L’Homme aux semelles de foudre
( 1 )
de Yal Ayerdhal
aux éditions Flammarion ,
collection Quark Noir
Genre : SF
Sous-genres :
  • Polar

Auteurs : Yal Ayerdhal
Date de parution : mars 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Yal Ayerdhal

Un polar pour Ayerdhal

Une fois n’est pas coutume, nous allons parler de polar. Les éditions Flammarion ont lancé l’année dernière une série de romans policiers dont la contrainte pour l’auteur est d’y ajouter des éléments scientifiques. C’est la collection Quark Noir. Pour alimenter celle-ci, ils ont été chercher des auteurs de science-fiction. Sur les huit romans publiés, on retrouve Richard Canal, Pierre Bordage, Jean-Pierre Andrevon, Joëlle Wintreberg, Christophe Lambert et donc Ayerdhal. Six sur huit, c’est plutôt pas mal... Ayerdhal signe donc le dernier roman en date de la collection, et son premier polar.

Et c’est une réussite !

Mark doit retrouver Markus, un de ses meilleurs amis, qui est à l’origine de plusieurs attentats meurtriers contre des entreprises qui polluent la planète. Evidemment, Mark a du mal à croire que son ami est véritablement le meurtrier sanguinaire qu’on lui laisse supposer. Il veut découvrir ce qui se cache derrière cette folle croisade. Mais il doit faire vite. Les services secrets de nombreux pays aimeraient bien mettre la main sur cet électron libre et fou, qui sème la mort sur son passage. Et eux ne prendront pas la peine de parler avec Markus pour savoir s’il est vraiment coupable...

Heureusement, Mark a des atouts dans sa recherche. Côté internet, sa voisine et sa grand-mère mène l’enquête et lui servent de relais à son pied à terre parisien. Pour le reste, il fait équipe avec son meilleur ami Fred, un journaliste scientifique qui a ses entrées dans de nombreux journaux, et la troublante Nathalie, aux ressources insoupçonnées.

Ce que j’en pense :

L’Homme aux semelles de foudre est un livre au rythme enlevé, et qui se lit d’une traite. Aussi à l’aise que pour un roman de SF, Ayerdhal nous a pondu un polar qui vaut vraiment le détour, tant il est vif et plaisant. Bien sûr, on retrouve l’engagement sous jacent à toute son œuvre, dénonçant par petites touches l’absence de réaction des pays riches face à la pauvreté, les entreprises souillant la nature etc, mais c’est toujours en arrière plan, sans que cela pèse sur le récit. Ses personnages sont pittoresques entre sa jeune voisine follement amoureuse de lui, et sa grand-mère complètement accro au net, ce qui les rend franchement sympathique.

Bref, c’est un bouquin vraiment agréable qui ne déplaira ni aux fans d’Ayerdhal, ni aux fans de polar. Si cela peut en plus permettre aux lecteurs de chaque genre de s’ouvrir vers les autres littératures, ce sera un plus non dédaignable. Dernier point positif, le texte du scientifique qui clôt le récit revient sur les enjeux des énergies renouvelables (un des éléments de l’intrigue) et sur la crédibilité des inventions scientifiques d’Ayerdhal dans le livre. Cet éclairage est salutaire puisqu’il permet d’en savoir un peu plus sur le sujet. Par contre, il est peut-être un peu court. Rien de bien méchant en somme.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.