Le Compagnon
( Alvin le faiseur 4 )
de Orson Scott Card
aux éditions Folio SF
Genre : SF
Sous-genres :
  • Uchronie

Auteurs : Orson Scott Card
Couverture : Eikasia
Traduction : Patrick Couton
Date de parution : mai 2003 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 1
Titre en vo : Alvin Journeyman
Parution en vo : janvier 1995

Lire tous les articles concernant Orson Scott Card

Un quatrième tome en bonne compagnie

Orson Scott Card est un auteur de renom né en 1951. Mormon, ancien missionnaire bénévole au Brésil, il est devenu une référence incontournable dans la littérature de l’imaginaire. Créateur de mondes, il a, à son actif, plusieurs sagas marquantes comme Le Cycle d’Ender et les Chroniques d’Alvin le faiseur. Il a aussi revisité le conte de La Belle au Bois dormant en écrivant Enchantement. C’est un auteur qui possède plus d’une corde à son arc en sachant écrire aussi bien de la fantasy que de la science-fiction ou encore des contes.

La torche et le faiseur

Le septième fils d’un septième fils est un être qui possède de grands pouvoirs, c’est un "faiseur" capable de modifier la réalité par le simple fait de faire, de créer des choses. C’est en tout cas la légende qui court dans cette Amérique uchronique du XIXème siècle. Cette légende semble se réaliser après la naissance d’Alvin Smith, un septième fils de septième fils car autour de lui des phénomènes étranges se produisent. Heureusement pour lui Peggy Larner, qui a assisté à sa naissance, veille sur lui. Peggy est en fait une torche, une femme capable de voir l’avenir, et c’est grâce à ce pouvoir qu’elle sait ce que va devenir Alvin.

Un périple dangereux

Après avoir réussi son apprentissage de Forgeron, Alvin est devenu compagnon. Compagnon forgeron mais surtout "compagnon faiseur" car il doit réaliser la vision qu’il a eue en compagnie du prophète rouge : une ville de cristal. Pour cela, il parcourt toute l’Amérique du Nord en quête de réponses, en quête de personnes à qui il pourra apprendre ce qu’il sait. Dans son périple, il est accompagné d’Arthur Stuart, un petit esclave noir qu’Alvin a sauvé mais qui est recherché par son propriétaire. Mot-pour-mot va aussi le rejoindre et il va faire la rencontre d’En-vérité Cooper, un avocat qui le défendra au moment où il se retrouvera en prison. Derrière tous les problèmes d’Alvin se cache l’ennemi car si un faiseur existe, il y a aussi un défaiseur qui agit dans l’ombre. Mais le véritable danger proviendra d’ailleurs. Calvin, le petit frère d’Alvin possède lui aussi un pouvoir, certes moindre que son frère mais important quand même et il lui voue une haine farouche et tenace, au point de partir pour l’Europe faire la connaissance de Bonaparte qui a des dons particuliers.

De la fantasy imprégnée d’éthique et d’uchronie

Voici le quatrième tome des Chroniques d’Alvin et c’est très agréable de pouvoir suivre l’initiation de ce faiseur d’univers en herbe. Orson Scott Card nous emmène dans une uchronie, une histoire se passant dans le passé mais dont la réalité diffère de la nôtre. On y retrouve des personnages connus comme Bonaparte ou Lafayette mais dans un contexte complètement différent. Les origines mormones de l’auteur transparaissent tout au long du récit. En effet, il est imprégné de conscience morale et d’éthique, de ce qui est bien ou mal. Comme dans tout récit de fantasy, il est question d’une quête et d’une initiation. C’est celle d’Alvin qui passe de l’adolescence à l’âge adulte avec toutes les responsabilités qui incombent. Malgré ce que l’on pourrait croire le style n’est pas trop pompeux et la magie qui règne dans cet univers est très bien acceptée car on sait que ce n’est pas notre réalité. C’est avec plaisir qu’on lit ce livre en attendant avec impatience la réédition des tomes suivants.

Pierre Demetz

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.