L’Ange de l’abîme
( Cycle Prophéties 2 )
de Pierre Bordage
aux éditions Livre de Poche
Genre : SF

Auteurs : Pierre Bordage
Date de parution : octobre 2006 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 478
Titre en vo : 1


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Pierre Bordage

En route vers l’Enfer...

Les Guerriers du silence (Grand Prix de l’Imaginaire - Prix Julia Verlanger, 1994), Wang (Prix Tour Eiffel de science-fiction, 1998), La Citadelle Hyponéros (prix Cosmos 2000), Fables de l’Humpur (Prix Paul Féval de littérature populaire de la Société des Gens de Lettres, 1999)... Cette succession de romans ressemble plus à un palmarès qu’à une bibliographie. Derrière tout ça, un seul homme : Pierre Bordage.

Dans Wang, cet écrivain de science-fiction imaginait dans un futur proche, une Europe vieillie, hautaine et inconsciente au point d’utiliser des humains venant d’Orient, comme pions dans une partie de Risk grandeur nature. Pierre Bordage nous offre ici une autre vision toute aussi pessimiste de ce que pourrait devenir notre futur. Un futur à la limite de l’Apocalypse où l’horreur, l’intolérance et la violence sont les seules armes pour survivre. L’Europe ici n’est pas la grande gagnante, elle n’est que ruines et mort. L’auteur se sert de nos pires démons, de nos peurs pour planter un décor lugubre d’une Europe déclinante.

Vision contemporaine de l’Apocalypse

L’Ange de l’abîme, second volet d’une trilogie débutée par L’Évangile du serpent (Prix Bob Morane, 2002), nous plonge sans pitié dans cet univers de désolation. 11 septembre 2001, le monde est marqué par les terribles attentats qui touchent les États-Unis. Les hommes transforment les religions en machines de guerre. Une nouvelle croisade apparaît sur le vieux continent : le christianisme commence la lutte contre le monde musulman. Traqués, reniés, trahis, ils sont des milliers à fuir. Ainsi commence cette guerre de tranchées entre l’Europe et le Moyen-Orient, une guerre sans fin menée par l’archange Michel. Le christianisme règne en maître, les femmes redeviennent des femelles uniquement bonnes à pondre et à élever leurs mioches qui, eux-mêmes, seront envoyés au front dès qu’ils seront en âge de porter une arme. Les orphelins errent dans les rues, tuant et pillant pour survivre dans cet enfer.

Pibe fait partie de ces adolescents. Ses parents, morts lors d’un bombardement, ne sont plus là pour le protéger. Il décide de rentrer dans les cailleras, une bande organisée de gamins pillards. Il y rencontre Stef, une jeune fille étrange, qui devient son ange gardien. Ensemble, ils partent pour la Roumanie, pour rencontrer l’archange Michel. Adolescent timide, introverti, Pibe perdra son innocence au cours de ce voyage initiatique. Il apprendra à tuer, à être lâche pour survivre, il deviendra un homme, forgé par les horreurs que peut engendrer la nature humaine

Instantanés de vie

Pierre Bordage rythme son récit d’instantanés de la vie d’autres personnes, noyées dans cette guerre. Il nous entraîne dans les différents milieux de cette société languissante : un médecin qui rédige de faux certificats pour éviter à des adolescents de partir sur le front, un jeune soldat en route vers le front, une femme qui pour donner quelques instants de bonheur, offre son corps à de jeunes appelés, un mac qui recrute des estropiés pour jouer les gigolos pour riches femmes en mal de sexe, un couple qui se suicide pour éviter de vivre leur amour en cachette...

Pierre Bordage interpelle, bouscule le lecteur, avec des mots crus. Sans fioriture, sans poésie, il nous entraîne dans cette décadence. Le lecteur ne peut que se sentir mal à l’aise. L’homme serait-il qu’un prédateur égoïste ? Est-ce qu’il n’y a rien à sauver dans la nature humaine ? Sommes-nous voués à provoquer notre propre perte ? Un regard alarmant sur notre société, un roman poignant où l’on sent que la réalité n’est pas si loin de cette terrible vision. Malgré la souffrance, la haine et la peur qui transpirent de ce roman, l’auteur arrive à insuffler des parcelles d’espoir, faibles parcelles auxquelles le lecteur se raccroche avec frénésie. Un roman envoûtant à ouvrir, à lire et à méditer.

Laure Ricote