Jour J : Mai 68
de Mr Fab et Damien
aux éditions Delcourt ,
collection Neopolis - Label série B
Genre : Uchronie

Scénariste : Fred Duval
Dessinateur : Mr Fab
Couleurs : Jean-Paul Fernandez
Date de parution : mars 2018 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 128
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Mr Fab ou Damien

L’uchronie face au mythe soixante-huitard

Depuis soixante ans, les événements de Mai 68 fascinent, interrogent le public et il est bien normal que notre trio d’uchronistes, Fred Duval/Jean-Pierre Pécau/Fred Blanchard, se soient essayés à leur sport favori : et si…

Les éditions Delcourt ont eu le bon goût de rassembler les deux albums, les tomes 6 et 8, parus sur ce thème, L’imagination au pouvoir et Paris brûle encore (référence bien sûr au film de René Clément, Paris brûle-t-il  ?). Dans ces deux histoires, on peut dire que la révolution est tout sauf pacifique…

Deux voies possibles

Dans L’imagination au pouvoir, on voit un convoi de flics se faire voler deux cent millions de francs dans la nuit du 31 mai 1968 tandis que Paris est livré aux émeutiers gauchistes depuis que de Gaulle a été tué dans un crash en se rendant à Baden-Baden. Le responsable du hold-up, ancien de l’Algérie française, se fait tabasser par des émeutiers et finit à l’hôpital. Quelques années plus tard, un gouvernement provisoire rassemblant Chirac, Mitterrand et Daniel Cohn-Bendit est à l’œuvre, avec les américains en coulisses. Mais le passé algérien va rattraper Chirac, mêlé apparemment au hold-up du 31 mai.

Dans Paris Brûle-t-il, un journaliste débarque avec les américains qui interviennent dans la poudrière française, déchirée entre miliciens du SAC, monarchistes et groupes gauchistes très remontés. On apprendra très vite que le journaliste est plus là pour mettre la main sur quelques trésors artistiques du musée du Louvre…

Tout dépend du dessin ?

On doit tout de suite accorder un satisfecit au premier tome, très savoureux avec Mitterrand et Chirac en personnages principaux. Le dessin de Mr Fab est tout à fait convaincant et bénéficie de couleurs flashy, un peu pop art de Jean-Paul Fernandez.

Le deuxième tome est plus sombre, ce qui s’accorde à la guérilla urbaine qui y est décrite. Convaincant mais pas enthousiasmant. En tout cas Mai 68 inspire.

Sylvain Bonnet