Interview de Jean-Marc Ligny (sur les Oiseaux de Lumière)
( 1 )
de Jean-Marc Ligny
aux éditions ActuSF
Genre : SF

Auteurs : Jean-Marc Ligny
Date de parution : janvier 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : juin 2001

Lire tous les articles concernant Jean-Marc Ligny

Depuis un peu plus de vingt ans, Jean-Marc Ligny développe l’univers des Chroniques des Nouveaux mondes publiant dans ce cadre nouvelles et romans. Le dernier en date marque une étape importante dans la carrière de l’auteur : Les oiseaux de lumière.

Actusf : : Une question évidente : comment est né l’univers des Oiseaux de lumière qui semble daté de quelques années ?
Jean-Marc Ligny : Il est né au début des années 80 devant une exposition de vaisseaux spatiaux et de scènes "extraterrestres" mises en espace par Jacques Lelut. C’était des maquettes de toute beauté, construites uniquement avec de la récup, avec des éclairages, des hologrammes, une ambiance sonore, etc. L’expo a pas mal tourné, notamment dans un train, et sur des péniches. Sous chaque maquette était affiché un petit texte de présentation, un embryon d’histoire. Mon imaginaire s’est emparé de ça et a bâti autour, peu à peu, tout l’univers des Chroniques des Nouveaux Mondes… J’ai rencontré Mandy à une autre expo de Lelut (qui présentait cette fois des androïdes). Comme il a été pareillement séduit, il s’est facilement intégré à mon univers… dont on a poursuivi le développement, je dirais "à temps perdu" (mais pas tant que ça) sur des années.

Actusf : : Apparemment, vous avez beaucoup travaillé à deux avec l’illustrateur Mandy. Comment vous-êtes vous répartis les tâches ?
Jean-Marc Ligny : On a été invités à quatre reprises, en résidences d’artistes à Vouneuil-sous-Biard dans la Vienne, pour préparer le scénario du roman. Quatre fois une quinzaine de jours, répartis sur un an et demi environ. On n’a travaillé sur Les Oiseaux de Lumière que dans ces moments-là. Mais j’avais déjà énormément de notes en amont… et Mandy beaucoup de tableaux qui ont servi de base visuelle. J’avais déjà publié, une dizaine d’années auparavant, trois romans et une dizaine de nouvelles sur les Chroniques, donc je possède un gros dossier ! Ces romans seront d’ailleurs repris bientôt chez J’ai Lu.

Actusf : : C’est un gros livre, il vous a demandé beaucoup de travail ?
Jean-Marc Ligny : À part ces quatre séances avec Mandy et presque vingt ans de notes accumulées derrière, l’écriture du bouquin m’a demandé sept mois, dont les derniers étaient plutôt intenses ! Mandy, pris par les éditions du Diable Vauvert pour qui il travaille, ne pouvait pas m’aider. Heureusement, ma femme Régine a pris le relais et grâce à elle, ses idées, ses réflexions, ses commentaires, ses corrections… le roman a pu être mené à bien en temps et en heure, et sortir pile poil pour obtenir le prix Tour Eiffel ! :-) (ce qui fut une totale surprise pour moi)

Actusf : : Par rapport à certains de vos romans (je pense à Jihad ou Inner City), Les oiseaux de lumière est plutôt optimiste. C’était une volonté dès le départ ?
Jean-Marc Ligny : Tout à fait. Il faut déjà être sacrément optimiste pour croire à l’exploration spatiale par des vaisseaux habités, du moins dans un avenir envisageable. En outre, je présente une humanité globalement pacifiée (même si des conflits et tensions demeurent), sous la houlette de deux races infiniment supérieures et suprêmement puissantes mais non agressives. Le fait est qu’il n’y a pas de morts ni de violence dans Les Oiseaux de Lumière… Je crois encore en l’humanité, à long terme.

Actusf : : Les oiseaux de lumière est considéré comme un hymne à la tolérance (en ce qui concerne les pratiques sexuelles et le racisme), est-ce que c’était aussi une volonté dès le départ ?
Jean-Marc Ligny : Non, pas vraiment, mais Mandy et moi étant "tolérants", nos personnages le sont aussi (ou le deviennent)… et pour que l’histoire fonctionne, il fallait qu’ils le soient ! En outre, c’était nettement plus agréable ainsi…

Actusf : : Comment présenteriez-vous ce roman à quelqu’un qui ne l’aurait pas encore lu ?
Jean-Marc Ligny : Faites-vous plaisir, oubliez vos soucis et ce monde cruel, lisez-le ! C’est une parabole sur le pouvoir du rêve, une drogue douce sans effet secondaire ni accoutumance ? sinon prendre goût au bonheur… ;-)

Actusf : : A peine publié, Les oiseaux de lumière a reçu le prix Tour Eiffel. Comment le prenez-vous ? Comme une récompense, un heureux présage pour la suite... ?
Jean-Marc Ligny : À la fois comme une consécration pour mes vingt ans de carrière opiniâtre, et comme un seuil vers un niveau professionnel supérieur, peut-être plus confortable matériellement mais bien plus exigeant sur le plan imaginaire et intellectuel, car je suis désormais condamné à faire mieux, ou au moins aussi bien !

Actusf : : Dans l’autre interview que nous publions sur le site, vous parliez de la relation particulière que vous entretenez avec certains de vos personnages. Retrouver Oap Täo fut un plaisir ?
Jean-Marc Ligny : Un immense plaisir, mais faire la connaissance de Frieda ? et surtout d’Hu-Reï ? encore plus ! Je crois que je suis carrément amoureux d’Hu-Reï. Ma femme va être jalouse ! ;-)

Actusf : : Quels sont les prochaines histoires prévues dans les Chroniques des Nouveaux Mondes ?
Jean-Marc Ligny : La réécriture de celles parues il y a 10 ans au Fleuve Noir, notamment la Saga d’Oap Täo et Un été à Zedong. Et peut-être un roman jeunesse… Plus quelques nouvelles qui seront disséminées ici et là, notamment dans Galaxies (la revue) et dans mon antho Eros Millenium.

Actusf : : Quels sont vos projets immédiats ?
Jean-Marc Ligny : Terminer Eros Millenium, qui doit sortir en octobre, et qui est la version masculine de Cosmic Erotica. On y trouvera des auteurs de premier plan comme Clive Barker, Pierre Bordage, Neil Gaiman, K.W. Jeter ou Valerio Evangelisti… En octobre également doit sortir chez Hors-Collection un album de photos étranges et magnifiques de Jean-Luc Boivent, des images de déserts que j’ai "illustrées" par une légende de mon cru… Et bientôt, je démarre un gros roman pour Flammarion, sur le dérèglement climatique (entre autres) qui est prévu pour la rentrée 2002. Voilà ! Ça ira comme ça ?

Jérôme Vincent