La Condition des crabes
( La Marche du Crabe 1 )
de Arthur de Pins
aux éditions Soleil ,
collection Noctambule
Genre : Humour
Sous-genres :
  • Ecologie

Auteurs : Arthur de Pins
Date de parution : novembre 2010 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 112
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Arthur de Pins

Sous le signe de l’écologie, la révolte hilarante de trois crabes carrés bien décidés à changer leur destin…

Né en 1977, Arthur de Pins est graphiste, scénariste et dessinateur de bande dessinée. Il est connu pour ses séries Péchés Mignons et Zombillénium, et a également réalisé plusieurs court-métrages d’animation.

Premier tome d’une trilogie intitulée La Marche du crabe, La Condition des crabes est l’adaptation en bande dessinée du court-métrage d’animation La Révolution des crabes, réalisé par Arthur de Pins en 2004 et qui reçut la même année le Prix du Public au Festival d’animation d’Annecy.

Notons qu’Arthur de Pins travaille actuellement sur une version en long-métrage de sa bande dessinée.

Sus à la malédiction ! Vive la révolution !

Les crabes carrés sont affligés d’une bien triste malédiction : la forme de leur carapace les empêchant de tourner, ils sont forcés de refaire, encore et encore, le même trajet aller-retour tout au long de leur vie. À moins, bien sûr, qu’un élément extérieur ne vienne par hasard les faire changer de direction.

Ainsi donc va la vie, un été, sur une plage de Gironde, pour trois crabes désespérés par leur condition. Entre deux grands discours sur leur destin malheureux, ils essaient d’échapper aux dangers des bancs de sable, comme le gang des tourteaux, irrésistibles caïds de la plage, et surtout le plus périlleux de tous : les humains !

Et pendant que les crabes ressassent leur implacable condition, les hommes, eux, s’interrogent sur la vie de ces fameux crustacés ! Notamment deux journalistes, bien décidés à les filmer pour un documentaire, et qui font par hasard la connaissance d’un membre de l’organisation écologiste Greenpeace, venu passer la journée à la mer en famille.

La plage devient alors le théâtre d’un chassé croisé entre le monde animal et celui des humains, où la tragédie personnelle d’un triste marin pourrait bien bouleverser de façon inattendue les destins de chacun…

Aux armes, crustacés !

À travers les tribulations des trois petits crabes, Arthur de Pins se lance dans un pamphlet savoureux contre l’attentisme et la résignation. Au fil des rencontres, que ce soit avec d’autres crabes carrés au destin plus ou moins tragique, avec les tourteaux qui font la loi parmi les crustacés, et les humains qu’ils voient comme des créatures maléfiques, le sentiment de révolte de nos petits amis se fait de plus en plus fort.

Malgré les obstacles, et ils sont nombreux, les trois crabes décident de prendre en main leur destin et de lutter contre la fatalité, fût-elle génétique. Car c’est d’une petite révolution dont il s’agit ici, comme l’indiquait déjà Arthur de Pins dans son court-métrage, le bien nommé La Révolution des crabes. La mutinerie face à l’injustice, c’est bien là l’esprit qu’entend nous faire partager Arthur de Pins avec ses petits crabes dont l’anthropomorphisme est porté à son comble.

Car, vous l’aurez compris, en évoquant la condition des crabes, l’auteur attaque au vitriol certains aspects parmi les moins ragoûtants de la nature humaine.

Les humains, un fléau pour l’environnement…

Les humains, ils sont bien présents dans notre histoire, et pas franchement à leur avantage ! Que ce soient les documentaristes qui utilisent les crabes pour réaliser un reportage à sensation, les militants de Greenpeace qui dorent sur la plage, ou piquent la femme d’autrui, ou encore les vacanciers affalés sur le sable, indifférents aux malheurs de ses petits habitants, ou pire, qui laissent leur progéniture les tourmenter, tout le monde en prend pour son grade !

Car leurs actes sont lourds de conséquences pour le microcosme qu’est la plage, en particulier sur le plan de l’écologie. L’environnement, et sa détérioration par les humains, est en effet l’un des thèmes principaux de La Condition des crabes. Arthur de Pins évoque avec beaucoup d’humour l’impact de la pollution sur l’univers dans lequel évoluent nos amis. Mention spéciale à la scène où un vent de panique souffle sur les plagistes, soudainement persuadés que la pollution va transformer les crabes en monstres mutants géants.

Mais, comme pour nous prouver que l’écologie est malgré tout une affaire sérieuse, l’épisode se termine dans un suspense haletant, où pointe la menace d’une marée noire…

Graphisme stylisé et couleurs acidulées pour un récit haut en couleurs

Toutefois, pour évoquer ce thème si sérieux, Arthur de Pins choisit, comme toujours, le mode de l’humour, ainsi qu’un graphisme hyper stylisé impeccable, accompagné d’une palette de couleurs flashy et acidulées, qui traduisent à merveille les états d’âme des crabes, dont la gestuelle est irrésistible. Des dialogues hilarants aux répliques incisives viennent compléter la panoplie. À travers ces choix, on retrouve donc bien la patte du graphiste et son humour ravageur, au service de ce récit attachant et haut en couleurs.

La Condition des crabes est donc une entrée en matière tout à fait alléchante ! On attend avec impatience de savoir ce que le destin réserve à nos trois petits crabes !

Emilie Nogaro

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.