Jour J - Tome 33 : Opération Downfall
de Denys et Fred Duval
aux éditions Delcourt ,
collection Neopolis - Label série B
Genre : Uchronie

Scénariste : Fred Duval
Dessinateur : Denys
Date de parution : avril 2018 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 56
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Denys ou Fred Duval

On prend les mêmes et on recommence !

Inutile de présenter Duval, Blanchard et Pécaud qui nous mitonnent depuis plusieurs années la série uchronique Jour J, pour le plus plaisir de l’amateur de science-fiction. Sur le tome précédent, le trio nous avait proposé l’aventure suivante : et si Oppenheimer, le concepteur numéro un de la bombe atomique, avait décidé de tout laisser tomber ?

Eh bien on a vite compris que les militaires et le FBI de Hoover n’avaient aucune envie de le laisser faire. Mais voilà Oppenheimer a rencontré Kerouac et voici les deux compères qui disparaissent dans la nature, avec Eliott Ness à leurs trousses !

La grande évasion

Oppenheimer poursuit sa fuite avec Kerouac. Les deux hommes se retrouvent bientôt chez William Burroughs, un allumé qui joue à Guillaume Tell avec sa femme, sauf qu’il a remplacé l’arc par un revolver. Si le FBI est sur leurs traces, on peut en dire autant des russes, aiguillonnés par Kim Philby, qui rêvent de mettre la main sur un atomiste de ce calibre.

Pour échapper au FBI qui cerne la maison de Burroughs, Oppenheimer et Kerouac filent dans la forêt et sont recueillis par Allen Ginsberg. Pas sûr que ça suffise à les mettre à l’abri…

Un récit savoureux

Operation Downfall clôture assez bien l’aventure commencée dans le tome 32, Sur la route de Los Alamos. Les scénaristes s’amusent avec l’histoire : on voit ainsi le parrain Frank Costello renseigner FBI et KGB sur la piste d’Oppenheimer.

La conclusion, plutôt irénique, peut plaire. Quant à Denys, force est de constater que son dessin s’améliore. A défaut de plaire, il convainc. C’est déjà ça et on en demande pas plus. Continuons à lire Jour J, comme une espèce de jeu intellectuel érigé au rang d’art. Ne boudons pas notre plaisir !

Sylvain Bonnet