La Parabole du Royaume en Feu
( La Passion de Diosamante 1 )
de Jean-Claude Gal et Alejandro Jodorowsky
aux éditions Les Humanoïdes Associés
Genre : SF

Scénariste : Alejandro Jodorowsky
Dessinateur : Jean-Claude Gal
Date de parution : février 2002 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 55
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Jean-Claude Gal ou Alejandro Jodorowsky

Avis mitigé pour cette réédition

Soyons clair dès le départ, Diosamante est une réédition. Rien de nouveau sous le soleil. En fait, cet album date de 1992. A l’époque, il était le fruit de la collaboration de Jean-Claude Gal et d’Alexandro Jodorowsky. Le premier a eu une production relativement peu importante en BD. A peine cinq albums au compteur (dont les Années du conquérant avec Jean-Pierre Dionnet) pour ce prof de dessin qui a commencé avec le magazine Pilote en 1972. Depuis il nous a malheureusement quitté trop tôt en 1994. De son côté, Alexandro Jodorowsky est un scénariste que l’on ne présente plus. Né en 1929 au Chili, il a exercé une pléthore de métiers, de clown à chorégraphe en passant par cinéaste. Il a travaillé également avec le mime Marceau et avec Maurice Chevalier dans les années 50-60. Ses débuts en Bande dessinée ne datent véritablement que du début des années 80 où il débute dans le magazine Métal Hurlant. Depuis on lui doit de nombreux succès comme Juan Solo, La Caste des Métas Barons avec Gimenez, Megalex avec Beltran, Avant l’Incal avec Moebius… une légende vivante de la BD…

Un conte

Diosamante, la parabole du royaume en Feu est en fait un véritable conte. Une Reine met son pays à feu et à sang avec une déclaration stupide. Le plus brave de ses guerriers pourra partager sa couche. Voilà de quoi déclencher un véritable carnage, tous les hommes du royaume s’entretuant joyeusement pour accéder au lit de l’incroyable beauté. Mais lorsque tous sont morts, les barbares déferlent sur ce peuple désormais sans défense. Commence alors une longue quête pour la Reine dans laquelle elle tentera de gagner l’amour d’un roi et sa rédemption.

Attention à ne pas bruler les étapes...

Transposer un conte en un seul album est toujours un exercice délicat. Difficile, en effet, pour le lecteur de prendre son temps et de ne pas dévorer les pages pour se mettre en condition. Sans cette retenue, l’histoire se déroule un peu trop rapidement, enchaînement d’épisodes peu crédibles. Bref, il faut prendre son temps pour lire cet album, au risque sinon de passer complètement à côté… comme moi !

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.