La Reine des Amazones
( Le Dernier Troyen 2 )
de Thierry Demarez et Valérie Mangin
aux éditions Soleil
Genre : SF

Scénariste : Valérie Mangin
Dessinateur : Thierry Demarez
Couleurs : Thierry Demarez
Date de parution : novembre 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 56
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Thierry Demarez ou Valérie Mangin

Deuxième volet du Dernier troyen

Valérie Mangin est née en 1973 dans l’est de la France et débarque à Paris après son Bac pour faire de brillantes études. Juger plutôt : prépa à Henri IV, puis l’Ecole des Chartes pour couronner le tout d’une thèse en histoire. C’est lors d’une dédicace qu’elle rencontre son futur mari, Denis Bajram, l’auteur d’Universal War One (Soleil) qui venait tout juste de publier le deuxième tome de Cryozone chez Delcourt. Elle fait ses armes en bande dessinée en travaillant les dialogues du premier tome de la série Mémoires Mortes (Les Humanoïdes Associés), convaincu par son talent, Bajram, qui a rédigé le synopsis, lui confie le scénario du second tome. Ils travaillent ensemble d’abord à l’atelier Saint julien avant de passer à L’Etuve. C’est toute seule qu’elle se lance dans l’aventure du Fléau des Dieux (Soleil). Bientôt naît l’idée des « Chroniques de l’Antiquité galactique » dont la série Le Dernier Troyen fait partie.

On retrouve la même passion pour le savoir chez Thierry Démarez. Véritable touche-à-tout, il a fait l’Ecole des Beaux-Arts de Valenciennes, l’Ecole de maquettisme à l’ASFODESS de Montreuil et a suivi une formation de peintre en décor au CREAR de Gouvieux. Il est aujourd’hui décorateur à la Comédie française. Le Dernier Troyen est sa première bande dessinée publiée.

Les dieux n’ont pas fini de mettre Enée à l’épreuve, et c’est l’une de ses plus terrifiantes aventures qui nous est ici contée

Troie a été entièrement détruite, victime de la colère des dieux qui ont favorisé les Achéens. Il ne reste plus que le stratège Enée entouré d’un petit groupe d’hommes et de femmes miraculeusement épargnés. Une longue errance dans l’espace commence alors afin de trouver la planète qui pourra les accueillir. Sa mère, Vénus, lui a promis cette nouvelle terre. Ils atterrissent sur Thrace, la planète des Amazones, intrigués par un message qui demande de l’aide. C’est un spectacle de désolation qui s’offre alors à leurs yeux, le sel a envahi la planète de ces farouches guerrières et anciennes alliées dans le combat contre les Achéens après qu’Ulysse y a fait escale. Un présage leur a dit qu’un homme seul pourrait venir à bout de cette malédiction. Enée pourrait bien être l’élu, même si de son côté il y voit une occasion de se venger des dieux et de leur instrument, Ulysse.

Un péplum à la sauce galactique

L’errance d’Enée et des quelques rescapés Troyens dans l’immensité de l’espace ne fait que commencer. Mangin continue de nous narrer les origines de l’Empire romain galactique et pour débuter ce long périple, elle nous lance à la rencontre du peuple des Amazones et de la terrifiante Méduse. Dans le monde que recrée la scénariste, les femmes ont recours à la violence autant que les hommes, elles sont parfois encore plus dures qu’eux. A ce propos, on se demande pourquoi Athéna, déesse guerrière et sans pitié, n’épargne pas le peuple des Amazones qui est à son image. La démonstration de Mangin est très peu convaincante et pour tout dire assez simpliste, si les Amazones sont également pétrifiées par la Méduse, c’est qu’elles ont, a priori, un côté masculin très accentué. En bref, la violence est l’apanage des hommes et non des femmes. Cela reste à prouver. Ceci mise à part, ce tome est bien meilleur que le premier, Démarez a beaucoup progressé, son trait est plus assuré tout en étant plus vif. Il est définitivement plus à l’aise dans l’élaboration de ses pages et ses personnages gagnent en expressivité. Mangin allie avec toujours autant de bonheur ses connaissances historiques à une trame science-fictive élaborée afin de revisiter L’Enéide de Virgile. A noter que ce second volet est agrémenté d’un cahier de huit pages dans lequel on retrouve outre des croquis de Démarez, des notes explicatives de Mangin sur les œuvres et les mythes qui ont été à la source de son inspiration.

Charlotte Volper

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.