La Patrouille du temps 1
( La Patrouille du temps 1 )
de Poul Anderson et Philippe Caza
aux éditions Le Bélial ,
collection Kvasar
Genre : Science Fiction
Sous-genres :
  • Voyage dans le temps

Auteurs : Poul Anderson
Dessinateur : Philippe Caza
Traduction : Pierre-Paul Durastanti
Date de parution : février 2016 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Recueil
Nombre de pages : 620
Titre en vo :
Cycle en vo : Time Patrol


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Poul Anderson ou Philippe Caza

Voici un classique à redécouvrir.

Un auteur à réévaluer d’urgence
 
Une fois encore Poul Anderson, écrivain majeur de la science-fiction américaine, profite des efforts acharnés du Bélial avec ce premier tome de l’édition intégrale du cycle de La Patrouille du temps, consacré aux aventures de l’agent Manse Everard, membre de la patrouille du temps chargée de veiller à ce que l’Histoire ne bifurque pas. Cette édition s’inscrit dans un véritable projet éditorial qui visant à donner accès au public francophone aux principaux ouvrages du corpus andersonien. Le cycle de La Patrouille du temps a souvent été brocardé pour sa naïveté et son côté « action ». On va vite voir que, s’il s’agit effectivement de la tendance des débuts, les choses évoluent cependant…
 
L’agent de la patrouille du temps
 
Vétéran de la guerre de Corée, Manse Everard est recruté lors d’un entretien pour faire partie… de la patrouille du temps. Et voilà Everard qui part dans des aventures où il doit protéger à tout prix l’histoire humaine et ses flux, sous l’œil vigilant des mystérieux Danélliens. Everard va devoir retrouver un de ses amis perdus dans les campagnes perses qui joue le rôle d’un Cyrus trop tôt disparu ("Le grand roi"), empêcher les Mongols de conquérir l’Amérique ("Échec aux Mongols"), sauver la ville de Tyr alliée de l’Israël biblique (D’ivoire, de singes et de paons). On ne s’ennuie jamais avec Manse Everard !
 
L’évolution du style d’Anderson
 
Ce premier volume de l’intégrale de La Patrouille du temps constitue un travail remarquable du point de vue éditorial et permet aussi de voir combien Anderson a pu évoluer. Car dans ce recueil, on assiste en fait progressivement à une transformation de son travail. On part de nouvelles pleines d’action, courtes et efficaces (mais aussi un peu creuses), comme "Le grand roi" pour arriver à des histoires plus solides, travaillées aussi par une certaine mélancolie (Le Chagrin d’Odin le Goth, le joyau de ce volume). Manse Everard, héros solide et positif, est progressivement gagné par le doute (D’ivoire, de singes et de paons) et devient même personnage secondaire dans Le Chagrin d’Odin le Goth). Au final, voici un bel objet (merci à Caza) que tout amateur se doit de posséder et surtout de lire.

Sylvain Bonnet

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.