Interview de Li-An
( 1 )
de Li-An
aux éditions ActuSF
Genre : SF

Auteurs : Li-An
Date de parution : janvier 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : interview
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : novembre 2001

Lire tous les articles concernant Li-An

Adapter un Jack Vance en BD est le meilleur moyen pour se retrouver invité à un festival de science fiction ! Interview de Li-An, le dessinateur de la BD sur le Cycle de Tschaï et découverte d’un vrai fan de science fiction.

Actusf : Apparemment, vous êtes un amateur de science fiction. Vous aviez lu le cycle de Tschaï avant de vouloir le dessiner ?
Li-An  : Oui presque 7 ou 8 fois. C’était mon livre favori quand j’étais plus jeune et à 18-20 ans j’idolâtrais Jack Vance.

Actusf : Qu’est ce qu’il vous plaisait particulièrement dans ce cycle au point de vous donner envie d’en faire une BD ?
Li-An : L’imaginaire de Jack Vance est très visuel, c’est pourquoi j’ai voulu l’adapter. Mais ce qui m’a vraiment plu dans ce cycle, c’est le fait de débarquer quelque part, dans un endroit que l’on ne connaît pas et de devoir s’adapter. Etant fils de militaire, j’ai longtemps vécu cette situation au fil des déménagements successifs. De plus, son personnage principal est très sombre, très solitaire. Et cela correspondait à ce que j’étais quand j’étais adolescent.

Actusf : Dans la biographie du festival, il est écrit que c’est la réalisation d’un rêve. C’est vrai ?
Li-An  : C’est difficile à dire. Quand j’étais jeune, c’était effectivement un rêve. J’ai même commencé l’adaptation tout seul. Mais j’étais tellement fidèle que je me suis rendu compte qu’il me faudrait des années. C’est pour cette raison que j’ai voulu travailler avec Jean David Morvan. Comme ce n’est pas un amateur de Jack Vance, il apporte un regard extérieur sur la série. Il peut se permettre plus facilement quelques libertés sur l’adaptation. Avec le recul, le rêve est un peu passé. Aujourd’hui il y a un coté " travail " qui vient se rajouter. Mais je prends un grand plaisir à dessiner.

Actusf : Vous discutez de l’adaptation avec Jean David Morvan ?
Li-An : Oui et non. Chaque mois il m’envoie un synopsis. Comme j’aime bien les surprises, je lui laisse carte blanche tout en faisant attention à ce qu’il n’y ait pas d’incohérences par rapport au livre. Dans l’ensemble, je préfère lui faire confiance. S’il faut que je repasse derrière cela ne vaut pas la peine.

Actusf : Huit tomes sont prévus pour la série. Vous vous êtes engagé sur du long terme…
Li-An : C’est vrai mais nous en sommes déjà à la moitié. Au départ, beaucoup de gens m’ont dit " mais vous êtes fou, vous êtes trop jeune vous n’y arriverez jamais ". Mais quand Frankin s’est mis à faire Spirou, il ne s’est pas posé de questions. Il l’a fait jusqu’à la fin de sa vie. Moi je sais qu’il y a 8 tomes et que de toute façon, ça n’ira pas plus loin. Ca va.

Actusf : Les autres envies ont été mises de coté ?
Li-An : Elles étaient mises de coté mais elles ressortent. En ce moment par exemple, je fais un album en parallèle pour la collection Encrage. J’ai la chance de dessiner rapidement. Donc sauf en période de bouclage j’arrive à dessiner à droite, à gauche.

Actusf : Vous avez des retours des lecteurs du cycle de Tschaï ?
Li-An  : Oui, ça oscille entre " il faut les pendre haut et cours " et " c’est génial ! C’est exactement comme je le voyais ". En fait ce qui m’a un peu déstabilisé c’est que lorsque j’étais à Tahiti ou à la Réunion il n’y avait aucun amateur de SF et encore moins de Vance autour de moi. J’avais donc l’impression de travailler pour une ou deux personnes seulement. Entre les articles dans les journaux et l’avis des lecteurs , ça fait drôle de voir tant de personnes intéressées par ce que je fais. En fait, je suis plus dérangé par celui qui me dit " c’est exactement ce que j’avais en tête " que par celui qui me dit " c’est nul ! " car je ne sais pas comment j’ai pu dessiner exactement ce que l’autre avait en tête. Surtout qu’il y a des choses que j’ai changées.

