de beaucoup de documentation à chaque fois ?
Arnaud Mousnier-Lompré : Beaucoup, non. Avec Robin, j’ai souvent à rechercher des noms de plantes, mais, en général, je m’adresse directement à elle, elle me fournit le nom latin et je me débrouille ensuite avec mes dictionnaires et Internet ; à part ça... Si, pour un livre d’OS Card, j’ai dû me documenter sur les Aztèques pour la traduction des noms, mais c’est assez exceptionnel.

ActuSF : Vous avez travaillé sur des romans d’Orson Scott Card, Robin Hobb, Moorcock, Silverberg etc. Est-ce une petite satisfaction d’avoir pu traduire des auteurs qui ont connu un tel succès et dont certains des livres sont aujourd’hui des "classiques" de la SF et de la fantasy ?
Arnaud Mousnier-Lompré : C’est une GROSSE satisfaction. Et puis ça en jette, sur un CV, d’avoir de telles pointures à son actif

ActuSF : Allez dites nous, on le répétera pas, c’est qui le plus fort selon vous ?
Arnaud Mousnier-Lompré : A mon avis strictement personnel, Robin dépasse tous les autres de la tête et des épaules. Mais les Silverberg, Dick, Card et compagnie n’en restent pas moins des très grands.

ActuSF : Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?
Arnaud Mousnier-Lompré : Je traduis le 8ème tome de la série Traquemort pour L’Atalante puis, en juin, j’attaquerai l’avant-dernier volume français de la série "Le Soldat chamane" de Robin Hobb pour Pygmalion.

Jérôme Vincent