L’Île des morts
( 1 )
de Roger Zelazny
aux éditions J’ai lu
Genre : SF

Auteurs : Roger Zelazny
Traduction : Alain Dorémieux
Date de parution : février 2001 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 186
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga
Parution en vo : janvier 1970

Lire tous les articles concernant Roger Zelazny

Vous avez toujours rêvé d’être pratiquement l’égal d’un Dieu ? Francis Sandow l’a fait.

Vous comme moi, nous pourrions penser qu’avoir une fortune immense, le pouvoir de créer des planètes et d’être immortel, suffit à un bonheur sans nuage. Et bien pas du tout ! Comme pourrait vous l’expliquer Francis Sandow, le personnage principal de la saga, plus le temps passe et plus la question de la mort est obsédante. Et il sait de quoi il parle, lui qui est âgé de plus de 1200 ans. Né au XXème siècle, une succession de hasards malencontreux et de longues périodes d’hibernations au cours de voyages interstellaires, l’ont catapulté bien des siècles plus tard, à l’heure de l’accès à l’immortalité pour l’humanité.

Docteur ès planète, spécialité maçonnerie :


Libéré de la vieillesse, il a depuis eu le temps d’avoir de nombreuses occupations. Il a notamment étudié pendant 50 ans avec les Pei’ens, une race extraterrestre, pour apprendre à fabriquer des planètes entières, et à les façonner selon ses désirs. Il est ainsi devenu un faiseur de monde et par la même occasion un homme riche. Son activité principale a consisté à créer des planètes pour des gens fortunés prêts à payer pour un petit coin bien à eux dans l’espace. Il faut dire qu’il n’a pas vraiment de concurrents puisque seules 27 personnes dans l’univers possèdent ce fabuleux savoir.

Depuis des années, il vit reclu sur sa planète de Terre Libre. Il est d’ailleurs le seul à y habiter, avec sa compagne du moment, Lisa, ce qui règle les problèmes de voisinage. Bref, il vit une vie tranquille, dans un cadre idyllique façonné selon ses désirs. Ce petit bonheur est toutefois troublé depuis peu, car il reçoit régulièrement des photos de personnes qui ont marqué sa vie d’une manière ou d’une autre mais qui sont mortes depuis longtemps.

Et puis, il y a aussi les trois lettres. La première lui annonce la mort prochaine d’un de ses amis Pei’ens. La seconde émane de l’espionnage central qui l’enjoint de venir sauver la Terre. La dernière vient d’une de ses ex-compagnes, Ruth, sollicitant son aide. Bref, tout pousse Francis Sandow à sortir de sa réserve pour se mettre en route et aller affronter son destin.

Un chef d’oeuvre

Ce livre fait partie des meilleurs romans de ce monstre sacré de la SF. Son style est impeccable, le récit est limpide et sans faute, bref c’est du très grand Zelazny. Franchement, j’ai beau chercher, mais je ne vois aucune critique à lui faire. Il y développe une nouvelle fois des thèmes qui lui sont chers comme l’immortalité et la création d’univers. Francis Sandow rejoint en cela les héros du Maître des rêves, et de Toi, l’Immortel. Si vous ne deviez lire qu’un seul de ses romans, choisissez L’Île des morts. C’est beau, bien écrit et génial, tout simplement. Et pour prolonger le plaisir, sachez qu’une suite indépendante existe avec Le Sérum de la déesse bleue paru chez Denoël. Cool…

Jérôme Vincent