Interview de John Lang
de John Lang
aux éditions ActuSF
Genre : Fantasy
Sous-genres :
  • Humour

Auteurs : John Lang
Date de parution : août 2008 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant John Lang

John Lang, alias POC (Pen Of Chaos), est à l’origine d’un concept assez particulier, Le Donjon de Naheulbeuk. Le succes étant au rendez vous il développe son univers sous la forme d’une BD et enfin d’un roman. Retour sur un phénomène.

ActuSF : A la base Le Donjon de Naheulbeuk était des sketches diffusés sur internet, comment t’es venu l’idée ?
John Lang : J’avais écrit du med-fan humoristique dans ma jeunesse, et comme j’étais conscient de l’impossibilité de faire publier quoi que ce soit, je me suis dit que c’était plus sympa de commencer un nouveau projet, de l’enregistrer avec les moyens du bord, et de le diffuser sur mon site… Je ne pensais pas que ça pouvait intéresser quelqu’un ! Et au moins, ça m’évitait de démarcher des éditeurs pendant dix ans pour rien.

ActuSF :
Ils ressemblent beaucoup aux "2mn du peuple" de François Perusse. C’est volontaire ?
John Lang : Oui ! A l’origine, c’est surtout le format qui m’a intéressé, et les voix déformées qui donnent tout de suite un cachet marrant. A part ça, nous ne travaillons pas sur les mêmes choses, et nous n’avons pas le même humour. Il faut préciser qu’à l’époque, les sketches de Perusse n’était pas distribués en MP3, mais diffusés à la radio (et ensuite piratés sur le net, mais ça c’est une autre histoire).

ActuSF : Le donjon de Naheulbeuk
est une caricature des jeu de rôle et surtout de Donjons & Dragons. As tu joué aux Jeu de Rôle, y joue tu encore ?
John Lang : J’ai pratiqué pas mal le JDR évidemment, avec plusieurs jeux pendant des années. C’est ce qui m’a permis de faire ressortir un aspect « vécu », ce qui semble avoir plu au public. Mais les influences de Naheulbeuk prennent aussi leur source dans le cinéma de genre, et dans les jeux vidéos, le manga, etc..

ActuSF :
Ces sketches ont eu rapidement un succès. Comment as tu géré tout ça ?
John Lang : En dormant peu (rires) ! Pendant des années, j’avais deux journées de travail : ma journée au bureau, et tout le bazar de Naheulbeuk. Il fallait s’occuper du site, répondre aux courriers, écrire, enregistrer, préparer les concerts… J’ai pris six ans de retard de sommeil. Maintenant, même à plein temps sur Naheulbeuk, j’ai encore du mal… Mais ça s’arrange.

ActuSF :
Les "comédiens", sont des potes à toi ?
John Lang : Pour ce qui est de l’équipe principale, je fais moi-même toutes les voix, afin de pouvoir travailler de façon plus souple. Mais quand j’ai l’occasion, j’invite des potes pour incarner certains rôles, plus ou moins importants selon leur disponibilité. Certains me suivent depuis le début, et c’est toujours un plaisir de se retrouver pour enregistrer n’importe quoi.

ActuSF :
Comment enregistrais-tu tout ça, comment se déroulait la conception d’un épisode ?
John Lang : Je travaille chez moi dans un home studio monté de bric et de broc… Mais il faut reconnaître qu’à force je commence à avoir du matériel ! J’enregistre mes voix une par une, je trafique à l’aide de quelques logiciels et je fais le montage avec un logiciel multipiste… Il me suffit donc d’un PC pour tout faire.

ActuSF :
C’est toi qui écrivais tout les textes ?
John Lang : Oui, et c’est encore le cas d’ailleurs… Car les enregistrements continuent, même si j’ai arrêté de faire des épisodes suivis. Je travaille seul sur la plupart des projets, pour garder intact le « cachet Naheulbeuk ». En revanche, j’ai des amis qui travaillent avec moi sur l’enrichissement de l’Univers, par le biais d’articles diffusés dans notre encyclopédie en ligne.

ActuSF :
Puis tu as décidé de passer à la BD pourquoi ?
John Lang : Je n’ai pas vraiment décidé de passer à la BD… C’est la BD qui est venue à moi, grâce à Marion Poinsot. Elle m’a proposé le projet, et après plusieurs mois de recherches conceptuelles, nous avons trouvé un équilibre pour l’adaptation, et c’était le lancement de la BD.

