La Fille de grand Roi
( Le Cercle Magique 6 )
de Debra Doyle et J.D. MacDonald
aux éditions Bayard Jeunesse
Genre : Fantasy

Auteurs : Debra Doyle , J.D. MacDonald
Couverture : Julien Delval
Traduction : Anne Delcourt
Date de parution : octobre 2005 Inédit
Langue d'origine : Autres
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 185
Age minimum : 10 ans
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Debra Doyle ou J.D. MacDonald

Les choses sérieuses commencent pour Randal…

Traduite en seize langues, pas moins, la série du Cercle Magique a déjà conquis un certain nombre de petits garçons et de petites filles. Un beau succès pour D.Doyle et J.D.Macdonald, un couple qui a entamé ensemble ce cycle en 1990.

Un royaume en guerre

Partis récupérer la princesse de Carnouguel au pays des Elfes, Randal, Lys et Walter ne se rendent pas compte du temps qui file dans ce drôle d’endroit. Alors qu’ils ont l’impression que quelques heures à peine se sont écoulées, les habitants de Carnouguel ont eux vécu plusieurs mois. Et c’est un pays en guerre que Randal et ses amis retrouvent à leur retour. Sans héritier ni héritière, le trône vacant a aiguisé les appétits des seigneurs locaux et du terrifiant sorcier Varnart. Et ce n’est pas le retour de la princesse qui va calmer les esprits. Au contraire…

Des héros vraiment en danger !

Jamais un tome de la série du Cercle Magique n’aura été aussi intense. Jamais Randal et ses amis n’auront couru de tels dangers. Jamais la situation n’a été aussi dramatique. Sans faire dans la surenchère, on a l’impression que les choses sérieuses commencent maintenant pour les héros de cette série avec une grosse scène de bataille et de siège. Malgré cela, les deux auteurs sont parvenus à garder leur style fluide et à ne pas tomber dans le « gore » ou le très violent. Pendant les combats, aucun mort quasiment n’est évoqué. Un peu comme si tout le monde s’en sortait du plus fort au plus faible alors que les corps à corps et les explosions magiques font rage. Seuls les démons ont le droit d’exploser dans le roman !

On regrettera cependant l’utilisation de quelques lieux communs, que ce soit dans les rebondissements ou dans la description du pays des elfes. Comme si faire de littérature jeunesse signifiait tomber dans la facilité. C’est un peu dommage que nos deux amoureux d’auteurs ne se soient pas plus creusé la tête. Néanmoins les enfants devraient trouver encore pas mal de plaisir à lire ce tome.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.