Interview de Laurent-Frédéric Bollée
( 1 )
de Laurent-Frédéric Bollée
aux éditions ActuSF
Genre : SF

Scénariste : Laurent-Frédéric Bollée
Date de parution : décembre 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : interview par mail
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : décembre 2005

Lire tous les articles concernant Laurent-Frédéric Bollée

Interview de l’auteur d’Apocalypse Mania et Chinguetti

ActuSF : Comment avez-vous débuté en tant que scénariste ? Vous êtes par ailleurs journaliste sportif, est-ce simple de combiner ces deux "vies" ?
L.-F. Bollée : J’ai toujours été fasciné par la BD, depuis que je sais lire ! Il m’a toujours semblé assez évident que je devais faire quelque chose dans ce métier, mais ne sachant pas dessiner, je me suis bien évidemment tourné vers le scénario. J’ai alors eu la chance de rencontrer Christian Godard, le créateur du Vagabond des Limbes, qui m’a fait confiance pour un premier album que j’ai cosigné avec lui. Ensuite, j’ai continué avec d’autres éditeurs… En revanche, je n’ai jamais pensé à faire de mon activité de scénariste un métier à part entière. Je suis donc parallèlement devenu journaliste (sportif). C’est un choix que j’assume, même si aujourd’hui, c’est de moins en moins facile de combiner les deux. Le journalisme me prend en effet beaucoup de temps et d’énergie, au détriment de la BD.

ActuSF : C’est déjà votre troisième série chez Emmanuel Proust, en plus de London Inferno. Comment avez-vous rencontré cet éditeur ?
L.-F. Bollée : C’est suite à un article sur un site web que Proust a aperçu le travail de Roger Mason, le dessinateur anglais de London Inferno. Il m’a contacté et m’a avoué qu’il m’avait aussi déjà repéré et qu’il voulait travailler avec moi… Sympa ! Bref, il lançait sa maison d’édition et j’ai joué le jeu avec lui.

ActuSF : La maxime de votre parcours en tant que scénariste pourrait être "lentement mais sûrement", avec peut-être une petite accélération ces dernières années ?
L.-F. Bollée : Effectivement, mon premier album est paru en 1990, le deuxième en 1994 et le troisième en 1998. Difficile de faire plus lent ! Ensuite, j’ai pu prendre un rythme un peu plus soutenu et Chinguetti 1 représente mon seizième album. Ma philosophie est de toute façon de prendre le temps pour préparer un album ou une série et de ne pas se jeter tous azimuts sur tous les projets qui passent. Quand je vois certains qui arrivent à faire quinze scénarios par an, ça me dépasse !

ActuSF : Chinguetti est la première série du jeune auteur Guillaume Nicolle, comment s’est faite la collaboration ?
L.-F. Bollée : Guillaume s’est présenté à Emmanuel Proust lors d’un festival d’Angoulême et ce dernier a eu la bonne idée de lui dire qu’on allait vite s’occuper de lui ! C’est là que je suis arrivé et nous nous sommes très bien entendus tous les deux. L’envie de travailler ensemble a été presque immédiate.

ActuSF : Qu’est-ce qui vous a séduit dans son dessin ?
L.-F. Bollée : Ses cadrages, sa mise en page, ses couleurs. Vraiment impressionnants !

ActuSF : Chinguetti paraît dans la collection "Trilogies", trois volumes c’est un bon format pour développer une histoire ?
L.-F. Bollée : A partir du moment où ça n’est pas une série prévue sur la longueur et que le récit possède un plan d’origine très précis avec une fin établie, oui, c’est parfait.

ActuSF : Vous revenez à de la science-fiction pure et dure, après ApocalypseMania. Est-ce le genre où vous vous sentez le plus à l’aise ?
L.-F. Bollée : En fait, c’est dans la notion plus globale de l’anticipation que je me sens le plus épanoui. Après, que ce soit de la science-fiction ou du fantastique importe peu : j’aurais toujours de quoi exploiter des thèmes qui me sont chers. J’aime bien le polar également, voire les récits historiques. En revanche, à ma grande déception, je crois que je ne suis pas fait pour l’humour ou les récits intimistes. Il faut toujours pour moi que ça bouge, que ça voyage, qu’il y ait des mystères, que le découpage soit éclaté, que les personnages ne soient pas tous sympathiques : c’est mon style !

ActuSF : Vous avez d’ailleurs débuté en tant que co-auteur (avec Christian Godard) de la série parallèle au Vagabond des Limbes, Les 13 Transgressions, déjà de la SF…
L.-F. Bollée : Eh oui ! Sans doute pas un hasard… Je considère les dix premiers tomes du Vagabond des Limbes comme un chef-d’œuvre absolu de la BD. Le grand Conciliateur qu’est Axle Munshine à la recherche de Chimeer, qu’il ne voit qu’en rêve : génial !

ActuSF : Quel lecteur de science-fiction êtes-vous ? Des œuvres ou des auteurs vous ont influencé pour Chinguetti ?
L.-F. Bollée : Depuis presque dix ans, je ne lis plus que de la science-fiction. Toute autre littérature me semble maintenant fade. J’adore les récits où l’on parle de voyages dans l’espace, d’explorations de planètes, de rencontres du troisième ou du quatrième type, de manifestations divines, de voyages dans le temps, de mutations d’êtres humains… Ca se retrouve forcément dans Chinguetti et dans ApocalypseMania ! Néanmoins, j’ai plus d’influences revendiquées dans cette dernière que dans Chinguetti, où je pense avoir suivi une voie plus personnelle. Je peux juste révéler que j’ai "emprunté" le titre des deux premiers volumes de Chinguetti (Son Excellence a des Regrets & Quelqu’un marche sur ta Tombe - à paraître en 2006) à deux titres de chapitre de Rendez-Vous avec Rama d’Arthur C. Clarke…

ActuSF : De votre propre aveu, Chinguetti est votre série la plus ambitieuse après ApocalypseMania, pour quelles raisons ?
L.-F. Bollée : Parce qu’avec ApocalypseMania, c’est ma série la plus riche en événements, la plus originale en matière d’histoire, la plus aboutie en terme de découpage, la plus approfondie pour les personnages, et sans doute la plus obscure aussi… Pour moi, ce n’est pas un défaut.

ActuSF : Chinguetti semble avoir un scénario dense, et pour l’instant assez elliptique, mélangeant thriller et SF, une manière d’allier ces deux genres ?
L.-F. Bollée : Dense et elliptique : c’est cela. Je dirais malgré tout que la notion de thriller a l’air importante, mais qu’elle ne l’est pas. Vous comprendrez dès le tome 2 ce que je veux dire. Mais c’est un bon moyen de fausser les pistes en SF, qui déjà n’en manque pas…

ActuSF : La théorie du complot est une base efficace pour une histoire, comment ne pas tomber dans les poncifs du genre ?
L.-F. Bollée : En se disant à un moment donné : et si on compliquait le jeu en faisant naître des apparences ? Et si l’histoire était un peu plus mystérieuse encore ?

ActuSF : Après la réédition en intégrale d’ApocalypseMania chez Dargaud et ce premier tome d’une nouvelle série chez Emmanuel Proust, quels sont désormais vos projets ?
L.-F. Bollée : Le tome 6 d’ApocalypseMania sort en avril prochain et j’attaquerai à ce moment-là le découpage du tome 7. J’ai actuellement écrit les 19 premières pages du tome 2 de Chinguetti et il faut que je continue. Je suis en train de finaliser un synopsis pour une série en sept tomes qui pourrait bien être mon nouveau "grand projet". Elle sera -tiens tiens- fantastique !

Charlotte Volper