L’Intégrale des années Pilote
( Le Concombre masqué 1 )
de Nikita Mandryka et Nikita Mandryka
aux éditions Dargaud
Genre : Humour

Scénariste : Nikita Mandryka
Dessinateur : Nikita Mandryka
Couleurs : Catherine Legrand
Date de parution : novembre 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Intégrale
Nombre de pages : 312
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Nikita Mandryka ou Nikita Mandryka

L’erreur est de chercher à tout comprendre...

Sous un soleil parfois philosophe, imaginez le désert de la folie douce avec, quelque part, un cactus-blockhaus. Dedans, un concombre masqué - maître du monde par intérim, gérant des problèmes nocturnes d’éléphants jouant au bowling dans son grenier et d’araignées au plafond.

Sous des dehors assez tranquilles, Mandryka est une véritable usine à idées absurdes, dont certaines ne cachent même pas qu’elles sont une sorte de thérapie personnelle. Elles ont poussé naturellement sur le terreau fertile que constituaient les magazines Pilote - dont il fut collaborateur puis rédacteur en chef - et L’Echo des Savanes, qu’il fonda avec Gotlib et Brétécher.

Bel exemple de l’absurde français des seventies

Cet album, qui couvre la période Pilote, montre les principales facettes du héros masqué (et de son auteur !). Ce qui frappe avant tout, lors du premier feuilletage, est la diversité graphique des différents épisodes. On pourrait même parfois penser que le dessinateur a été changé entre deux aventures. Il faut dire que l’ambiance des locaux de Pilote, animée par une équipe de géniaux doux dingues, était propice aux petites farces entre dessinateurs par héros interposé. On peut ainsi basculer dans un style très Flash Gordon sur quelques planches, avant de revenir brutalement sous le soleil au gros nez qui brille dans un ciel bariolé, se brossant les dents avant de se coucher.

Mais toutes ces farces, retournements de situation et absurdités cachent souvent une bonne dose de poésie et de réflexion sur notre monde à nous. Il n’est parfois pas si loin, le désert absurde où se déroulent les aventures du Concombre masqué. L’épisode "Quand passent les motives", fable cruelle où l’on peut discerner une critique de l’asservissement aveugle de la nature par l’homme, est à ce point exemplaire. Pas de délires gratuits et vides de sens, il y a toujours matière à réflexion, et certains des thèmes de la société des années 70-80 transparaissent nettement.

Un peu cher, mais il le vaut...

On le voit, cet album - récemment couronné du prix du Patrimoine à Angoulême - est impossible à classer, hormis dans la catégorie OVNI. Un bijou, une source de loufoquerie que ne peuvent ignorer ceux qui sont assez âgés pour avoir lu le Concombre (et les autres !) dans Pilote. Car c’est un peu du souffle épique et délirant du mythique journal qui se lève à nouveau avec cette intégrale. Les plus jeunes risquent de trouver le trait et les histoires un peu surannés, voire carrément dépassés. Quoique. Je leur recommande quand même.

Jyssé

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.