L’Enfant des ombres
de Moka
aux éditions L’École des loisirs ,
collection Medium
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Thriller

Auteurs : Moka
Date de parution : septembre 1994 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 204
Age minimum : 11 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Moka

La chronique écrite d’Oscar, 10 ans

L’auteure
 
Moka (Moka est un pseudonyme, son vrai nom est Elvire Murail) est née le 7 juin 1958 au Havre et a publié plusieurs dizaines de livres. Sa famille est orientée vers les livres et l’art (Marie-Aude Murail, Lorris Murail …).
 
La couverture de ce livre fait déjà allusion à la principale histoire du livre : une ampoule allumée. Pourquoi me direz-vous ? Nous le découvrirons par la suite.

L’histoire
 
Nous commençons l’histoire dans un internat mixte mais seules les salles de classes sont mixtes. Nous sommes dans le dortoir des filles. Morgane est une victime surnommée aussi "la pisseuse" (sans être grossier), et ce n’est pas pour rien qu’elle est une victime. Elle dit à Camilia (on la reverra plus tard) qu’elle veut qu’elle l’accompagne pour aller aux toilettes la nuit. Elle ne dit pas ça pour rien ; quand elle est toute seule elle voit des…ombres. 
 
Ces ombres n’ont apparemment aucune pitié pour s’attaquer à elle non ? Vous voulez savoir pourquoi ? Et bien lisez le livre :), je suis casse- pied hein ? C’est alors que Clément eu la merveilleuse idée de faire un club secret : Clément, Gall, Camilia, Valentine et Catherine se réunirent dans les greniers. Mais les choses se passent autrement que ce que pensaient les enfants. Les ombres ne s’attaquaient plus seulement à Morgane mais à tout le pensionnat.
 
Et c’est là que les phénomènes étranges se multiplient : des instituteurs et des élèves meurent sans raison, les veilleuses tombent tous en panne … C’est alors que les amis commencèrent à enquêter sur le pensionnat… 
 
Mon avis
 
Ce livre est (pour moi) toujours plongé dans l’ambiance de la peur. Si moi j’étais l’un des héros du livre autant dire que je serais déjà mort, 
 
Ce roman je le verrai bien pour des collégiens prêts à se faire peur !
 
Même si on revoit toujours le principe d’un roman simple, ce livre est quand même assez original du fait que l’histoire est vraiment bien pensée pour que tout soit logique.
 

Marc Alotton


chroniqueur(se) ado.