La Délégation terrienne
( Mayam 1 )
de Daniel Koller et Stephen Desberg
aux éditions Dargaud
Genre : SF

Scénariste : Stephen Desberg
Dessinateur : Daniel Koller
Couleurs : Scarlett Smulkowski
Date de parution : septembre 2003 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Daniel Koller ou Stephen Desberg

Un bon premier tome

Sur Tyr Mayam, on dénombre quelques dix mille dieux et un incroyable mélange de cultes en tout genre. Bref, on ne s’ennuie pas. On peut même s’enrichir ; c’est d’ailleurs la seule motivation de June Lenny, jeune chargé de mission auprès de l’ambassadeur terrien. Tout en pillant la planète, il va se trouver confronté au Cartel du Fleuve Stellaire. Mais alors que sa fiancée arrive de la Terre et qu’une des sectes annonce l’Apocalypse pour minuit, le Cartel va tenter de le manipuler puis de l’éliminer. C’est sans compter son savoir-faire dans les coups montés.

Touche à tout !

Stephen Desberg est un scénariste qui sait tout faire : reprendre un classique (Tif et Tondu) ou écrire pour la jeunesse (Billy the cat), aborder des thématiques plus adultes (La 27e lettre), donner dans l’humour absurde (La Vache) ou se réapproprier la bande dessinée de genre, qu’il s’agisse du western (L’Etoile du désert, avec Marini) ou du roman de capes et d’épées (Le Scorpion, avec le même). Et c’est une liste non exhaustive de ses multiples albums.

Daniel Koller naît en 1963, à Genève. Pas d’étude ni de formation particulière car c’est un autodidacte dans le domaine du dessin. Passionné de bandes dessinées depuis l’enfance, il exerce à mi-temps, dès la fin de sa scolarité obligatoire, divers petits boulots qui lui permettent de développer parallèlement le dessin. Première publication dans le magazine A Suivre vers l’âge de vingt ans, sous le pseudonyme de Bader K. Puis, toujours dans A Suivre et échelonnées sur une dizaine d’années, suivent plusieurs autres publications, cette fois sous le nom de Koller. Deux histoires courtes, éditées peu avant la disparition du mensuel, mettent en scène le personnage de Luc Lafontaine, qui a fait par la suite l’objet d’un album.

Dépaysement !

Mayam n’est pas un BD novatrice mais elle apporte un nouveau souffle à ce genre d’histoires de science-fiction. Un aventurier perdu sur une planète lointaine aux gouvernements aléatoires. On ne voit là rien d’extraordinaire pourtant, on est tout de suite dépaysé. Les décors sont superbes, le palais de l’ambassadeur terrien est grandiose. Les décors extérieurs ont des couleurs magnifiques. Côté population locale, on est bien loti avec toutes ces sectes de gentils illuminés passant leur temps à prédire la fin du monde. Pour le scénario, il reflète toute la diversité de Desberg avec un vrai sens de la narration et un goût prononcé pour l’ailleurs et l’humour. Les personnages sont, dès ce premier tome, plein de caractère et de surprises ; la femme de Lenny en est un bon exemple. On peut donc s’attendre à des développements intéressants. Sur Mayam, il flotte un air d’exotisme, un parfum d’aventure avec un brin d’érotisme qui donnent envie de partir explorer cette drôle de planète. Je conclurai donc sur un : « bon voyage, futur explorateur de Tyr Mayam ! ».

Thomas Ryngel

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.