La Perle et l’enfant
( La Pucelle de Diable-Vert 1 )

aux éditions Mnémos
Genre : Biographie
Sous-genres :
  • Fantasy

Date de parution : août 2010 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 240
Titre en vo :


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant

Un très bon roman de fantasy d’un jeune auteur.

Paul Beorn est un jeune auteur qui signe avec La Perle et l’Enfant son premier roman. Son itinéraire est un peu particulier puisqu’il est passé par CoCyclics, une structure qui propose aux écrivains en herbe de corriger leurs manuscrits avant qu’ils ne soient soumis aux éditeurs. Dans le cas de Paul Beorn, l’idée s’est révélée payante avec ce premier livre chez Mnémos. Une parution rapidement suivie par la publication de sa première nouvelle dans l’anthologie Ceux qui nous veulent du bien aux éditions de la Volte.
 
Une Perle, une héroïne et un enfant.
 
Jéhanne est une apprentie soldat qui a pour don d’être particulièrement résistante à la magie. Elle est envoyée par ses supérieurs à Diable-Vert, une ville dont on n’a quasiment plus de nouvelles. En chemin, elle découvre une perle à l’intérieure de laquelle est enfermé un chevalier qu’elle seule peut entendre. Il sera pour elle un confident tout autant qu’un conseiller bien utile pour se défaire des illusions qui emprisonnent la cité. Car sur place, elle découvre que celle-ci est sous l’emprise d’une sorcière qui altère le jugement de tous les habitants...
 
Une certaine fraîcheur
 
La Perle et l’enfant est un roman étonnant. Si le monde n’est pas tout à fait cadré (et tant mieux, cela évite les grandes descriptions), tout l’intérêt réside dans le duo entre la Perle et Jéhanne. Le tandem fonctionne plutôt bien, entre ce très jeune chevalier noble enfermé dans un bijou et elle-même fille de saltimbanque (autant dire de rien pour lui) qui sort de l’adolescence pour découvrir son métier de guerrière avec une première mission compliquée. Certains dialogues sont assez savoureux, avec pas mal d’humour. Le personnage de Jéhanne est particulièrement attachant. Au cours de cette affaire, elle prend de l’assurance et se révèle à elle-même en tant que combattante, chef mais aussi mère. Elle découvre en effet en arrivant à Diable-Vert un bébé de quelques semaines abandonné, dont elle s’occupera tout le long de l’intrigue.
 
Pour un premier roman, La Perle et l’Enfant est une vraie réussite. Il y souffle un vent de fraîcheur qui laisse présager de belles choses de la part de Paul Beorn. Il a su créer un duo de personnages qui donne du dynamisme à l’intrigue, aux détours de leurs dialogues mais aussi dans la façon dont ils affrontent les rebondissements de l’intrigue. L’ambiance est elle-même plutôt intéressante avec tout un jeu de faux-semblants dans la cité de Diable Vert et ce qu’il faut de mystère pour accrocher le lecteur rapidement. Voici un très bon divertissement de fantasy dont on a envie de connaître la suite une fois la dernière page tournée... Un signe qui ne trompe pas et un auteur à surveiller.

Jérôme Vincent