L’Appel des ténèbres
( Hellboy 9 )
de Duncan Fregredo et Mike Mignola
aux éditions Delcourt ,
collection Contrebande
Genre : SF

Scénariste : Mike Mignola
Dessinateur : Duncan Fregredo
Couleurs : Dave Stewart
Date de parution : octobre 2008 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 170
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Duncan Fregredo ou Mike Mignola

Du Hellboy classique : bourru et reposant !

Mike Mignola est aujourd’hui un géant de la bande dessinée américaine. Une notoriété qu’il doit à Hellboy mais aussi à ses différents travaux sur des séries comme Aliens, Dracula, Batman, Ironwolf, The Chronicle of Corum etc. Pas mal pour quelqu’un qui a commencé comme encreur chez Marvel... Son personnage principal reste donc Hellboy, fils des enfers né de son imagination en 1994. Pour ce tome 9 nommé L’Appel des Ténèbres, il s’est associé à Duncan Fregredo qui a lui aussi une longue carrière dans les comics. Il a notamment dessiné Judge Dredd, Ultimates Adventures, Heartbreak Hotel ou bien encore Kid Eternity.

Sorcière y es-tu ?

Alors qu’il se repose chez un ami, Hellboy bascule brutalement dans un univers de cauchemar, appelé par une assemblée de sorcières. Dans le même temps il est poursuivi par la terrible Baba Yaga, qui veut absolument lui prendre ses yeux et envoie de terrifiants ennemis à sa poursuite. Autant dire que le périple d’Hellboy dans ce monde tiré des légendes russes ne sera pas de tout repos et que les surprises seront nombreuses, avec en plus des rencontres avec des personnages étonnants voire totalement délirants. Encore une fois la paix à laquelle il aspire est loin, très loin...

Brut de décoffrage

Né des enfers, le personnage d’Hellboy est attirant car il est brut de décoffrage. Son caractère bourru, son coup de poing facile et son verbe particulièrement imagé rendent ses aventures plutôt faciles à suivre. Ici on est dans l’action pour l’action, les péripéties s’enchaînant avec en prime quelques gags et un humour potache pour agrémenter l’ensemble. La promesse de départ est largement remplie et on retrouve avec plaisir ses aventures pour la neuvième fois, sans prise de tête et sans se faire de nœud au cerveau. En un mot : relaxant... À noter que Duncan Fregredo fait un travail correct sur le dessin, pas toujours génial mais surtout très efficace. Il sert bien le fils des enfers et la récompense est un neuvième volume plutôt réussi selon le cahier des charges d’Hellboy. On n’en demandait pas moins...

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.