Interview de Dario Argento
de Dario Argento
aux éditions ActuSF
Genre : Anticipation

Auteurs : Dario Argento
Date de parution : février 2011 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Dario Argento

Dario Argento était le président du jury du dernier festival du film fantastique à Gérardmer. L’occasion de lui poser quelques questions.

ActuSF : Pourquoi avez-vous accepté d’être président pour ce festival ?
Dario Argento : Je suis déjà venu trois fois. Ce festival a une grande réputation dans le monde du fantastique pour moi c’est un honneur.


ActuSF :
Pour revenir à votre carrière, vous avez rencontré Sergio Leone quand vous avez co-écrit Il était une fois dans l’ouest, comment vous a-t-il influencé ?
Dario Argento : Il m’a influencé dans sa façon de faire du cinéma. Il m’a appris ce qu’était une belle image, un bon cadrage … Avec lui, j’ai appris beaucoup de techniques qui m’ont aidé tout au long de ma carrière. Ma mère m’a aussi beaucoup influencé dans l’esthétique, la lumière, elle était photographe et mon père, le producteur Salvatore Argento, m’a fait aimé le cinéma.


ActuSF :
Vous avez été critique de cinéma avant d’être réalisateur. Que pensez-vous des critiques d’aujourd’hui ?
Dario Argento : Aujourd’hui, il n’y a plus vraiment de critiques de cinéma. Il y a seulement quelques lignes sur chaque film. C’est très frustrant de lire ça. Moi, je ne garde plus rien. Je ne lis pas ce qu’on écrit sur moi. Chaque jour est un renouveau, ça sert à rien de se tourner sur le passé.


ActuSF :
Vous êtes considéré comme le maître du Giallo, comment définiriez-vous ce genre ?
Dario Argento : C’est une sorte de cinéma sur la violence et en même temps un regard sur la beauté. Comme une sorte de fête avec une énigme … Je dirais même une fête sanglante ! Mais je ne suis pas vraiment le fondateur de ce genre, j’ai juste beaucoup contribué à le développer.


ActuSF :
Aujourd’hui le Giallo ne fait plus autant vendre que dans les années 70/80, pensez-vous avoir un digne héritier ?
Dario Argento : Il n’y a pas beaucoup de réalisateur qui font du Giallo maintenant. Je ne vois personne qui puisse me remplacer. Le cinéma italien en ce moment ne va pas très bien.


ActuSF :
Quels sont vos projets futurs ?
Dario Argento : J’ai des projets aux Etats-Unis pour l’automne prochain. Je vais faire une adaptation de BD à l’écran. Mais je ne vous dirais pas laquelle !


ActuSF :
Vous avez contribué à lancer votre fille, Asia en la faisant jouer dans vos films. Ce n’était pas trop dur de lui faire tourner des scènes de sexe ( Le phantôme de l’opéra) ou trash ?
Dario Argento : Non. La réalité et le film ça n’a rien à voir. Vous comprenez hein ? Ma fille aujourd’hui est un bon metteur en scène, j’en suis fière.


ActuSF :
Comment est-ce que vous écrivez vos films ?
Dario Argento : Je fais immersion dans le film pendant quelques mois. Le moment où je me fais le plus peur, c’est quand j’écris. Mon imagination est débordante. Je la trouve dans mes rêves et dans mon enfance. La vision de l’enfant est la plus pure. Je ne tiens pas compte de la réalité, des faits divers dans les journaux … C’est beaucoup plus profond. Après, quand on tourne, je n’ai plus peur, c’est que de la technique. Quand mes films sortent, je les vois une fois, après c’est fini.

 

Noémie