Actusf : Cela a dû être une grosse angoisse d’attendre les critiques, non ?
Li-An  : Non, pas du tout. J’ai commencé à m’inquiéter quand je me suis rendu compte de l’importance qu’avait Vance dans le monde de la SF du salon Utopia à Poitiers il y a 2 ans. Mon seul regret c’est de n’avoir pas pu rencontrer Vance là bas.

Actusf : Comment travaillez-vous sur le dessin ?
Li-An : Je prends le livre de Vance et je souligne toutes les parties descriptives. Puis je dessine de petits croquis qui me servent lorsque je suis sur ma planche à dessin. J’essaie de garder l’esprit du livre mais j’ai tendance à " tirer vers moi ". C’est très compliqué avec Vance car il y a des choses impossibles à décrire. Par exemple, à un moment, le héros ouvre un moteur et il voit de petits angelots. Si j’avais dessiné exactement ça, le lecteur n’aurait pas compris ce que cela représentait à moins d’écrire à coté " il ouvre le moteur… ". J’ai donc dû dessiner réellement un moteur. Et puis il y a des incohérences dans les descriptions. Si c’est écrit " il se promène et il sort son pistolet… " toi tu te dis " il le sort d’où son pistolet ? ". On a du adapter à certains moments.

Actusf : Y-a-t-il eu un gros travail sur les peuples extraterrestres ?
Li-an : Oui et non. Le plus difficile a été de me démarquer de Caza car il fait des couvertures qui sont impeccables, il n’y a rien à redire. J’ai donc acheté les livres sans couvertures pour ne pas être influencé. C’est difficile de faire un travail sur Vance car ce qu’il l’intéresse c’est la manière dont les gens vivent. Ce n’est pas quelqu’un de rigoureux, il travaille plus les atmosphères. De mon côté, je tente de transcrire cette atmosphère en laissant tout tel quel. Il y a des choses que je n’arrive pas à dessiner donc je les transforme complètement.

Actusf : Comment se passe le travail avec la coloriste ?
Li-An  : La coloriste, c’est Scarlette, l’ex compagne de Caza. Je ne lui ai rien demandé. Je voulais être surpris. Je lui donne juste les ambiances : il fait nuit, il fait jour, il va pleuvoir… Elle me renvoie ses dessins par Internet et puis après on en discute ensemble. Elle a toute la liberté pour s’amuser et créer.

Actusf : Vous avez l’air d’être le maître d’œuvre et de vous amuser vraiment…
Li-an : c’est clair, je suis un peu le pivot. Jean David Morvan et Scarlette passent tous les deux par moi. Heureusement d’ailleurs. C’est moi qui ai le plus de boulot (rire).

Actusf : C’est un vrai plaisir quand même ?
Li-An : Oui c’est agréable. Ce qui nous chagrine juste, c’est de ne pas avoir de retour de Vance. On n’a aucune consigne, rien du tout. On fait ce qu’on veut, on modifie ce qu’on veut. D’un autre coté c’est agréable car si on avait eu un cahier des charges en disant " il n’a pas le droit de faire ça … ", cela aurait été embêtant. Comme nous n’avons les droits que pour l’Europe, les héritiers s’en fichent.

Actusf : Une dernière question, quels sont vos projets à venir ?
Li-An : Le 4ème tome sort en septembre, mais je dois le finir en juin. J’ai envie de faire en parallèle un petit format noir et blanc dans un univers de science fiction, dans le même genre que " planète lointaine ". Là je ferais tout, dessin et scénario.

Jérôme Vincent