Interview de Guillaume Lebeau
de Guillaume Lebeau
aux éditions ActuSF
Genre : SF
Rédaction : Guillaume Lebeau
Date de parution : janvier 2008 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Guillaume Lebeau

Il y a quelques jours, Guillaume Lebeau présentait la deuxième année de la collection du Club Van Helsing aux éditions Baleine. Petite interview pour faire le bilan de la saison 1 et évoquer cette deuxième série

ActuSF : D’abord, quel est le bilan de la première saison ? Es-tu satisfait et des titres sortis, et de l’accueil, et (surtout) des ventes ?
Guillaume Lebeau : La première saison du Club Van Helsing est sans conteste un succès. Chaque épisode a réalisé une très bonne audience ! Les producteurs sont contents… Blague à part, nous sommes satisfaits de chacun des titres parus sous notre label. Leur diversité, leur densité, leur énergie sont le reflet de la vitalité et du talent des auteurs français.

L’accueil maintenant. Que dire ? Merci à l’ensemble des professionnels qui nous ont soutenu, de Cine Live à Mad Movies, du Monde des livres à Libération, de Khimaira à Elegy, de 13ème Rue à Radio France, de France Culture à France 3, de Actusf à Radio Canada… Pardon à ceux que j’oublie. Merci également aux libraires qui nous ont reçus en dédicace et nous recommandent à leur clients, parfois au péril de leur vie ! Merci enfin aux lecteurs qui avec passion dissèquent chacun des opus du Club Van Helsing…

Enfin les ventes. Club Van Helsing est une collection qui se vend, très bien pour certains titres, moins pour d’autres. Dans l’ensemble nous n’avons pas à rougir !
Cerise sur le gateau, Crépuscule Vaudou vient d’être vendu aux Etats-Unis et les coréens réfléchissent à une traduction complète de la collection !

ActuSF : Quel est l’objectif pour cette seconde saison ?
Guillaume Lebeau : Ils sont multiples. Le premier consistera à ne pas décevoir les fans de la première heure. Un monstre, un livre/un talent, on ne changera pas l’équation. Ensuite nous désirons surprendre, ne pas installer le lecteur dans la routine. Le surprendre dans le fond, mais également dans la forme. Lui faire découvrir d’autres auteurs, d’autres mondes étranges…

Notre ambition pour 2008 sera également d’aller chercher par la main le public du thriller et du polar, de rendre définitivement poreux les lectorats. Parce que les frontières n’ont pas d’avenir…

ActuSF : Est-ce que les restructurations au sein du groupe La Martinière changent quelque chose à la volonté de Baleine de poursuivre l’aventure ?
Guillaume Lebeau : Direct Group France aura 49 % de Loglibris, une nouvelle société créée par la filiale de diffusion-distribution de La Martinière Groupe pour prendre en charge sa logistique et approvisionner la chaîne des 72 librairies Chapitre. À part ça, rien de nouveau aux Éditions de la Martinière. Baleine retourne sous le giron des Éditions du Seuil, nous en sommes ravis ! Quant à Baleine, il n’a jamais été question de ne pas poursuivre l’aventure. Le Club Van Helsing s’inscrit pleinement dans la logique éditoriale initiée par Jean-François Platet et Pierre Fourniaud.

ActuSF : Parlons maintenant des livres, quels sont donc les titres de cette seconde saison ? Peux-tu nous dire un petit mot sur chacun des romans ?
Guillaume Lebeau : Pour la moitié d’entre eux seulement, si vous êtes sages ! Commençons avec La Nuit du Minotaure par Paul Halter, le premier CVH en forme de Cluedo. Un vrai roman d’énigme imaginé par un des derniers grands maîtres du mystère français. Attendez-vous à voir le Picon Bière redevenir ultra tendance ! Crépuscule Vaudou par Jean-Marc Lofficier, un pulp engagé, qui porte une très belle réflexion sur l’attitude de l’administration Bush lors du ravage de la Nouvelle-Orléans par l’ouragan Katrina. Sur fond de vaudou !!! Saigneur des loups, un texte puissant de Pierre Grimbert. Une fusion impeccable entre fantasy et thriller servie par un style ravageur. Enfin Outback, un grand Pierre Pelot qui marquera très certainement son retour à la fresque pré-historique !

ActuSF : Comment avez-vous choisi les auteurs pour cette deuxième saison ?
Guillaume Lebeau :
En fonction de leur ADN…


ActuSF : Est-ce que la trame général de la série va évoluer ? Il sera toujours autant
question de chasseurs de monstre ?
Guillaume Lebeau : La méta histoire progresse, par flashback mais aussi par touches subtiles. Nous savons très bien où nous voulons conduire le lecteur. Ce dernier en saura un peu plus cette année sur les chasseurs de monstres que l’année dernière mais bien moins que l’année prochaine !


ActuSF :
Quel est le calendrier des sorties ?
Guillaume Lebeau : Crépuscule Vaudou et La Nuit du Minotaure paraîtront ensemble fin février.
Saigneur des loups paraîtra pour le salon du livre de Paris.
Outback sera l’événement du mois d’avril.
Ensuite, vacances, et quatre autres titres à partir de septembre, dont une vision du Club Van Helsing par Pierre Bordage !

ActuSF : Tu avais signé le premier épisode. Est-ce que ça ne te démange pas d’en refaire un autre ?
Guillaume Lebeau :
Si j’ai signé l’épisode pilote c’était pour lancer la série. Je me suis bien amusé, je l’avoue. Mais maintenant l’ambition de la collection est d’additionner les talents et non de les cloner… Je ne reviendrai pas, en tous cas pas sous cette forme !

ActuSF :
Et puis passons à tes projets persos. Sur quoi travailles-tu actuellement ?
Guillaume Lebeau :
Eh bien, avant toute chose, je suis un auteur de thriller donc vous ne serez pas surpris d’apprendre que je travaille sur un… thriller. Hexagone, le second volet d’une trilogie de politique fiction entamée l’année dernière, va paraître pour le salon du livre de Paris aux éditions Phébus. Il fait suite à Pentagone qui l’année dernière avait frôlé le Grand Prix de littérature policière, espérons que cette année sera la bonne. C’est le gros morceau du moment !

J’enchaînerai avec la parution chez Baleine d’un roman intitulé Les Chemins de moindre résistance et puis j’attaquerai dans la foulée un autre thriller, axé sur le monde fabuleux des armées privées. Je développe également un gros projet de collection mais chut !

Jérôme Vincent