La Mort
( Emblèmes 7 )

aux éditions L’Oxymore
Genre : Fantastique

Auteurs : Emblèmes , Tanith Lee , Léo Henry , Edgard Allan Poe , Lelio , Armand Cabasson , Philippe Depambour , Karim Berrouka , Cyril Gazengel
Couverture : Socar Myles
Date de parution : novembre 2002 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Emblèmes ou Tanith Lee

La Mort inspire !

Bien campé sur son idée de base, Emblèmes poursuit au fur et à mesure des mois son petit bonhomme de chemin. Déjà 7 numéros de cette anthologie périodique qui nous revient tous les quatre mois avec son lot de nouvelles. Cette fois, la thématique était audacieuse. Un recueil sur la mort. En effet, si celle-ci est souvent présente dans les contes et les légendes, le fantastique contemporain l’a assez peu mise en scène en tant que personnage. Avec bien sûr deux exceptions savoureuses, celles de Terry Pratchett et Catherine Dufour. Reste qu’il s’agit bien d’exceptions. Et pourtant, au vu du nombre de textes étant apparemment tombé sur le coin du nez des éditions de l’Oxymore, le sujet titille sérieusement l’imagination des écrivains. Au point qu’en plus de ce numéro d’Emblèmes, Léa Silhol a décidé de carrément consacrer un hors-série exceptionnel sur ce thème en mars 2003.

Quelques enseignements

Première leçon à tirer donc de ce numéro d’Emblèmes : la mort inspire les auteurs. Deuxième leçon, la mort peut décidément prendre bien des masques. En effet, au fil des nouvelles on est souvent bien loin de la simple évocation en robe noire accompagnée d’une belle faux bien luisante. Simple exemple : Marcheterre de Léo Henry. Ici la mort est une entité éternelle, accompagnant ses victimes dans leurs derniers instants, changeant de formes et de visages pour mieux les séduire. Elle peut également être multiple comme dans la superbe nouvelle de Tanith Lee avec une entité triple et pourtant identique. Mais elle ne fait pas toujours peur. Eh oui, on peut en rire ! Philippe Depambour l’a bien compris avec Toutes mes excuses, un texte dans la veine des Catherine Dufour ou Terry Pratchett. Dernière leçon, la mort est décidément passionnante lorsqu’elle est traitée comme l’ont fait Armand Cabasson et Lélio.

Du bon, du trés bon même !

Ce numéro d’Emblèmes nous montre bien les multiples variations sur le thème de La Mort. Diversité et originalité est le maître mot. On enchaîne les nouvelles avec un véritable plaisir, pris de petits frissons de temps en temps ou de sourires. Voici donc un bien beau numéro d’Emblèmes qu’on recommandera chaudement.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.