Jour J - Tome 31 : Le prince des ténèbres
de Igor Kordey et Fred Duval
aux éditions Delcourt ,
collection Néopolis
Genre : Uchronie

Scénariste : Fred Duval
Dessinateur : Igor Kordey
Date de parution : novembre 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 64
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Igor Kordey ou Fred Duval

Des auteurs et de leurs parcours

On peut saluer ici l’endurance du trio de scénaristes Pécau/Duval/Blanchard : nous en sommes désormais au numéro 31 de la série Jour J, emblématique du succès de l’uchronie auprès du public des amateurs de bande dessinée. Les numéros 29 et 30 nous ont conté l’histoire de John O’Neill, un agent du FBI devenu directeur de cette même agence grâce au soutien du vice-président Barack Obama, colistier de John Kerry en 2004.

O’Neill a permis d’éviter l’attaque du 11/09. Il compte parmi ses amis Bob, un ancien de la CIA, véritable tête brûlée. Pour la partie graphique, le trio a de nouveau fait appel à Igor Kordey, ancien dessinateur des X-Men (pas du niveau de John Byrne ou George Pérez) du temps où l’écossais Grant Morrison écrivait la série, et récemment dessinateur du tome 24 de Jour J, Stupor Mundi. Espérons qu’il ne gâchera pas trop l’histoire.

A l’ombre du printemps arabe

Le Moyen-Orient vit un printemps des peuples : Saddam Hussein a été déposé et lynché, l’Egypte a vu le départ de Moubarak et le régime d’Assad tremble en Syrie. Bagdad est devenu une destination touristique à la mode et c’est là que Bob, l’ami de John O’Neill, est arrêté après avoir descendu des policiers irakiens.

O’Neill monte, au grand dam du département d’Etat, une opération avec les kurdes pour sauver la peau de son ami. Celui-ci a retrouvé la trace de Ben Laden, désormais en cheville avec l’Iran… Un attentat est en préparation, le pire jamais envisagé : vont-ils réussir à l’empêcher ?

Un résultat qui pâtit du graphisme

Ce troisième volet des aventures de John O’Neill se révèle passionnant pour le lecteur à cause des résonnances : que se serait-il passé, oui, si le 11 septembre avait été évité ? Le Moyen-Orient serait-il dans un meilleur état ? John O’Neill a réellement existé et son corps a été retrouvé à New York après les attentats du World Trade Center...

Rien donc à redire côté scénario, impeccable. Côté dessins en revanche… comment dire… Pourquoi Kordey ? Il est trop schématique pour dessiner des êtres humains et ses compositions manquent de dynamisme. Son trait est trop gras, ni ligne claire, ni comics ou manga : pourquoi lui ? On se permet ce jugement car l’histoire est plaisante. On espère d’autres dessinateurs sur Jour J

Sylvain Bonnet