ActuSF :
Connaissais-tu Marion Poinsot avant de contacter Clair de Lune ?
John Lang : Non… Mais d’ailleurs, c’est elle qui a contacté Clair de Lune, car elle travaillait déjà avec cet éditeur à l’époque, sur sa série série « Dread Mac Farlane ». Pour ma part, je ne connaissais personne, cet univers m’était totalement inconnu.

ActuSF :
Les éditions Clair de Lune, justement, comment ont ils accueillis le projet ?
John Lang : C’était la première adaptation BD d’une série MP3… Un medium qui est loin d’être reconnu comme quelque chose de viable ou de professionnel. Mais nous avons expliqué qu’il y avait un public énorme pour l’audio, et Clair de Lune a bien fait son travail auprès des représentants, pour qu’ils assurent une bonne disponibilité du produit. C’est le public qui a fait le reste, en étant sur la brèche à chaque parution.

ActuSF :
Enfin après 4 tomes en BD te voila à l’écriture du roman et de la suite des aventures de nos héros. C’est ce que tu voulais au final ?
John Lang : Je n’ai rien prémédité. Il était vraiment peu probable, en partant de quelques gags en MP3, que j’arrive à faire publier un roman. Mais l’écriture est à la base de la série, et c’était surtout mon principal hobby avant de commencer à faire de l’audio, donc cela s’est présenté comme une suite logique. Le roman m’a permis d’élargir la narration, de développer la psychologie particulière des personnages et de visiter des concepts qui ne pouvaient pas être travaillés en audio pour des raisons techniques.

ActuSF :
Comment c’est passé la rencontre avec Pierre Grimbert le directeur des éditions Octobre ?
John Lang : Nous avons sympathisé sur un salon dans le Nord. Il connaissait déjà mes aventures, et quand je lui ai dit que j’écrivais aussi du roman, il m’a proposé d’être l’éventuel éditeur d’un roman med-fan, après m’avoir fait découvrir sa collection. Je lui ai donc envoyé, pour le rassurer, mon roman précédent, Le Bouclier Obscur, publié chez Rivière Blanche et qui fait dans un genre plus adulte et terrifiant. Ensuite, je suis allé le voir, nous avons discuté et j’ai proposé la Saison 3 de Naheulbeuk, puisque j’étais fatigué d’enregistrer mes saisons en audio, et que je voulais changer d’horizon : il a été très enthousiaste !

ActuSF :
Avec le recul quel média préfères-tu pour conter tes histoires ?
John Lang : Je préfère de loin l’écriture d’un roman… C’est une affaire de contraintes surtout : le roman permet absolument tout. En BD, il faut rester sur le visuel avec une part de dialogue. En audio, c’est encore plus complexe car tout doit être explicite tant au niveau du dialogue que des ambiances. Si j’avais su où j’allais, je pense que j’aurais gagné à tout écrire sous forme de roman dès le début, et décliner ensuite les supports pour les différents publics. Mais ce Donjon de Naheulbeuk, à la base, n’était pas prévu pour être une grande histoire, et encore moins l’univers qu’il est devenu.

ActuSF :
Comptes-tu retourner sur le support internet ?
John Lang : Je suis toujours sur le support internet… J’aime distribuer mes créations par ce biais, et remercier par la même occasion les gens qui me suivent depuis des années ! En ce moment je travaille avec le Naheulband sur de nouvelles chansons, pour faire entrer de la nouveauté dans nos futurs concerts. Les prochains sont prévus en septembre, ça approche !

ActuSF :
Quels sont tes projets pour les mois/années qui viennent ?
John Lang : Des projets, oui, tout plein ! Avec le reste de l’équipe nous devons déjà terminer la saison 2 en BD (tome 5 prévus pour novembre), enrichir l’univers par le biais de l’encyclopédie, et terminer toutes nos chansons pour un troisième disque et une nouvelle tournée. Ensuite, pour ma part, je compte écrire de nouvelles saisons en roman, enregistrer des sketches et travailler sur quelques projets secrets que j’ai gardé de côté pendant ces années où le planning était serré. Et normalement, je dois mettre des chansons en ligne dans quelques jours…

Pierre Demetz