Kurogane no Linebarrels, Tomes 23-25
de Tomohiro Shimoguchi et Eiichi Shimizu
aux éditions Glénat ,
collection Manga
Genre : Manga
Sous-genres :
  • Robot

Auteurs : Tomohiro Shimoguchi , Eiichi Shimizu
Traduction : David Deleule
Date de parution : mars 2017 Inédit
Langue d'origine : Japonais
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 240
Titre en vo : Kurogane no Linebarrels
Parution en vo : 2015

Lire tous les articles concernant Tomohiro Shimoguchi ou Eiichi Shimizu

La conclusion de la série

Eiichi Shimizu est né en 1978 à Osaka. Il a déjà signé plusieurs petites histoires indépendantes avant de produire sa première véritable série, Kurogane no Linebarrels. Il prend en charge le scénario et le design des robots, ainsi que certains personnages. Il est accompagné sur cette série par Tomohiro Shimoguchi.

Cette série a été plébiscitée par plusieurs designers de séries de robots géants, comme Yoshikazu Yasuhiko, l’auteur de Mobil Suit Gundam, The Origin.

Koichi Hayase est de retour

Porté disparu pendant près de trois ans, Koichi Hayase revient et avec lui l’espoir d’une victoire des hommes face aux humacchinae. Mais les deux camps ne sont pas aussi clairement définis, et toutes les humacchinae ne souhaitent pas voir disparaître leurs créateurs…

Le combat final qui décidera du sort de l’humanité approche !

Un héros prêt à tous les sacrifices

Ce volume 25 de Kurogane no Linebarrels vient conclure de belle manière ce manga : sur fond d’interrogations sur ce qui sépare l’homme de la machine et ce qui définit l’humanité, les auteurs nous offrent un récit dynamique avec une belle galerie de personnages, régulièrement mis face à leurs contradictions, et devant faire des choix cruciaux pour leur avenir et celui de leurs proches. Une série tout sauf manichéenne, où chaque protagoniste a ses propres objectifs, quitte à prendre le mauvais rôle pour les accomplir. Pas de « méchants » en tant que tel ou de lutte du bien contre le mal, mais des personnes qui luttent pour ce qu’elles croient juste, et qui font aussi des erreurs…

C’est d’ailleurs valable pour les macchinae, qui sont plus que de simples robots, et qui contribuent à atténuer la frontière entre l’homme et la machine. Les combats sont nerveux, avec des dessins efficaces et toujours lisibles. Le travail sur les expressions du visage des personnages est aussi à souligner, tout comme le design des macchinae, réussi et varié. Les amateurs de robots géants ne bouderont pas leur plaisir, avec un récit plein de rebondissements, notamment la fin qui est assez inattendue, mais qu’on laisse le soin aux lecteurs de découvrir… Kurogane no Linebarrels est au final une bonne série qui vaut le détour, aussi et surtout si on apprécie les méchas !
 

Tony Sanchez

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.