L’Ombre Terre
( Les Princes d'Ambre 1 )
de Roger Zelazny et Dellac
aux éditions Soleil ,
collection Cherche Futurs
Genre : Fantastique

Auteurs : Roger Zelazny

Scénariste : Nicolas Jarry
Dessinateur : Dellac
Date de parution : janvier 2010 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Roger Zelazny ou Dellac

Un Prince parmi les Ombres

On ne présente plus Roger Zelazny. Que ce soit avec Une Rose pour l’Ecclésiaste, Le Sérum de la Déesse Bleue ou Toi, l’Immortel, il a semé son parcours de chefs-d’œuvre. Et le cycle des Princes d’Ambre fait partie des sagas remarquables de sa vie.

Nicolas Jarry a commencé par écrire des romans, avant de se lancer dans la bande dessinée et d’enchaîner les scénarios pour Delcourt et Soleil.

Dellac est un nouveau dessinateur dont ce premier tome de la série des Princes d’Ambre est la seconde réalisation, après Missi Dominicci pour Vents d’Ouest.

 

Une famille bien compliquée

 

Il ne sait plus qui il est. Il vient de se réveiller dans une clinique où on l’abrutit de drogues. Il s’en enfuit, mais seulement pour se découvrir une sœur, des frères... toute une famille dont le but semble être de vouloir comploter les uns contre les autres.

Chez sa sœur, il se trouve aux prises avec des tueurs lancés aux trousses d’un de ses frères, nommé Random. À eux trois, ils éliminent la menace, mais Corwin – puisqu’il semble que ce soit son nom – se découvre une force incroyable et surhumaine.

Il n’est pas au bout de ses surprises. Lorsque son frère Random l’emmène dans une virée en voiture, les chemins qu’ils empruntent sortent remarquablement de l’ordinaire et les conduisent bien loin de notre Terre, dans un ailleurs où le danger surgit de la forêt et où les frères cherchent à se tuer sans se cacher.

 

Une saga qui démarre très fort

 

Avec ce premier tome, l’histoire accroche le lecteur très rapidement. Le tempo des rebondissements, des révélations de cet homme sans passé qui se découvre, tout en voyant se dessiner autour de lui un cercle de mystères, emporte le lecteur. Roger Zelazny est un maître du suspense et du twist et il est ici bien secondé par Nicolas Jarry dans la scénarisation. Ce qui nous propose un livre au rythme soutenu.

 

Un dessin faisant fi du passé


Il y a dans le monde deux types de personnes : celles qui ont lu la saga des Princes d’Ambre et celles qui ne l’ont pas fait. Certes, la seconde catégorie comprend sûrement plus de personnes que la première, pourtant il y a fort à parier qu’il y aura beaucoup de lecteurs de cette bande dessinée parmi ceux qui connaissent déjà la série.


Contrairement à beaucoup de livres, la saga d’Ambre dispose déjà d’un support graphique avec tous les dessins de Florence Magnin, une vision de cet univers bien connue des amateurs. La moindre des choses que pourrait attendre un connaisseur serait de retrouver d’une manière ou d’une autre l’ambiance qu’il affectionne dans la bande dessinée qui continue le livre.

Or, rien, vraiment rien ne subsiste de tout ce qui a déjà été fait autour de cette série. Le dessin, moyen mais plutôt correct, est complètement différent, au point de déconcerter une population sur qui, pourtant, pourrait reposer la réussite commerciale de l’ouvrage.


Toutefois, pour ceux qui découvriront avec cet ouvrage le monde d’Ambre, le graphisme de Dellac est intéressant, à la fois épuré – surtout dans les décors – et plus réaliste dans les personnages. Malgré un certain flottement et des traits exagérés dans l’action, il est un bon support de l’histoire. Ce qui donne une approche correcte de l’œuvre de Roger Zelazny.

Jean Rébillat

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.