Le Baiser du serpent
( Les sorcières de North Hampton 2 )
de Melissa De La Cruz
aux éditions Orbit
Genre : Urban Fantasy
Sous-genres :
  • Magie
  • Mythologie
  • Sorcières
  • Voyage dans le temps

Auteurs : Melissa De La Cruz
Traduction : Hélène Bury
Date de parution : octobre 2013 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 462
Titre en vo : The Serpent's Kiss
Cycle en vo : Withches of East End
Parution en vo : juin 2012


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Melissa De La Cruz

Magie, mythologie et romance

Voici le deuxième tome de la saga des Sorcières de North Hampton où l’on retrouve nos trois héroïnes, Joanna, la mère, et ses deux filles Freya, la charmeuse, et Ingrid l’introvertie. Attendez-vous à beaucoup de romance, et un savant mélange de mythologie et de magie…

Il y a quelque chose de pourri au royaume de North Hampton…

Dans Le Baiser du serpent, nos trois sorcières/déesses sont libres d’utiliser leur magie comme bon leur semble grâce à la fin de la Restriction. Freddie, le frère jumeau de Freya, réapparaît après des années passées dans les Limbes, mais la déesse de l’amour doit garder le secret et affronter une horrible nouvelle. Freddie lui apprend que Killian, son fiancé, est responsable de son emprisonnement. Freya commence alors à s’interroger…

Au tout début de ce nouvel opus, les trois sorcières semblent parfaitement à l’aise dans leur routine magique : Freya continue à concocter des cocktails d’amour pour « libérer » les clients de son bar (on échappe de peu aux scènes d’orgies !), Ingrid reçoit toujours des gens dans la bibliothèque où elle travaille pour défaire les nœuds qui les emprisonnent et Joanna supervise et protège tout son petit monde… Mais, trahisons et doutes vont apparaître dans leur quotidien… Freya trouve le comportement de Killian bizarre et accumule des indices prouvant qu’il est responsable de la « chute » de Freddie. Elle va mener sa petite enquête en secret, en cachant le retour de son frère à sa mère et sa sœur. Joanna voit des objets de sa maison disparaître sans qu’elle trouve une explication, et lorsque toutes ses fleurs se fanent d’un coup, en conclut que la demeure des Beauchamp est hantée. Ingrid, de son côté, s’échine à dissimuler l’existence de « pixies  », sorte de lutins SDF. Freddie, le frère jumeau, n’est pas en reste, car il doit trouver ce qu’il s’est passé sur le pont du Bofrir pour pouvoir être libre de nouveau…

Ainsi, chacun est en prise avec ses propres problèmes personnels, et la famille Beauchamp n’a jamais été aussi divisée… Mais ce que tous nos personnages ont en commun, ce sont leurs histoires d’amour compliquées et désastreuses…

De la romance, de la romance, et un peu de magie

Si vous aimez les romans à l’eau de rose, nul doute que vous trouverez votre compte avec ce second tome, qui offre encore plus de romance que le premier. Joanna a le cœur déchiré entre son mari et le beau Harold, Freya est partagée entre ses doutes et son fort désir pour Killian, Freddie sort avec une étudiante belle à se damner mais qui a une famille… diabolique, et notre vertueuse Ingrid, toujours vierge à 32 ans, n’arrive pas à franchir le pas avec Matt Noble…

Étrangement, toute cette romance n’est pas trop pénible à suivre grâce à l’alternance des points de vue des personnages et des dialogues assez vifs. Ce qui est un peu plus laborieux, c’est l’intrigue « magique » derrière tout ça. Les liens entre magie et mythologie nordique sont toujours aussi difficiles à avaler, mais en plus de ça, leur utilisation reste très anecdotique. Par exemple, on découvre des bribes du passé mythologique des trois sorcières, mais guère plus. Autre exemple, on sait qu’Ingrid est la déesse du foyer mais sans savoir ce que cela implique concrètement. À la fin du livre se trouve un arbre généalogique sur les dieux du Midgard et une page récapitulant « Les neuf mondes de l’univers connu  ». Tout ceci ne nous avance pas plus et on aurait aimé que Melissa De La Cruz fasse un effort et développe tous ses éléments au sein de l’intrigue…

Heureusement, les sorcières vont être amenées à voyager dans le temps, et même si ce passage se déroule bien trop vite, on adore se retrouver au temps des sorcières de Salem ! (et je ne vous étonnerai pas en disant que le troisième tome de la saga sorti cet été aux USA s’appelle Winds of Salem )

Par contre, nous, lecteurs français, n’avons pas de chance… Qui, chez Orbit France, a eu l’idée de changer les titres des chapitres ? Avant de m’énerver tout à fait, je vous explique : Melissa De La Cruz a attribué une chanson à chaque chapitre, piochant parmi des artistes aussi talentueux que variés. Parmi eux, il y a Frank Sinatra, les Pixies, Love and Rockets, Bon Jovi, Depeche Mode, Whitney Houston, etc. Et donc, quelqu’un a eu la brillante idée de changer ça (pourtant, ces artistes ne vous étaient pas inconnus, non ?) en des titres de variétoche comme « Retiens la nuit », « Oh les filles oh les filles », « Toute toute première fois  » ou … « Prendre un enfant par la main  ». Le fait d’attribuer une chanson donnait un petit plus, une ambiance à l’intrigue… Et pourquoi ne pas donner un titre français, quand même accompagné de la chanson originale ? Cela aurait fait, selon moi, un bon compromis. Petit détail marrant, dans notre édition française, les artistes ne sont bizarrement pas cités… Peut-être étaient-ils trop ringards ou simples auteurs d’un tube déjà oublié ?

Pour revenir à l’intrigue en elle-même, le livre se termine sur la disparition d’une des sorcières… Du suspense donc, jusqu’au prochain et dernier tome, qui on l’espère, mettra un peu plus de côté les références mythologiques pour parler de vraie magie ! Pour les fans, vous avez l’occasion de voir quelques extraits de la série Witches of East End, diffusée aux États-Unis, qui a cependant l’air bien différente...

Anne-Sophie Rouveloux

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.