L’Eveil de la Bête
( HEL 1 )
de Anne Renaud et Yannick Beaupuis
aux éditions Delcourt ,
collection Conquistador
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Anticipation
  • Fantastique
  • Science fantasy

Auteurs : Anne Renaud

Scénariste : Yannick Beaupuis
Date de parution : septembre 2007 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 56
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Anne Renaud ou Yannick Beaupuis

Elle est un monstre... A moins que ce ne soit le monde qui soit devenu monstrueux.

Anne Renaud est une femme aux multiples talents. Elle a été championne de France du 400m haies trois années de suite (de 95 à 97), tout en travaillant dans la publicité. Ensuite, elle se recentre sur le graphisme en collaborant à des jeux vidéos (Paris 1313) et des long-métrages d’animation, mais en fréquentant aussi des milieux scientifiques. Elle est lauréate du concours Pavillon Rouge avec deux pages qui préfigurent sa future bande dessinée Hel. Pour la réalisation finale, elle s’associe avec Yannick Beaupuis qui l’aide pour le scénario.

Décadence morbide

La ville d’Antés est sombre, inhumaine. Les hommes vivent renfermés dans de hauts gratte-ciels aux allures gothiques. Dans cette cité décadente, il existe une personne qui vit dans les airs, sautant de toit en toit ou plongeant tel un faucon à travers les fenêtres des appartements vides.
Cette jeune femme est Hel, une voleuse dont la collaboration est très recherchée par les amateurs d’art. En particulier ceux qui collectionnent les erreurs de la génétique, embryons difformes ou siamois non viables conservés dans le formol lui passent des commandes de cadavres. La mort est en effet devenu une forme d’art auquel s’adonnent certains artistes, dont deux amis de Hel.
Peu de gens savent comment elle fait pour réaliser ses époustouflants cambriolages. Car elle a un secret. Elle possède des pouvoirs qui en font l’égal des oiseaux ou lui permettent de traverser les murs, mais la transforment aussi en un paria dont le simple toucher est mortel. Secret qui intéresse peut-être un richissime collectionneur plus que sa propre collection. Car il paraît en savoir beaucoup sur Hel... et sur d’autres monstres qui lui ressemblent.

Sombre héroïne d’un monde noir

A priori, l’héroïne de cette aventure est plutôt sombre. Elle vole, pille, tue d’un simple effleurement et vit en marge d’une société pourtant portée sur l’apparence. Mais comparée au monde qu’elle observe de son regard unique et extérieur, elle est un ange.
Car la mort, disséquée, mise en scène et présentée au public, semble être l’art le plus consommé de la ville. Une forme sombre de fascination pour l’inhumanité a saisit la population et a retiré toute douceur et toute lumière aux habitants. Seul l’oeil de Hel reste encore objectif, ouvert et charitable malgré le terrible défaut génétique qui l’isole de ses semblables.
Hel est une fable, un coup de projecteur qui ouvre les chairs de nos illusions avec la froideur d’un scalpel, nous montrant comment l’on peut aller loin dans la négation de l’homme, de l’amour et du bonheur. Yannick Beaupuis y apporte de magnifiques scènes de combat qui, si elles permettent d’alléger le propos et correspondent aux critères actuels de production, ne soutiennent que peu le récit.
Le dessin d’Anne Renaud est aussi abouti que son scénario. Clair, précis, il arrive à faire passer cette ambiance de fin du monde, cette attente de la mort dans laquelle toute la cité est plongée la plupart du temps aussi bien que l’espoir ou l’amitié dans l’oeil d’un minotaure.
Pour un premier album, le travail est vraiment très exceptionnel et nous permet de découvrir une jeune auteure au talent indéniable.

Jean Rébillat

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.