Jour de l’an 2000
( 1 )
de Nicolas Cluzeau
aux éditions Nestiveqnen
Genre : SF

Auteurs : Jean-Pierre Andrevon , David Calvo , Fabrice Colin , Léa Silhol , Luc Verdier , Jean-Michel Calvez , Jean Millemann , Antoine Lencou
Couverture : Philippe Jozelon
Anthologiste : Nicolas Cluzeau
Date de parution : juin 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Jean-Pierre Andrevon ou David Calvo

Vous vous souvenez des cotillons, du champagne et des couillons qui annonçaient la fin du monde pour le 31 décembre à minuit ? Jour de L’an 2000 vous propose de revenir juste avant la date fatidique !

"C’est l’an 2000, c’est l’an 2000... " C’est vrai qu’aujourd’hui la pression est quelque peu retombée. Oubliée la folie d’avant réveillon dans le train-train quotidien. Oubliée ? Pas pour tout le monde ! Avec Jour de L’an 2000, les éditions Nestiveqnen remettent les peurs liées à l’événement au goût du jour. Ils ont réuni 17 textes de fantastique avec une seule et même consigne pour les auteurs : y intégrer la date du réveillon.

Pour la petite histoire, ils avaient préparé cette anthologie bien avant la St Sylvestre. Ils voulaient même la sortir pour décembre 1999, certainement pour profiter pleinement de l’effet fin de siècle. Manque de bol, ils ont dû attendre juin pour l’envoyer aux libraires (à cause d’un bug informatique ?). Du coup, il y a un petit décalage. Les nouvelles jouent pleinement sur les peurs de l’année dernière mais ne bénéficient plus de l’ambiance qui régnait alors.

Faut-il pour autant jeter ce bouquin aux oubliettes avec ses récits de fin du monde, de suicide collectif et de bug de l’an 2000 ? Que nenni braves gens ! Si les thèmes sont quelque peu dépassés, cela ne nuit pas trop à la qualité des nouvelles. Disons juste que parfois il faut un peu se remettre dans le contexte...

Après une lecture intensive, et en retournant 7856 fois ma langue dans ma bouche, ma sentence sur Jour de l’an 2000 tournerait autour du "sympathique mais pas indispensable". Sans être médiocres, les nouvelles ne sont en général pas génialîssimes. Dans l’ensemble, tous les textes se tiennent avec quand même trois mentions spéciales.

La première revient aux deux compères David Calvo et Fabrice Colin. Plutôt que de jouer sur du fantastique " fin du monde ", ils ont décidé de mettre en scène deux vieillards complètement déjantés. Fabian Collins et Dave Kelvo ont tous les deux complètement ratés leur vie. Après une folle jeunesse et quelques années passées à jouer les nègres d’un écrivain à succès de romans roses un peu trash, il leur reste un rêve, une envie : surfer sur la vague d’une explosion nucléaire sous-marine le grand soir du réveillon de 1999. Et coup de bol, le gouvernement français en fait péter une ce soir-là justement ! L’occasion pour eux d’apprendre à surfer à plus de 70 ans... Une histoire savoureuse qui vaut à elle seule pratiquement l’achat du recueil.

Mon second satisfecit va à Léa Sihol et sa nouvelle : Tous des Anges. Avec beauté et poésie, comme elle semble le faire dans chacune de ses nouvelles, elle a imaginé une histoire tendre et cruelle d’Apocalypse. Après avoir subi les foudres du ciel, il ne reste plus sur Terre que quelques enfants, condamnés eux aussi à court terme. Jessica et ses copains en font partie. Ils survivent ensemble dans les ruines d’une maison et s’apprêtent à passer un bien triste Noël 1999... jusqu’au jour où un étranger emménage chez eux accompagné de biens étranges pouvoirs... Au risque de me répéter, cette nouvelle est vraiment fabuleuse.

Le dernier texte que je voudrais saluer est celui d’Antoine Lencou. Son texte est classique et pas franchement novateur, néanmoins, il a l’immense avantage de sortir du champ du fantastique. Il s’agit en fait d’un récit policier, avec une série de meurtres à la veille de l’an 2000. Un tueur fou se balade dans Paris avec une gigantesque épée. Mais est-il si fou que ça justement ? Polar pure souche, ce texte est assez bien mené et nous sort un peu la tête des fins du monde et autres bugs informatiques. Ouf...

Au final :

Vous l’aurez compris, sans être exceptionnel, Jour de L’an 2000 comporte plusieurs textes qui tirent l’ensemble vers le haut. A vous de voir maintenant si vous avez envie de replonger dans les grandes peurs de l’avant 2000 !

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.