La petite fille du Vel d’Hiv
de Annette Muller
aux éditions Livre de Poche ,
collection Livre de poche Jeunesse
Genre : Historique
Sous-genres :
  • Drame

Auteurs : Annette Muller
Date de parution : novembre 2014 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 158
Age minimum : 10 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Annette Muller

La chronique écrite de Mame, 11 ans.

L’auteure

Annette Muller est fille de Juifs polonais émigrés à Paris.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la petite Annette, âgée de 9 ans en 1942, passera par le Vel d’Hiv, le camp de Beaune-la-Rolande, Drancy, l’asile Lamarck, l’orphelinat catholique où elle a été cachée et la maison d’enfants du Mans qu’elle quittera à l’été 1947.

Elle est l’une des rares survivantes de la terrible rafle du Vélodrome d’Hiver (16-17 juillet 1942) et elle se souvient, avec émotion, de cette époque abominable qui l’a marquée à jamais.

Le Cercil publie le témoignage d’Annette Muller. Internée à Beaune-la-Rolande après la rafle de juillet 1942, elle connaît le sort terrible des milliers d’enfants juifs internés dans les camps du Loiret. Elle échappera à la déportation grâce à son père. Illustré de documents d’archives, cet ouvrage est accompagné de contributions historiques.

L’histoire

16 juillet 1942 : Annette a neuf ans, elle est l’une des rares enfants juives à avoir survécu après la rafle du Velib d’hiver...


Mon avis


Ce livre a du potentiel. Je pence qu’il y a un bon fond, un bon scénario. Mais l’écriture est a mon avis un peu discutable, le sujet est la rafle du velib d’hiver, les camps …Ceux-ci sont un peu négligés au profit d’autre chose. Il n’y a pas beaucoup d’informations dessus, ce qui est dommage en sachant que l’auteure elle même a vécu cette époque, la rafle, les camps.
 
Elle n’a pas réussi a me transporter dans son histoire et je me suis perdue en chemin. J’ai lu beaucoup de livres sur la deuxième guerre mondiale, et peut être que cette expérience m’a un peu handicapée, il est peut être fait pour les plus jeunes.
 
Ça reste une histoire extraordinaire, mais c’est vraiment dommage…
 

Marc Alotton


chroniqueur(se) ado.