Interview de Johan Heliot sur Involution
de Johan Heliot
aux éditions
Genre : Interview

Auteurs : Johan Heliot
Date de parution : février 2014 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Johan Heliot

Involution est le dernier roman de Johan Heliot, paru en janvier chez Nouveaux Millénaires. Interview.

Actusf : Comment est née l’idée de ce roman ?
Johan Heliot : Suite à la lecture croisée de plusieurs articles sur les "mystères" des origines du champ magnétique terrestre, l’Anomalie Magnétique de l’Atlantique Sud (pour savoir ce que c’est, lisez le roman !), et le concept de régression évolutive. Tout ça a bouillonné avant de se mélanger dans ma tête pour donner naissance à une hypothèse science-fictive expliquant et reliant l’ensemble.
 
 
Actusf : On ne pas trop en dévoiler sur le concept d’Involution, mais est-ce que tu peux nous dire comment il est né et nous donner quelques pistes sur ce qu’est l’Involution ?
Johan Heliot : Difficile sans, en effet, trop en dire ! Cependant je peux essayer : il faut se placer dans une perspective à vraiment très long terme et imaginer la possibilité d’une orientation consciente – et donc, ici, inversée – des lois de l’évolution, tout en conservant à l’esprit l’idée que la prédominance de l’espèce humaine n’est qu’un accident (dont je me réjouis toutefois !) dans la grande histoire de la vie. J’espère qu’on me comprendra...
 
 
Actusf : Il y a une galerie de personnage, un couple d’ingénieurs, un chef de la mafia, un jeune milliardaire... comment as-tu choisi tes protagonistes ? 
Johan Heliot : Il m’intéressait de disposer de plusieurs points de vue opposés mais complémentaires pour mieux faire appréhender cette fin du monde particulière qui n’en est pas vraiment une. J’avais besoin d’un candide, rôle tenu par Vincent, jeune ingénieur français un peu largué malgré lui à São Paulo (lieu principal de l’intrigue), d’une vision scientifique et raisonnée des événements (rôle partagé par Chloé, l’ex-femme de Vincent, et Sebastian, jeune magnat quelque peu démiurgique), et d’une vision vraiment décalée et très opportuniste (rôle de César, jeune chef de gang très vite dépassé – et même "trépassé" !), plus quelques autres encore à des postes clés de la société que je décris. Malgré sa brièveté, je voulais que le récit soit choral (OK ? (pardon !)). Que le lecteur puisse facilement s’identifier à mon couple de Français exilés, sans non plus focaliser entièrement sur eux, puisque le décor choisi (pas au hasard, ni pour un effet d’exotisme vain, car il est parfaitement justifié que l’action se déroule là où elle le fait) est essentiellement brésilien.
 
 
Actusf : Y a-t-il une jubilation en tant qu’écrivain à raconter l’écroulement de la civilisation ?
Johan Heliot : Absolument ! J’en fais d’ailleurs le thème central d’une prochaine tétralogie jeunesse à paraître chez Gulf Stream... Pour Involution, je me suis intéressé au mécanisme sous-jacent de cet écroulement qui ne ressemble pas à ceux que l’on a l’habitude de croiser dans les romans de SF. Je trouvais l’idée d’une apocalypse light et raisonnée plus intéressante et tout aussi spectaculaire que les motifs ordinaires (guerre nucléaire, collision d’astéroïde ou autres).
 
 
Actusf : Ce n’est pas la première fois que tu explores une autre vision de l’humanité de son futur... Pourquoi est-ce un sujet qui te tient particulièrement à cœur ?
Johan Heliot : Je pense qu’on est là au cœur de la science-fiction : spéculation scientifique et vertige métaphysique en option. De plus, ce genre de texte est pour moi un challenge dans la mesure où on me catalogue comme auteur d’uchronie ou de steampunk (bon, j’assume aussi !) mais pas de ce genre de SF, que je pratique pourtant depuis mes débuts dans mes nouvelles, par exemple.
 
 
Actusf : Joseph Altairac parle dans sa chronique d’un roman à la fois optimiste et terrifiant. Est-ce que cela correspond à ce que tu voulais ?
Johan Heliot : C’est une excellente définition pour ce roman - et j’en profite pour dire à quel point je suis ravi que Joseph ait parfaitement saisi mes intentions dans sa chronique (je me doute que ce ne sera certainement pas le cas pour d’autres "critiques" !). Je me refuse à exprimer une vision totalement nihiliste de  notre futur, mais j’ai cependant assez de lucidité pour supposer qu’il ne sera pas rose. C’estpourquoi dans mes fictions je veux laisser entrouverte une porte de sortie pour l’Humanité quand viendra le moment de quitter la scène...
 
 
Actusf : Quels sont tes projets ? Sur quoi travailles-tu ?
Johan Heliot : Les volumes 2, 3 et 4 de la tétralogie évoquée plus haut, une trilogie pour Rageot Thriller, la suite des Substituts récemment paru au Seuil, un nouveau recueil de nouvelles pour Thierry Magnier et quelques autres projets en discussion ici et là en adulte cette fois. 

Jérôme Vincent