La Piste aux étoiles
( Bifrost 27 )
de Bifrost et Claude Mamier
aux éditions Le Bélial
Genre : SF

Auteurs : Bifrost , Claude Mamier , Michel Demuth , Mike Resnick
Couverture : Kara
Rédaction : Olivier Girard
Date de parution : juillet 2002 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Revue
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Bifrost ou Claude Mamier

Mike Resnick et sa plume...

Double actualités pour Bifrost. Au moment où sort son hors série consacré à Michael Moorcock, paraît le numéro 27 de la revue avec pas mal de bonnes choses au programme dont deux interviews incontournables de Neil Gaiman, l’auteur bien connu de De bons présages et American Gods, et de Patrice Duvic. Le nom de ce dernier ne vous dit peut-être rien et pourtant c’est l’une des têtes pensantes de Pocket et Fleuve Noir. Un temps bouquiniste, journaliste (il a interviewé quelques monstres sacrés comme Philip K.Dick), et auteur (on lui doit notamment le fabuleux : Naissez, nous ferons le reste), Patrice Duvic s’est surtout illustré en tant que directeur de collection. Avant Pocket et Fleuve Noir aujourd’hui, il a travaillé entre autres pour Opta et quelques temps sur sa collection des CLA. Bref, un personnage important de la science fiction française et une interview forcément passionnante.

Resnick fait fort

Du côté de la fiction, si le texte de Michel Demuth est impossible à résumer, on s’intéressera d’abord au Dernier phare dans la noirceur de Claude Mamier, jeune auteur français quasiment inconnu. Pour présenter sa nouvelle, Bifrost parle de " Space opéra apocalyptique ". Cela donne une bonne idée de l’ensemble. En plein espace, une poignée d’hommes voient le néant gagner du terrain et tout anéantir. Noir et vraiment pas gai, elle vaut néanmoins le détour avant de plonger dans la nouvelle de Mike Resnick, Le Chasseur de Snark. Une fois encore, il nous entraîne dans une histoire de science fiction au parfum d’Afrique. Son héros accompagne quatre richissimes chasseurs pour un safari sur une planète inconnue. Le divertissement cèdera vite la place à la peur. Si le récit est assez classique, si la thématique et le cadre n’ont rien de surprenant venant de Resnick, il n’empêche qu’il nous tient en haleine sur plus de quarante pages malgré une intrigue minimaliste. Bref, il a réussit son coup.

Un bon opus

Le numéro 27 de Bifrost possède de bons atouts pour séduire ses lecteurs. Deux des trois nouvelles valent le détour et sa partie " articles et analyses " est plutôt bien fournit. Autant dire qu’il s’agit d’un bon opus. A lire.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.