Itw de Robin Hobb sur La Cité des anciens
de Robin Hobb
aux éditions
Genre : Anticipation

Auteurs : Robin Hobb
Traduction : Antoine Monvoisin
Date de parution : février 2011 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Robin Hobb

Actusf  : Comment est née l’idée de La Cité des Anciens ? 
Robin Hoob : Eh bien, cette série reprend en fait certains points restés en suspens dans les Aventuriers de la mer. À la fin du dernier tome (Attention Spoiler ! Passez à la question suivante si vous ne connaissez pas encore le « Vivacia » et son équipage !), les serpents entament leur migration vers le désert des pluies pour s’y métamorphoser en dragons. Je voulais raconter la suite de leur histoire.

Actusf  : Vous avez une image assez étonnante des dragons. Dans votre roman ils sont incapables de voler et assez faibles. Pourquoi les avoir mis en scène ainsi ? Est-ce que vous les avez "affaiblis" pour pouvoir traiter d’autres questions comme leurs rapports aux humains ? 
Robin Hoob : On devine que tout ne va pas pour le mieux à la fin des Aventuriers de la mer. Les serpents sont beaucoup trop vieux, faibles donc, et ils se transforment au mauvais moment de l’année. Logiquement, tout cela crée des carences et ils ne sortent pas du cocon aussi forts qu’ils le devraient. Dès lors, cela ouvre effectivement de nombreuses possibilités d’intrigues.

Actusf  : Votre approche des Dragons est plutôt originale. Est-ce que vous avez lu d’autres livres de fantasy avec des Dragons pour trouver une nouvelle voie ou cette originalité est-elle un hasard heureux ?
Robin Hoob : Peu importe le roman, mes sources d’inspiration sont toujours multiples. Les plus belles trouvailles naissent généralement de la collision d’idées bien distinctes, me semble-t-il. Vous voyez, les dragons et les serpents de mer traversent les contes et légendes de nombreuses cultures, alors qu’ils n’existent pas et n’ont a priori jamais existé. Je trouvais tout cela très intéressant et ces créatures se sont liées dans mon esprit. Puis un jour, assise près d’une mare, j’observais les libellules et me suis dit que personne n’imaginerait un instant que ces insectes lumineux aient pu être des larves. Elles n’ont rien en commun : les unes passent leur vie sous l’eau, les autres dans l’air. Mon histoire a germé quand j’ai fait le parallèle entre ces deux réflexions.

Actusf  : Comment voyez-vous Alise ?
Robin Hoob : Elle ressemble à beaucoup de femmes que j’ai connues. Elle se lance dans la vie en se sachant intelligente et capable, mais elle reste aussi très patiente avec ceux qui ne la voient pas comme cela. Elle se met en retrait au lieu de défier tous les gens qui lui conseillent de se comporter différemment, de changer. Pour une raison simple, elle les croit quand ils lui affirment qu’elle serait plus heureuse à vivre comme tout le monde, qu’il suffirait qu’elle tombe amoureuse et accepte un destin plus modeste. D’ailleurs, elle essaie de s’en contenter un moment, même quand elle comprend que son mariage n’a rien de normal. Mais au fil de l’histoire, elle s’affirme et traque sans relâche la chose même qui la distingue depuis le départ, comme si ses actions la définissaient. De nouveau indépendante, elle découvre la superficialité de son mariage. Elle comprend bientôt que sa vie ressemble beaucoup à celle de l’empereur aux habits neufs du conte d’Andersen et que les apparences n’ont pas trompé tout le monde. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Après cela, elle deviendra vraiment elle-même. Le roman retrace son passage à l’âge adulte en quelque sorte. On imagine plus facilement que cela arrive à un adolescent, mais je crois que nos vies sont pleines de moments où nos perceptions changent, où nous réévaluons les choses.

Actusf  : La Cité des Anciens se situe dans le même univers que l’Assassin Royal. Pourquoi revenez-vous à cet univers ? Avez-vous envie d’en explorer toutes les facettes ? Et avez-vous d’autres idées d’histoires dans ce monde ? 
Robin Hoob : Les romans signés Robin Hobb se déroulent presque tous dans ce royaume, exception faite du Soldat chamane. Cette fois, j’ai repris la chronologie, la géographie et certains personnages des Aventuriers de la mer. Ce sera encore plus évident dans les derniers livres. Quand on a employé tout son temps et son énergie à créer un univers, il n’est pas si facile de l’abandonner, je crois. Dans ce cas précis, je ne pouvais pas m’empêcher de me demander ce qui arriverait à ces dragons. Se passera-t-il encore beaucoup de choses au Royaume des Anciens ? Bien sûr. Je pense qu’un écrivain s’intéresse toujours aux personnages qu’il ou elle a créés et à ce qu’ils deviennent. Mais ces histoires ne sont pas toutes importantes et il ne faut pas forcément les écrire.

Actusf  : Lors d’une interview en 2007, vous disiez vouloir compiler une anthologie de vos nouvelles Hobb/Lindholm. Ou en est ce projet ? 
Robin Hoob : Le prochain recueil (The Inheritance) rassemble en un seul volume de nombreuses nouvelles signées aussi bien Lindholm que Hobb. Mais elles n’y sont pas toutes ; il faudrait une encyclopédie ! J’ai rassemblé quelques histoires anciennes et d’autres plus récentes, certaines étaient finalistes de prix… Je pense que c’est une bonne sélection. Le livre sortira en avril au Royaume-Uni. En mai, aux Etats-Unis.

Actusf  : On vous sent très disponible pour vos lecteurs. Comment arrivez-vous à tout concilier entre l’écriture et les sollicitations ? 
Robin Hoob : Eh bien, pour faire court, c’est très difficile ! À vrai dire, j’ai même compris que c’était impossible. J’ai indiqué sur robinhobb.com que je ne pourrais simplement plus passer autant de temps sur le net si je voulais continuer à écrire mes romans. J’aime beaucoup discuter avec mes lecteurs, alors je ne vais pas complètement disparaître. Je consulte quotidiennement mon newsgroup sur sff.net et je mets encore à jour mon blog (robinhobb.com) quand j’ai des informations importantes à partager. J’avais simplement trop de sites à suivre : Meganlindholm.com, robinhobb.com, Robin Hobb sur Myspace, le LiveJournal de Megan Lindholm, celui de Robin-Hobb… C’était ridicule. Mais chaque fois on s’y découvre des amis et on se sent obligé de garder le contact. Le problème, c’est que je ne peux pas faire ça et continuer à écrire mes romans ou mes nouvelles. J’y ai réfléchi et me suis dit que les gens tenaient sans doute plus à mes livres qu’aux détails de mes repas. Alors je me consacre à l’écriture.

Actusf  : Sur votre site, vous dites avoir rendu un nouveau manuscrit à votre éditeur mi-janvier. De quoi s’agit-il ? Et sur quoi travaillez-vous ?
Robin Hoob : Ce livre n’a pas encore de titre. On y retrouve les héros de Dragons et Serpents (Dragon Keeper). De toute évidence, il restait beaucoup de choses à dire. J’espère que ce livre répondra à certaines interrogations et qu’il permettra aussi aux lecteurs de connaître un peu mieux les personnages des Aventuriers de la mer.

Jérôme Vincent