L’Ascension d’un prince marchand
( La guerre des serpents 2 )
de Raymond E. Feist
aux éditions J’ai lu ,
collection Fantasy
Genre : Fantasy

Auteurs : Raymond E. Feist
Couverture : Beet
Traduction : Isabelle Pernot
Date de parution : octobre 2007 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 606
Titre en vo : Rise of a Merchant Prince
Parution en vo : 1995
Première parution : 2004


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Raymond E. Feist

Les préparatifs d’une guerre...

Raymond E. Feist est bien connu dans la milieu de la fantasy étrangère. Auteur prolifique, il se consacre principalement à l’univers qu’il a créé et auquel il est particulièrement attaché : l’univers de Midkemia. Après un petit détour par la fantasy d’inspiration asiatique avec La trilogie de l’empire, il nous revient avec une nouvelle guerre qui se prépare à l’horizon de Midkemia et qui s’étend sur plusieurs générations.

Roo va réaliser son rêve

Erik de la Lande Noire et Rupert Avery, dit "Roo", reviennent sains et saufs du continent Novindus. Ils font partie des rares survivants qui ont échappé au massacre qui a eu lieu là-bas. Comme promis par la couronne, ils sont graciés du meurtre qu’ils ont commis deux ans plus tôt.

Alors qu’Erik décide de s’engager dans l’armée du roi, Roo de son côté veut réaliser son rêve : devenir un marchand riche et respectable. Pour cela il a bien quelques idées. L’argent qu’il a reçu du prince va lui servir pour commencer son commerce. Mais tout ne se passe pas comme prévu et pour arriver à ses fins, alors qu’il commence en bas de l’échelle, Roo va devoir faire preuve d’intelligence, de ruse et de pugnacité. De son côté Erik repart pour Novindus accomplir une mission dont il n’est pas certain de revenir.

Une bonne technique de narration

La deuxième guerre importante de Krondor n’a pas encore réellement commencé. Feist place ses joueurs mais ne dévoile pas sa main. On connaît très bien les enjeux, mais il reste volontairement obscur sur certaines parties.

Comme dans le tome précédent les préparatifs ne nous sont décrits que par un seul bout de la lorgnette. En effet après avoir choisi un petit forgeron, Erik de la Lande Noire, comme personnage central de son histoire, c’est au tour de son ami d’enfance Roo d’être témoin – et acteur – de cette mise en place. C’est un choix judicieux que d’utiliser des personnages lambdas comme spectateurs d’une guerre aux enjeux qui les dépassent complètement. Une technique qui va impliquer davantage le lecteur, lui permettant, lui aussi, de devenir un spectateur.

On pourrait quand même reprocher à Feist la facilité avec laquelle Roo, largement inexpérimenté au départ, va devenir riche et puissant. Malgré cette petite faiblesse, ce second tome se dévore tout aussi rapidement que les précédents et on ne peut qu’attendre la suite pour voir enfin cette guerre éclater.

Pierre Demetz