Interview de Richard D.Nolane
( 1 )
de Richard D. Nolane
aux éditions ActuSF
Genre : Fantastique
Dessinateur : Richard D. Nolane
Date de parution : janvier 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : interview par mail
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : mai 2005

Lire tous les articles concernant Richard D. Nolane

Richard D.Nolane est un scénariste qui revient fort en bande dessinée. Après les deux premiers tomes de l’excellente série Millénaire, il est de retour avec Russel Chase, une autre série aux éditions Les Humanoïdes Associés

Actusf : Comment est née l’aventure de Russell Chase ?
Richard D.Nolane : L’idée de départ, une série d’aventure moderne tournant autour de la cryptozoologie, remonte à mai 2001, lorsque Bruno Lecigne, connaissant mon intérêt de longue date pour le sujet, m’a demandé si cela m’intéressait de réfléchir là-dessus. L’idée a mis du temps à se concrétiser, d’autant plus que 6 mois plus tard, la série Millénaire surgissait dans le planning… Pour résumer, le synopsis des T1 et T2 (l’histoire s’étend sur 2 albums de 46 p.) était enfin prêt en mai 2002 et le découpage du T1, Le loup de Tasmanie (qui s’est longtemps appelé La main de la triade, ceci pour expliquer une petite erreur dans le catalogue des Humanos…), a été finalisé en février 2003. Dans l’intervalle s’est déroulée la longue chasse pour trouver un dessinateur réaliste et de talent, une denrée rare dans ce monde de la BD dominé par la Fantasy, la SF, etc… Quand Bruno Lecigne et Philippe Hauri ont fini par découvrir Pasquale Del Vecchio en Italie, cela a été un grand « Ouf ! » de soulagement général…

Actusf : Quelles étaient vos envies avec ce titre ?
Richard D.Nolane : Comme je l’ai dit, la cryptozoologie, cette branche mal vue par la zoologie officielle car s’occupant d’animaux aussi sulfureux que le Yéti, le serpent-de-mer, les « monstres » lacustres, et j’en passe, m’intéresse depuis longtemps. J’ai même publié deux livres sur le sujet voici une dizaine d’années, Monstres des lacs et des océans et Sur les traces du Yéti et autres créatures clandestines, qui ont été assez bien accueillis. Donc, avoir la possibilité de créer une série en BD mêlant cryptozoologie et grande aventure avec un personnage de scientifique casse-cou et passionné, une sorte d’Indiana Jones zoologue d’aujourd’hui, a été un vrai bonheur. Et le fait que je connaisse bien le milieu de la cryptozoologie m’a permis de concocter avec le Dr Russell Chase un personnage empruntant des traits à des individus réels et donc quelqu’un de crédible. Même chose pour certaines situations typiques qui ne peuvent arriver qu’en cryptozoologie…

Actusf : Quels contacts avez-vous eu avec le dessinateur ? Et comment avez-vous travaillé avec lui ?
Richard D.Nolane : En fait j’ai du attendre Angoulême 2005, où j’avais été invité avec François Miville-Deschênes pour Millénaire, pour faire la connaissance de Pasquale. Auparavant, tout s’était passé par l’intermédiaire des Humanos, à commencer par la traduction en italien du synopsis et des découpages.

Actusf : Est-ce compliqué de travailler avec un auteur à des milliers de kilomètres de là ?
Richard D.Nolane : Avec internet et un scanner, c’est très simple. Je travaillais comme ça depuis des années avec Olivier Roman pour les Harry Dickson de chez Soleil. Et comme je suis branché toute la journée, ou presque sur le net, on peut me joindre vite et sans problème. Même François, bien qu’habitant lui aussi au Québec, est à plus de 1000 km de chez moi à Montréal…

Actusf : Vous travaillez également sur la série Millénaire et sur Harry Dickson. Comment arrivez-vous à gérer les multiples projets en cours ?
Richard D.Nolane : Ce qui m’aide beaucoup, c’est que chaque série appartient à un genre différent des autres, même si le fantastique et le mystère déjà sont un ingrédient commun à toutes. De plus, aucune ne se déroule à la même époque puisque Millénaire se passe à la veille de l’An Mil, Harry Dickson dans les années 1920 et Russell Chase aujourd’hui. Ceci fait que je peux réfléchir aux trois en même temps sans qu’il y ait de parasitage entre elles. Ce qui ne veut pas dire que je sois quelqu’un de régulier dans la production : les choses marinent tout le temps dans ma tête et quand c’est prêt, il faut que ça sorte. Donc, on peut dire que les 3 séries avancent par « bonds ». Et la magie de l’ordinateur portable fait que je peux travailler sans problème lors de mes séjours en France.

Actusf : Arrêtons nous justement sur Millénaire. Quel a été l’accueil du public ?
Richard D.Nolane : Si j’en crois ce que j’ai pu lire sur Internet et ce que j’ai entendu à Angoulême au cours des séances de signature où il y avait toujours du monde, cette série a l’air bien appréciée que ce soit pour son scénario ou pour son dessin. François était vraiment l’homme de la situation pour rendre vivant cette veille de l’Apocalypse et je me souviens qu’à Angoulême nous avons signé pas mal d’albums que des lecteurs venaient de découvrir sur le stand des Humanos et qu’ils avaient acheté sur le champ en voyant le graphisme. La période historique qui sert de toile de fond plait bien car elle est peu fréquentée par la BD, elle est très différente du Moyen Âge « classique », et elle est propice à une ambiance à la limite de l’Heroic Fantasy tout en n’en étant pas. Ce qui est apprécié aussi c’est que chaque album présente à la fois une histoire complète tout en faisant avancer l’histoire générale qui repose sur une sorte de complot historique à la X Files plongeant ses racines dans les événements rapportés par l’Ancien et le Nouveau Testament. Ceci avec des développements dans les prochains albums qui risquent de surprendre… L’idée d’une vision « secrète » de l’Histoire m’a toujours passionné. En tout cas, cette conception aurait été impossible si nous n’avions pas pu bénéficier dès le départ d’albums de 54 planches. Les lecteurs rencontrés donnent l’impression d’être satisfaits d’en avoir pour leur argent avec des albums plus longs que la moyenne, qui ne se feuillettent pas à toute vitesse et qu’on doit lire avec une certaine attention car les détails y sont importants. De toute façon, Millénaire n’a pas été conçue comme une série « tous publics » parce que occulter certaines choses pour convenir à tout le monde lui aurait été complètement néfaste. Par contre, aucun problème pour Russell Chase où on retrouve un ton proche de celui des Indiana Jones, un cocktail de vrais mystères teintés de fantastique, d’aventures exotiques à rebondissements et d’humour.

Actusf : Quels sont vos projets BD pour 2005 ?
Richard D.Nolane : Le T3 de Millénaire, L’Haleine du Diable doit sortir fin octobre et, si tout se passe bien, également le T2 de Russell Chase, Le fantôme de l’Himalaya la seconde partie de l’histoire commencée avec Le Loup de Tasmanie. Quant au T11 de Harry Dickson, Le Semeur d’Angoisse, il sera sans doute sorti quand paraîtra cette interview. Du côté des choses qui sont ou vont être en cours cette année, mais avec des sorties prévues pour 2006, le T4 de Millénaire, Les Évangiles empoisonnés, le T12 de Harry Dickson, Le Diable du Devonshireet les T3 et T4 couvrant la deuxième aventure de Russell Chase dont les titres ne sont pas encore déterminés mais qui se dérouleront principalement sous le soleil des Caraïbes.

Jérôme Vincent