La couleur des sentiments
de Kathryn Stockett
aux éditions Anne Carrère ,
collection Civilisation
Genre : Littérature générale
Sous-genres :
  • Société

Auteurs : Kathryn Stockett
Traduction : Pierre Girard
Date de parution : juin 2011 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 420
Age minimum : 13 ans
Titre en vo :
Première parution : juin 2011

Lire tous les articles concernant Kathryn Stockett

La chronique écrite de Margot, 15 ans.

L’auteure
 
Kathryn Stockett est née en 1969 dans l’état du Mississippi. Élevée par une bonne noire, elle a voulu lui rendre honneur dans ce premier roman, qui a rencontré un succès international. Il est d’ailleurs adapté au cinéma depuis 2011. 
 
L’histoire
 
C’est l’histoire de familles blanches et de leurs bonnes noires, dans le Mississippi des années 60. Chacune tente de dompter ses sentiments de révolte envers ce que leur font subir les Blancs.
 
Lorsque Miss Skeeter, fille de bourgeois, revient de sa fac de New York des envies d’écrivaine en tête, il lui vint une idée, une idée risquée et révolutionnaire. Mais pour la réaliser, elle a besoin de l’aide de ces femmes éprouvées et marquées par les
affronts.
 
Que résultera t-il de cette improbable et formidable rencontre entre Noires et Blanche ?
 
 
Mon avis
 
J’ai beaucoup aimé ce roman. C’est une magnifique histoire, bien qu’elle relate de terribles réalités. J’ai fait une grave erreur : j’avais déjà vu le film avant de lire le roman, qui lui rend vraiment honneur je dois dire. Malgré cela, bien que je connaisse déjà les grandes lignes de l’histoire, ce roman m’a énormément plu.
 
L’auteure sait y faire avec les rebondissements, les menant de son écriture fluide, profonde et parfois drôle. Elle sait nous plonger dans la peau des trois personnages qui sont narratrices à tour de rôle, changeant à chaque fois de style pour marquer leurs différents caractères, chacun bien défini et complet. Ces femmes sont attachantes et n’attirent pas la pitié malgré leur histoire, inspirant plutôt la force, la persévérance et la sagesse.
 
Ce roman est une véritable leçon de vie, même si je ne pense pas qu’il se veuille moralisateur. C’est un peu une sorte de documentaire, sur ce qu’ont pu subir les bonnes noires au service de certaines familles. Il fait réfléchir et fait s’interroger, on s’insurge, on s’indigne, on tremble, on s’attendrit : on vit l’histoire.
 
Un roman à lire absolument, qui vaut le succès qu’il reçoit, et les souvenirs marquants qui resteront.
 

Marc Alotton


chroniqueur(se) ado.