Interview de X. Dorison et A. Alice
( 1 )
de Xavier Dorison et Alex Alice
aux éditions ActuSF
Genre : SF

Auteurs : Xavier Dorison , Alex Alice
Date de parution : janvier 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : interview
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : juin 2003

Lire tous les articles concernant Xavier Dorison ou Alex Alice

Le printemps 2003 est celui du grand final pour la série du Troisième Testament d’Alex Alice et de Xavier Dorison. Commencé il y a presque huit printemps, ce polar médiéval et fantastique s’achève par un quatrième tome plein de surprises

Actusf : Le quatrième et dernier tome vient de sortir, quel est votre sentiment ?
Xavier Dorison : Je me dis que le jour où mes enfants quitteront la maison, ça me fera à peu près le même effet. On rêve de cet album depuis presque 8 ans, de cette fin, de cette mise en image. Et du jour au lendemain, c’est fini. Je suis content de l’avoir mené à bout mais c’est terminé. Donc heureux, soulagé, mais aussi un peu nostalgique.
Alex Alice : Pour moi c’est encore un peu jeune. Le travail de bouclage sur l’album a été assez long et intensif. Mais ça ne devrait pas tarder à se transformer en une certaine nostalgie.

Actusf : Trois ans séparent les deux albums…
Alex Alice : Deux ans et demi soyons précis (rires). La raison du délai est très simple. C’est que ce quatrième tome comporte 28 planches de plus que les précédents. C’est quasiment un double album.
Xavier Dorison : Et puis on est parti aux Bahamas, aux Séchelles… (rires). Plus sérieusement, le scénario du Troisième Testament prend du temps parce qu’il a une structure très complexe. On travaille à deux et curieusement ça ne va pas plus vite. Parce qu’on se pose deux fois plus de questions que lorsqu’on est tout seul. C’est donc deux fois plus de problèmes à résoudre.

Actusf : Effectivement, le scénario est fourni. Cela a-t-il été difficile de tout conclure dans ce quatrième tome ?
Xavier Dorison : Non parce qu’on avait un synopsis sur les quatre albums. Dès la première page du premier tome, on savait qu’elle serait la fin de la dernière page du dernier album.

Actusf : Les lecteurs étaient impatients ?
Xavier Dorison : Oui je crois qu’il y a eu des débats sur le net pour connaître la date de sortie, le nombre de pages... Il y avait également des mails qui arrivaient chez Glénat pour savoir. Mais bon nous n’étions pas vraiment en contact avec ce phénomène. Qui dans trois mois se souviendra de la date de sortie ?
Alex Alice : Je ne peux qu’espérer que les lecteurs seront contents. Que la fin sera à la hauteur de leurs espérances. On a mené à bien ce projet tel qu’on le voulait depuis le début. Dans ce dernier tome on apporte un certain nombre de réponses qui font pencher la série plus vers le fantastique. C’était déjà le cas dans le 3 mais là ça s’accentue. J’espère que ce sera bien reçu.

Actusf : Revenons au point de départ, quelle était l’idée à l’origine du Troisième Testament ?
Xavier Dorison : La première image que j’ai eu avant de lancer la série, c’était celle d’un moine avec une robe de bure sur un âne fatigué avançant péniblement dans la neige vers un immense monastère qui ressemblait à celui du Nom de la Rose...
Alex Alice : Et il se trouve que c’est une scène qui n’est finalement apparue dans aucun des quatre tomes (rires).
Xavier Dorison : A partir de là, on a mis un tas d’influences qui se sont mixées dans nos esprits, comme le cinéma avec Le nom de la rose et surtout Indianna Jones. A cette époque, en ce qui me concerne, c’était également la lecture du livre Jésus de Jacques Duquennes. Il apporte des éléments très intéressants sur la vision historique du Nouveau Testament. D’autre part, il y avait également Le club Dumas d’Arthuro Perez Reverte où on suivait l’enquête d’un mercenaire de livre qui allait rechercher un manuscrit perdu. Tout ça n’a rien à voir mais on a tout mis dans une grande marmite, on a touillé un peu… et voilà !

Actusf : Et au niveau du dessin, vous aviez des envies particulières ?
Alex Alice : J’ai tout de suite accroché à l’histoire de Xavier, même si c’est vrai, au départ ce n’est pas le genre d’univers qui m’attire en terme de dessin, très historique, très référencé. Il y a beaucoup de travail. On ne peut pas faire ce qu’on veut. Mais j’avais été séduit par l’idée de départ du scénario donc je me suis lancé.

Actusf : Quels sont vos projets ?
Xavier Dorison : Côté bande dessinée, je vais terminer Sancturaire dont le dernier tome va bientôt sortir. J’ai une nouvelle série qui débute en août avec Christian Rossi au dessin et un co-scénariste. Ca s’appellera West. Et je travaille également pour le cinéma. Je suis en train d’écrire l’adaptation de la série télé des Brigades du Tigre.
Alex Alice : Pour ma part, je travaille en ce moment sur un projet de long métrage d’animation qui s’appelle Pendragon et qui est une épopée mythologique.

Actusf : Vous envisagez de retravailler ensemble ?
Xavier Dorison : On a des tas d’envies pour retravailler ensemble mais chacun a des projets à réaliser avant. On verra par la suite mais ce sera avec plaisir.

Actusf : Le bilan de ces huit ans. Que du bonheur ?
Alex Alice : Je pense qu’on a beaucoup appris tous les deux, notamment sur le scénario.
Xavier Dorison : En fait lorsqu’on a commencé la série, nous n’avions pas beaucoup d’expérience dans l’écriture. Donc effectivement on a appris plein de choses. Après, c’est vrai que ce n’a pas été que du bonheur tous les jours. Et heureusement ! Parce que cela voulait dire qu’on était attaché au projet, qu’on y croyait et qu’on était prêts à défendre nos idées. Cela aurait été surprenant que nous ayons exactement les mêmes envies. On s’est bien tapé dessus (rires) mais c’était toujours pour de bonnes raisons et ça s’est bien passé derrière. Ce n’était jamais des problèmes d’égo ou d’orgueil.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.