L’Arc de la Lune
de Pierre-François Kettler
aux éditions du Chemin
Genre : Fantasy

Auteurs : Pierre-François Kettler
Couverture : Camille Martraix
Date de parution : 2012 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 173
Age minimum : 10 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Pierre-François Kettler

Un enfant, une forêt... et une quête.

Pierre-François Kettler est acteur et metteur en scène, en ce qui concerne sa profession. Il est aussi, par ailleurs, slameur et auteur. L’Arc de la Lune, son premier roman publié, a déjà obtenu le Prix du Public dans le cadre du concours "J’ADO-LI(V)RE" en 2010.

Que cache donc la forêt ?

Léo ne sait rien de son père, si ce n’est qu’il est un Félissien, non un humain. Ce ne serait pas vraiment un souci si son beau-père, les autres élèves de sa classe et même sa mère ne lui reprochaient en permanence ses origines, ou même son existence. S’ils n’étaient tellement odieux qu’il préfère les fuir, partir loin d’eux dans la forêt.

C’est là qu’il va faire des rencontres, plus étonnantes les unes que les autres. Un vieil homme, une femme aux pouvoirs étranges, des loups... il est comme guidé, choisi par la forêt. Même la Lune semble l’aimer, au point de lui offrir un arc magnifique.

Tout au long de son parcours, il va devoir apprendre, s’accepter, tout en essayant de retrouver sa famille, s’il est encore temps de faire revenir l’amour d’une mère qui le rejette.

Une belle quête initiatique

L’Arc de Lune résume en 173 pages l’essence même de la quête de soi, de l’enfant devenant adulte, se découvrant de nouveaux horizons au-delà d’une famille qu’il ne comprend plus, qu’il n’accepte plus. Chaque rencontre le rend plus fort, plus intelligent, plus savant, jusqu’à ce qu’il puisse se retourner et faire face debout à ce qu’il a voulu fuir.

L’auteur, dans un style fluide, avec des mots simples, nous emmène dans son univers, dans cette construction d’un futur adulte. Traversant une forêt qui est, elle-même, un des personnages les plus forts de ce roman, il nous dessine les contours d’une étonnante galerie de portraits.


Certes, le texte est court et il manque certains éléments qui ne sont pas approfondis, comme ce que sont les Félissiens, ce qu’est ce monde dans lequel évolue Leo et qu’est-ce que la magie ? Ce livre semble être une introduction, la porte d’un univers encore à construire. Cependant, sa lecture est intéressante.
 

Jean Rébillat