Interview de William Aubert
( 1 )
de William Aubert
aux éditions ActuSF
Genre : SF

Auteurs : William Aubert
Date de parution : janvier 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : interview par mail
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : janvier 2006

Lire tous les articles concernant William Aubert

Petite interview de William Aubert, un nouvel illustrateur très prometteur

Actusf : Parlons un peu de vous et de votre parcours. Vous êtes aujourd’hui graphiste professionnel, comment en êtes-vous arrivé là ?
William Aubert : Autant que je me souvienne, j’ai toujours aimé dessiner. Pourtant je n’ai suivi aucun cursus artistique dans la première partie de ma scolarité. Après un bac en Maths/physique, j’ai suivi des études de Génie Mécanique pour décrocher un DUT. Mais à 20 ans je me voyais mal dans un bureau d’études en train de dessiner des plans techniques à longueur de journée. C’est à ce moment que j’ai carrément changé d’orientation pour faire des études de design. Ça m’a tout de suite plu et j’ai commencé à m’éclater avec les outils du petit graphiste. Et voilà maintenant je travaille dans une agence de communication. L’illustration reste un loisir qui occupe une bonne partie de mes soirées.

Actusf : J’imagine que vous avez toujours dessiné ? Vous étiez du genre à remplir de dessins les marges de vos cahiers de cours ?
William Aubert : Oui en effet, et ma spécialité était les squelettes en cours de maths !

Actusf : Vous semblez plutôt attiré par les genres de l’imaginaire. Est-ce vrai et y’a-t-il des auteurs ou des illustrateurs qui vous ont marqué ?
William Aubert : Comme beaucoup d’anciens rôlistes, je suis passionné de fantastique et de SF. Mais avant tout, je suis un mordu de BD et ma bibliothèque en est remplie jusqu’au plafond... J’ai de plus en plus de mal à trouver de la place pour tous ces grands maîtres : Crisse, Loisel, Frezzato, Mitric, Marini, Arleston, Les frères Peru, Vatine, Buchet, Springer, ...

Actusf : Comment travaillez-vous, quelles techniques utilisez vous ?
William Aubert : A l’origine je peignais à l’aquarelle, mais depuis que j’ai eu photophop entre les mains mon outil de prédilection est la palette graphique. Je commence toujours un dessin au crayon puis je l’encre et enfin je le scanne avant de le coloriser.

Actusf : Vous travaillez pour une agence de communication. Pas trop dur de diversifier les genres d’illustrations et les thèmes ?
William Aubert : En fait, l’illustration est une toute petite partie de mon travail en agence. Je fais essentiellement de la PAO et le dessin ne vient qu’en complément.

Actusf : Parlez nous un peu de l’aventure Khimaira. Comment cela s’est-il passé ?
William Aubert : J’ai rencontré l’équipe de Khimaira aux festival des Imaginales à Epinal en 2003 alors que j’exposais des tableaux sur le thème de la fantasy. A l’époque c’était déjà un prozine noir et blanc qui venait juste de passer à la couverture couleur. A l’époque, je dessinais Belzuzut, une petite BD humouristique sur un petit diablotin. Ils ont été très sympas et l’ont publié dans les pages du mag.

Actusf : Aviez-vous des directives ou une totale liberté sur cette couverture et quel regard avez-vous sur le résultat ?
William Aubert : En fait oui, je devais juste me conformer aux contraintes des emplacements de textes et dessiner un dessin en rapport avec le thème du dossier Mythologie Antique. J’ai choisi de dessiner un trio fantastique en contrebas d’un temple inaccessible. Le géant, la Muse et le satyre sont tous les trois des archétypes classiques de la Mythologie, mais j’ai essayé d’y rajouter un brin de Fantasy dans les costumes et les accessoires pour coller avec l’univers de Khimaira.

Actusf : Quels sont vos projets ?
William Aubert : Hé bien je bosse en ce moment sur un projet BD perso qui se passe justement en Grèce antique... J’ai également en projet un recueil de nouvelles illustré. Mais tout ceci n’avance pas très vite car je ne dessine que les soirs après mon travail. A part ça je continue à dessiner et à soutenir Khimaira qui est et restera mon mag préféré !

 

Jérôme Vincent