La Rencontre
( Triade 1 )
de Son et Thomas Mosdi
aux éditions Glénat ,
collection Vécu
Genre : Fantasy

Scénariste : Thomas Mosdi
Dessinateur : Son
Couleurs : Son
Date de parution : juin 2003 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Son ou Thomas Mosdi

Quand Thomas Mosdi nous emmène en Chine !

Parmi les scénaristes de Bande Dessinée, Thomas Mosdi fait partie de ceux qui flirtent régulièrement avec les genres de l’imaginaire. A l’actif de celui qui fut auteur de jeux de rôles, musicien et collaborateur de Casus Belli à partir de 1990, on peut citer Xoco, L’Île des morts, Korrigans ou bien encore Malienda. Trois séries qui sentent bon le fantastique ou la fantasy. Pour cette nouvelle histoire, il a choisi la Chine comme décor et le mystère des Triades. Il est accompagné de Son, un dessinateur d’origine vietnamienne qui a signé notamment Songe avec Convard, Margaud avec Dimberton et Le Phénix et le Dragon avec Génin.

Plongée dans le XVIIIème siècle.

Comme son nom l’indique, ce premier tome est l’histoire d’une rencontre. Celle de trois personnages atypiques dans le XVIIIème siècle chinois. Le premier Song Jiang est un militaire à la langue bien pendue qui n’hésite pas à remettre en cause sa hiérarchie lorsque cela lui semble nécessaire. Le second est un jeune homme, Jing Zhu, qui vient de rentrer dans l’armée, lorsque la femme du Maréchal lui joue un bien mauvais tour en l’attirant dans son lit. Dernière membre du trio, Yan Lin, jeune fille farouche qui décide de se déguiser en garçon pour subvenir aux besoins de sa famille et échapper à un mariage forcé. Ces trois là vont vite devenir des parias dans leur société, se rapprochant sans le savoir de la Triade.

Premières pierres.

On l’a déjà dit, le titre Rencontre de cet album n’est pas choisi au hasard. Ce premier volume est celui des fondations de la série. On y découvre l’histoire personnelle de chacun des trois protagonistes qui seront réunis dans les dernières pages. En conséquence, il est difficile de porter un jugement sur ce volume. Mosdi et Son n’en sont qu’au début. Laissons leur un peu de temps avant d’émettre le moindre avis.

Jérôme Vincent