Le Baiser des Ombres - La Caresse de l’Aube
( Merry Gentry 1 )
de Laurell K. Hamilton
aux éditions J’ai lu ,
collection J’ai lu Darklight
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Erotique

Auteurs : Laurell K. Hamilton
Couverture : Tom Fullum
Traduction : Betty Peltier-Weber
Date de parution : mai 2010 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 541
Titre en vo : T1 A Kiss of Shadows - T2 A Caress of Twilight
Cycle en vo : Merry Gentry
Parution en vo : 2000
Première parution : mai 2003

Lire tous les articles concernant Laurell K. Hamilton

La nouvelle héroïne de Laurell K. Hamilton, Merry Gentry, plaira-t-elle aux fans d’Anita Blake ?

Voici la seconde série de Laurell K. Hamilton, rééditée par J’ai Lu (sortie une première fois chez Fleuve Noir et une deuxième fois chez Pocket en 2003).
La première, Anita Blake, a été un grand succès aux Etats-Unis et en France : dix neuf tomes au total, dont onze traduits en français. Sa recette ? Une héroïne talentueuse et intuitive qui mène l’enquête, des pouvoirs et des créatures fantastiques, sans parler des multiples scènes de sexe (le plus souvent interespèces : humains, vampires, loups-garous, léopards-garous...). Mais une partie des fans a cessé de lire la série, lassés d’intrigues trop minces et de scènes érotiques trop récurrentes, cassant l’action...

Qui est Merry Gentry ?


Elle est en réalité une princesse Sidhe (que l’on peut assimiler aux Hauts Elfes), mi humaine, mi fey. Elle vit cachée parmi les humains et travaille dans une agence de détectives, spécialisée dans le paranormal et la magie. Elle se dissimule de sa très cruelle tante, Reine de l’air et des Ténèbres et de sa cour Unseelie. Se faisant passer pour humaine, en dissimulant certaines de ses caractéristiques sidhes par un sortilège, elle mène des enquêtes où son intuition non-humaine se révèle très précieuse.


On prend les mêmes et on recommence !


Les fans d’Anita Blake repèrerons sans mal les similitudes entre les deux séries et les deux héroïnes :

Les deux jeunes femmes sont assez petites et très belles (même si Anita s’en défend et que Merry l’assume, les deux jouent de leur physique). Dotées de pouvoirs hors du commun, elles s’en servent pour résoudre des enquêtes.
De même, les personnages qui gravitent autour d’elles sont régulièrement séduisants et non humains et on pourra noter certaines analogies entres les principaux protagonistes des deux séries.
D’autre part, la cour Unseelie n’est pas sans rappeler celle des vampires, sombres et toutes deux gouvernées par des femmes, bien que la première fasse plus directement partie de l’intrigue (alors que la cour des vampires ne fait son apparition qu’au milieu de la série d’Anita Blake).
Sans oublier le plus flagrant : les passages d’investigation des deux séries de romans sont entrecoupés de scènes de sexe, ressemblant plus à de la pornographie qu’à de l’érotique (il y a un crescendo pour Anita Blake, tandis que l’on rentre dans le vif du sujet dès le premier tome de Merry Gentry).

Ces nombreuses similitudes sont-elles dérangeantes ? Oui et non.

On peut être partagé par une désagréable impression de copié-collé et en même temps par le confort d’une familiarité... C’est assez paradoxal et il est difficile de trancher.

Conclusion ?


La série de Merry Gentry commence comme celle d’Anita Blake : le lecteur a envie de découvrir son histoire et sa vie, Laurell K. Hamilton distillant les clefs de l’intrigue au compte-goutte. Son univers et son passé semblent beaucoup plus riches que ceux de la première héroïne, mais n’oublions pas que l’auteure a forgé ses armes sur les péripéties d’Anita. L’intrigue liée à la cour Unseliee et à la tante de Merry paraît également plus complexe et donne envie de découvrir la suite.

Néanmoins, les scènes de sexe (parfois assez explicites), finissent par gâcher l’ensemble. Trop de sexe tue le sexe et on finit par se surprendre à sauter des passages, voire des pages entières, afin de ne pas perdre son intérêt pour l’histoire. Au départ émoustillantes, ces scènes finissent par agacer. (Quoi ? Encore ? Pff !). Le deuxième tome en contenant encore plus que le premier, attendons de lire le troisième avant de décider de continuer ou de laisser cette série.

Pourtant, on est happé par l’histoire, bien que celle-ci avançe lentement (le tome 2 n’est pas suffisamment étoffé à mon goût pour être un tome à part entière). Espérons néanmoins que l’intrigue du tome 3 sera suffisamment prenante !

Marie Nelly